Ocean Chief - Den Tredje Dagen

Chronique CD album (38:30)

chronique Ocean Chief - Den Tredje Dagen

Annoncé depuis un petit moment maintenant, le cinquième album des Suédois d'Ocean Chief, intitulé Den Tredje Dagen (Le Troisième Jour) sort donc chez Argonauta Records. Changement de label (ils étaient anciennement chez leur compatriotes de I hate Records) mais aussi de line-up. Effectivement, le bassiste (Jocke Pettersson) s'est barré pour laisser la place à Magnus Linhardt et le synthé (Johan Pettersson) est définitivement passé par dessus bord. Il n'y a donc maintenant plus que quatre hommes à bord du drakkar Ocean Chief. Pas mal de changements donc, qui de facto, ont sensiblement impacté le son.

Analyse.

 

 

Den Tredje Dagen peut être qualifié d'un album « retour aux sources ». Il n'y a plus ici de doom massif et obscur comme cela pouvait l'être sur la période 2009-2015 (de Den Förste à Universums Härd). A l'instar des pochettes d'album qui pour le coup illustrent bien l'idée, on a ici une musique moins trouble, moins intérieure et plus assumée. Tout au long de l'album, une émanation de heavy/stoner nous remonte aux oreilles. Un peu (pour ne pas dire quasi exactement) comme ce que pouvait sortir Ocean Chief au début du millénaire (et oui, déjà vingt ans de carrière pour les gaillards). Malgré une piste éponyme et une entrée en matière encore teintée de lourdeur grimaçante, le reste de l'album se compose d'un ensemble musclé et beaucoup plus nerveux que les albums précédents avec de sérieux rappels des 70's et de rock progressif. Malgré l'absence de synthé permanent je ne peux pas m'empêcher de voir dans « Hyllningen » et particulièrement dans sa première partie une influence de King Crimson et consort, la lourdeur doomesque en plus. Le chant arrivant par la suite finira de dissiper vos doutes.

« Dömd » (signifiant condamné) n'est pas en reste en ce qui concerne l'attitude musclée de l'album. L'attaque est franche et les riffs énergiques. La cadence (rapide pour du doom à l'image du pont à 8'50''), couplée à des envolées clean de la part du chanteur apportent là encore une note stoner.

On notera tout de même, et c'est bien regrettable, une batterie bien trop discrète. La caisse claire trop compressée sonne bien timidement. Tout autant que les fûts. C'est bien dommage pour un genre dans lequel le batteur doit faire des pieds et des mains (pas de mauvaise blague de ma part) pour se rendre audible au milieu d'un mur d'ampli. Il n'y que sur « Den sista resan » où l'on peut l'entendre raisonnablement. Sur la seule piste composée d'arpège donc.

Cette dernière, traduisible par « Le dernier voyage » donne pleinement dans la contemplation et la réflexion. C'est la Morne Attitude (!), très bien illustrée par l'artwork de la pochette. 7' d'arpèges entrecoupés de descentes de fûts. Honnêtement, c'est pas nouveau. Ça a déjà été fait et c'est même un classique du genre dont on ne va pas non plus se priver.

 

 

 

Den Tredje Dagen marque donc un coup d'arrêt dans la discographie d'Ocean Chief. Les gaillards changent de cap et se rapprochent des côtes qui les ont vues partir. Retours aux sources dans des eaux connues et maitrisées. Ce n'est pas sur cet album que l'on va chercher des expérimentations et des aventures musicales mais peut-être le repos et l'énergie nécessaire pour repartir par la suite.

 

 

photo de Vincent Bouvier
le 14/04/2020

2 COMMENTAIRES

gulo gulo

gulo gulo le 15/04/2020 à 09:18:29

Wo, wow, wow... J'ai du mal à croire qu'on a eu le même promo.
J'ai entendu, pour ma part, leur album le plus "carburant fossile" et sombre d'humeur.

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 15/04/2020 à 11:25:05

Je suis d'accord pour le "carburant fossile" : plus musclé, concis et assumé. Et c'est en ça que je le vois moins sombre et obscur. En un mot : moins opaque. Pour reprendre un terme de bûcheronnage, une coupe claire a été effectuée.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Skip The Foreplay - Nightlife
Tang - mars 2011
Interview

Tang - mars 2011

Le 14/04/2011