Nova Twins - Supernova

Chronique CD album (30:49)

chronique Nova Twins - Supernova

Bienvenue sur CoRe'n'B, le webzine du vocoder, des boules qui twerkent et des chaînes en or qui brillent, ouais frère ! Tu surkiffes les rythmiques Zouk, les bombas latinas et les Ferrari qui dérapent au frein à main ? Alors change pas de main Gros, ici tu vas êtes frais. Surtout qu’aujourd’hui, t’inquiète : tu vas t’enjailler, posey comme jamais, sur le son de 2 meufs fraîches de ouf qui vont dev’nir tes bestahs, rapport au fait qu’elles balancent un pire son qui met à l’amende jusqu’à Beyoncé la daronne. Alors, t’es opé ou pas ?

 

« … Plait-il jeune homme ? »

 

Bon, ok, j’en fais un peu des caisses, c'est vrai. M’enfin on est d’accord qu’avec la pochette de Supernova, Amy Love et Georgia South semblent vouloir engager leur Fusion Electro Punk / Rap Metal sur le terrain glissant du RnB Barbarellesque… Non ?

 

Mais commençons par le commencement, ça ne peut pas faire de mal. Nova Twins est un duo de copines qui buzzait avant même d’avoir sorti son premier album. Bêtes de scène précédées par une réputation fiévreusement enthousiaste, les miss ont foulé un peu toutes les planches, jusqu’à celles du Hellfest. Margoth – qui a le nez creux – vous avait parlé de leur premier album, Who Are The Girls?, sorti en 2020... Un skeud franchement convainquant posant les bases d’une Fusion made in 20s, entre Prodigy, Rage Against The Machine, Skunk Anansie, Atari Teenage Riot et un Hacktivist à double chromosome XX ayant remplacé ses trépidations djenteuses par le vrombissement d’une basse branchée directement sur la mésosphère. Depuis ce premier pas longue durée dans nos platines, les amies se sont retrouvées confinées – comme vous, comme moi, on ne peut pas être originales 24/7… Jusqu’à ce qu’elles rompent le silence, début novembre dernier, via « Antagonist », nouveau titre méchamment punchy, mais également rassurant quant à leur capacité à faire fructifier leur capital sympathie et leur capacité à taper là où ça fait Mmmmmhhhh !

 

Et elles ne se sont pas contentées de pondre un titre unique calibré pour les playlists Hot Next Big Things des Spotify, Deezer et autres Bogoss Fun Webradio : Supernova contient quelques autres poids lourds du même acabit. Parmi lesquels « Cleopatra », avec ses couplets en mode thug life, ses prises d’élan s’enroulant en suaves mélopées orientales, et son refrain à retourner les stades. Mais aussi « Toolbox », qui se faufile sournoisement, mord telle une vipère, puis explose violemment les fenêtres sur le refrain. Ou encore « Sleep Paralysis », conclusion posée dans la son-mé du Marchand de sable, entre douces visions ouatées floutées par le sommeil et décollages d’un grand huit régulièrement secoué par les stridulations grinçantes d'un modem de la grande époque (... pourrait-on penser). Du lourd, qui tape vite et fort, notamment grâce à des formats courts et des accroches super calibrées.

 

Sauf qu'au bout d'un moment, on se met à sentir une gêne légère, comme si un caillou sournois s'était glissé dans la chaussure de nos enceintes. Car un aspect de la personnalité des demoiselles, qui restait encore relativement embryonnaire sur l’album précédent, commence à pointer plus ostensiblement le bout de son nez… A la première écoute, on ne s’en rend pas forcément compte... Jusqu’à ce qu’on réalise que « Bordel, mais le groupe ressemble de plus en plus à une version Noisy-Black Lives Matter de Sumo Cyco ! ». C’est que flotte dans l'air comme une odeur écœurante de sucreries de supermarché, et que fusent trop régulièrement des « Nanana », « Lalala » et autres « Ouuh-Hein / Mhh-Mhh »... Venant de minettes hyper-lookées (elles ont leur propre ligne de fringues je crois, et se sont faites endorsées par Dr Martens) au bagou nettement typé « Urban », ça a d’autant plus tendance à faire remonter des relents âcres et musqués de dortoirs adolescents. Et pire : quand on écoute un peu sérieusement « K.M.B. », on finit par se dire carrément « 'de Dieu, j’aurais pas déjà entendu ça sur Bullshit TV, la chaîne des testos-teubés qui se caressent les pec' en salle de muscu !? ». Eh oui… D’ailleurs le discours promotionnel accompagnant l’album va dans ce sens puisqu'il évoque Destiny’s Child pour décrire le feeling caractérisant ce titre.

 

Gloups.

 

Sans compter que – ça n’a rien à voir, mais ça m’éclate – le morceau en question comprend un pré-refrain semblant calqué sur le « Qui a peur du Grand Méchant Loup ? C’est p’têt vous, c’est pas nous ! ». Haha non mais Oh ! Oui, bon, c’est anecdotique, mais après tout vous êtes aussi là pour ça, non ?

 

Alors vous nous connaissez : sur CoreAndCo on est plutôt ouverts (même si on veut bien admettre que Crom-Cruach est un peu revêche de prime abordmais tous les zines ont besoin de leur gardien du temple). Même qu’on aime la Fusion, les mélanges polissons et le poil-à-gratter musical qui énerve les trves. Et puis la vérité c'est que j’ai beaucoup écouté Supernova, et que je continuerai encore après avoir écrit ces lignes. N'empêche, soyez avertis : la Fusion de Nova Twins embrasse de plus en plus large, et ces faux airs RnB pas si "faux" que ça risquent de laisser à plus d’un un goût bizarre en fond de bouche. Mon petit doigt me dit que le troisième album risque bien d’être celui qui va passer ou qui va violemment casser...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte : continuant sur la juteuse lancée Electro Punk / Rap Metal polisson de Who Are The Girls?, Supernova affirme toujours aussi crânement la forte personnalité de Nova Twins, et n'oublie pas de proposer la grosse poignée de titres bien mortels destinés à convaincre les éventuels réticents. En revanche, sortez les chiens et/ou la citrate de bétaïne : des touches de moins en moins timides de RnB commencent à pointer leur nez au milieu du décorum Hip-Hop. A bon entendeur, tous aux abris (… notez que ceci n’est pour le moment que le bruit d’une sirène enjoignant à la prudence, pas encore celui des bombes) !

 

photo de Cglaume
le 14/06/2022

2 COMMENTAIRES

Arnaud

Arnaud le 14/06/2022 à 17:18:55

La chronique donne envie. Hâte de recevoir l'album.
Les légères touches Rn'B pourront s'avérer agréables. Tout dépendra du dosage influé dans leur fusion 

cglaume

cglaume le 14/06/2022 à 17:30:46

Tu nous diras ce que tu en as pensé !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements