Purge Of Sanity - Disruptif

Chronique CD album (16:37)

chronique Purge Of Sanity - Disruptif

Purge Of Sanity est un tout jeune quintette nantais créé en 2017 et avec Disruptif, leur premier EP, ils proposent 4 titres qui tapent dans le metalcore moderne propre voire propret….

 

Propre car sans conteste efficace grâce à une maturité certaine dans les compositions, le riffing, le groove et surtout qui ne fait pas l’erreur de tomber dans la linéarité ennuyeuse (que le metalcore connaît si bien) en sachant gérer parfaitement la dynamique des morceaux. Ces derniers ne manquent pas de puissance, et quand le groupe veut être lourd, il sait y faire et même si ça n’est pas la purge (notez bien cependant que mon référentiel de la purge musicale, c’est Archspire, Frontierer ou Portal), ça nettoie sévèrement et même dans les coins (“The Grey” et son outro down tempo hyper efficace, avec ses ralentissements super bien sentis).
Propret car certains leads, certaines interprétations vocales ont ce côté un peu trop poppy (refrain de “The Grey”) typique du metalcore moderne.
Ce côté Sanity plaira très probablement aux fans de cet aspect du metalcore moderne mais rebutera ceux qui comme moi en ont développé une allergie avec le temps.

Les morceaux alternent ainsi riffs groovy et syncopés, passages aériens soutenus par des nappes de synthés, vaporeuses et discrètes, et une performance vocale qui fleure déjà bien la maîtrise, oscillant entre growls puissants et chants clairs harmonisés avec quelques screams.
Tous les musiciens sont en place et taquinent indéniablement leur violon d’ingres respectif.

 

Niveau mixage, le résultat est de qualité honorable : tout est bien en place et à sa place mais cela manque de clarté, de respiration, de cette patate qui fait le charme des albums de metalcore et qui laisse place ici à une dynamique sonore un peu étouffée. L’écoute ne pâtira pas de cette frustration du chroniqueur audiophile (à tendance idiophile) que je suis) à l’inverse de la puissance de certains passages qui en est malheureusement amoindrie.
L’intro de “Fire & Gold” est typique de cette sensation d’un son trop écrasé qui gâche l’effet de puissance sonore voulue. De manière plus générale, c’est la batterie qui en fait le plus les frais avec une caisse claire qui aurait mérité d’être plus claquante car le batteur en use de façon vraiment intéressante. 

 

Disruptif est un bon premier EP mais qui porte encore mal son nom. Encore, car il ne présente pas vraiment de grosses surprises dans ce qui se fait au sein de la scène metalcore actuelle mais (et c’est ce “mais” qu’il faut retenir) il laisse deviner malgré tout un véritable potentiel. En effet, on se surprend au fil des multiples écoutes à penser à Machine Head, à Slipknot (la voix clair sur “Anti-Life”), et même parfois à Dillinger Escape Plan et on se dit que le groupe est capable de porter le metalcore vers d’autres dimensions, plus intéressantes, plus variées, plus...disruptives.

En tout cas, le potentiel est là, c’est certain.

 

 

On aime: un groupe jeune mais déjà plein de maturité, qui ne manque pas d’idées mais...
On n’aime moins: ...qui doit persévérer pour les porter plus loin et plus fort et doit s’appuyer sur un mixage moins faiblard pour ne pass gâcher l’ensemble.

photo de 8oris
le 22/05/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements