Orchid - Dance Tonight ! Revolution Tomorrow !

Orchid - "Dance Tonight ! Revolution Tomorrow !"
chronique Orchid - Dance Tonight ! Revolution Tomorrow !

Un an après le chef d'oeuvre Chaos Is Me, Orchid nous revient avec Dance Tonight ! Revolution Tomorrow tout vêtu de jaune et de rouge. Une question était dans tous les esprits :

Allaient-ils pouvoir faire aussi bien que leur premier album ? La réponse était : Oui. Mais comment est-ce possible ? La recette est toujours la même, 10 chansons pour 15 min autrement dit la violence légendaire du groupe, sa densité et son intensité atteignent leur paroxysme. La musique est toujours aussi profonde, sincère, désespéré, écorché, créatrice et surtout émotionnelle et un peu moins crade qu'auparavant car il faut noter la participation de Kurt Ballou en personne sur ce deuxième album. Dès le départ le groupe nous assène la quintessence du screamo et de l'émoviolence véritablement exprimée de la plus belle des manières. De la pure violence forte en émotions, on est sous le charme ou le choc, c'est selon. On démarre l'album par le sulfureux morceau " Destination : Blood ", une courte introduction vers le fond du gouffre façon Orchid. Démarrage sur les chapeaux de roues, trois coups sur la ride et l'accélération. Une batterie toujours aussi ravageuse, hurlements toujours aussi tranchants et riffs toujours aussi abrasifs, que c'est jouissif. Il règne une telle cohérence, une telle fluidité malgré toute cette violence. Une chose me marque. J'ai l'impression que le groupe tente très rapidement de nous asphyxier avec sa puissance mélodique, sa mélancolie, son poid de mastodonte. Oui, le groupe paraît plus emprunt d'émotions (difficile pourtant de faire mieux) tout en gardant sa violence légendaire naturellement... Mais oui, on ressent plus d'émotions c'est sur.

 

Le groupe balance des chansons très courtes, très brutales capable de réveiller les morts " Anna Karina ", " To Praise Prothesis " mais en plus de trouver des émotions grandioses dans les morceaux plus longs, ces morceaux courts possèdent eux aussi des mimiques, des riffs qui font flancher. Milieu de l'album. " I am Nietzsche ", chanson fabuleuse. Une intro à la guitare, perdue et plaintive qui donne naissance comme souvent à l'enfer. C'est le cas, un passage chaotique débordant d'énergie, de violence et une abrasivité des guitares toujours sans équivoques débouchant sur la furie spirituelle d'Orchid et les hurlements du chanteur " I AM NIETZSCHE ". Sans concessions, infaillible.

 

Les chansons "Victory Is Our ", "Don't Rat Out Our Friends", "Black Hills" et "Snow Delay At The Frankfurt School" sont ce que Orchid sait faire de mieux, un condensé de hardcore, punk, rock n roll très brut et puissance mille. Fou, malsain.

A croire que les ultimes chansons de chaque album sont des tueries. C'est le cas, mais ici c'est autre chose qu'une tuerie. C'est une autre dimension. " And The Cat Turned To Smoke " est la plus belle des clôtures de cd que j'ai entendu je crois, parmis d'autres mais celle-ci a un goût particulier. Comment se retenir de crier, de pleurer, d'avoir une boule au ventre, d'être mal à l'aise et d'avoir envie de se tirer une cartouche avec cette chanson ? Non, vraiment c'est impossible c'est le genre de chanson qui vous détruit un homme. Ca ferait même peur. Comment peut-on créer quelque chose d'aussi sincère, beau, désespéré... râââh c'est indescriptible, ca se vit bon sang.

 

La deuxième réalisation d'Orchid s'achève et comme la précédente elle entraîne des dizaines d'écoutes du matin au soir, simplement parce que c'est une perle. Il n'y a vraiment rien à redire si ce n'est est la courte durée du cd, 15 min, 10 chansons dont une de 5 minutes. Ca peut paraître léger mais c'est tellement compact, dense, intense qu'on adore. Et puis, 10 chansons comme "And The Cat Turned To Smoke" ce serait trop dur à encaisser, pour moi en tout cas, j'aurais surement mal fini à la fin de l'écoute.

 

Le pari est donc gagné, deux albums, deux monuments.

 

Ps : Ces deux albums ont été réédités dans un packaging toujours plus beau, achat obligatoire.

photo de Noisy
le 22/08/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019