Pénitence Onirique - Vestige

Chronique CD album (46:25)

chronique Pénitence Onirique - Vestige

Après m'avoir convaincu à la sortie de son premier album et confirmé en live, j'attendais avec une impatience non dissimulée ce nouvel opus de Pénitence Onirique. De duo, le groupe est passé à sextet, mais garde toujours le mystère autour de l'identité de ses musiciens, par le biais de superbes masques qui font leur petit effet en live, mais aussi lors des sessions photos, en particulier celle plutôt réussie réalisée il y a peu par Guillaume Henry (à voir ici).

 

V.I.T.R.I.O.L. avait donc frappé très fort, alors, à l'heure de découvrir Vestige, son successeur, une certaine angoisse m'a étreint. Avec l'ajout de nouveaux ingrédients / musiciens, l'expérience alchimique débutée il y a trois ans s'approche une nouvelle fois du Grand Œuvre. En un peu plus de trois quarts d'heure, Pénitence Onirique parvient à distiller son Black Metal atmosphérique bien au-delà de la simple pièce de musique. Il est servi en cela par une production au top. Dès le premier riff de "Le corps gelé de Lyse", l'auditeur est projeté dans un univers riche, paradoxalement d'une noirceur et d'une beauté insondables.

 

De chaque mélodie vocale ou de guitare émane une tristesse et une nostalgie qui rendent la musique du groupe extrêmement poignante et émotionnelle. Je lisais il y a peu que la scène Post Black avait dépouillé, au grand regret de l'auteur de l'article, le BM originel de sa substance sulfureuse et sataniste, et si on peut de loin en rapprocher Pénitence Onirique, ces derniers en effet ont laissé de côté l'adoration du Grand Satan et les incendies d'église pour un Art plus personnel et introspectif.

 

En deux albums et une (relativement courte) série de concerts remarquables et remarqués, Pénitence Onirique a su devenir un élément majeur de la scène Black française. Une fois de plus, il faut saluer le flair de l'équipe de LADLO, pour avoir su détecter le talent de la formation chartraine qui n'a pas usurpé sa place de groupe du mois de décembre de votre glorieux webzine favori.

photo de Xuaterc
le 06/12/2019

3 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 06/12/2019 à 13:25:47

De très belles choses attendent ce groupe dans un futur proche, tant qu'il ne lâche ni la puissance émotionnelle de son Black atmosphérique, ni la force visuelle de ses performances live. De ce point de vue, participer au Hellfest n'est pas une fin en soi, mais davantage un marche-pied...

Seisachtheion

Seisachtheion le 06/12/2019 à 13:26:55

Mais une question me taraude : pourquoi ce type - genre Jeff Bridges - sur la couv' de l'album ?

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 06/12/2019 à 15:23:08

C'est vrai que c'est intriguant...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements