Reigan-do - Après nous le silence

Chronique CD album (01:04:56)

chronique Reigan-do - Après nous le silence

Il y a des groupes qui vous restent dans l’oreille dès la première écoute. Tel un coup de foudre, tout vous plaît, dès les premières notes. Vous vous sentez happé, sans trop savoir l’expliquer. C’est ce qui m’est arrivé à l’écoute du premier EP de Reigan-Do, 2END757. Alors on ne va pas ici tenter de définir ce qu’est l’amour parce que ce n’est pas le but ( sinon, je vous renvoie à la lecture du dernier article de Marie-Claire, en ce moment en kiosque ) mais bel et bien d’analyser la première galette complète de Reigan-Do, Après nous, le silence. Sortie ce premier novembre chez N-Vox records, « la première œuvre consistante » (une heure et cinq minutes) du trio rhodanien fleure assez bon le mariage.

Analyse.

 

L’intro va nous donner un petit aperçu de l’ambiance générale qui suit. Des samples et de la hargne. Dès la première piste, "Shallow", la fleur rageuse éclot de toute sa splendeur. Autrement formulé : les samples critiques, couplés à des riffs assassins, une rythmique à percer les fûts et une ligne de basse à te percer la plèvre, se transforment en rage. Le tout, couronné par la sincérité du chant, poignant de franchise et de droiture.

Parce qu’il faut bien vous dire que chez Reigan-Do, il n’y a pas la place pour autre chose que l’honnêteté. C’est sûrement pour cela qu’ils m’ont tout de suite tapé dans l’oreille. Le trio porte un regard lucide sur l’environnement l’entourant, n’hésitant pas une seconde à assumer la culpabilité, personnelle et collective, des malheurs faisant ce monde. Ils nous avaient déjà prévenu sur 2END757 : nous sommes tous coupables. Ils le martèlent à présent haut et fort. Mais au milieu de ce maelstrom de rage luisent quelques lanternes d’espoir afin d’éviter le suicide collectif. Mais attention, point de prières, point de gourou, point de tribun ni de sauveur. Seuls préfigurent ici l’autodétermination et le collectif. On se sauvera de cette misère tous ensemble ou on ne se sauvera point. Le souffle des égaux trouve un porte-voix de qualité dans le chant de Victor. Écoutez donc "Dive into the Flames". Écorché à souhait tout en étant magistralement ample. Un réel plaisir auditif.

Tout au long de l’album, Reigan-Do nuance sa cadence, prends le temps de chercher, d’explorer ses sentiments pour mieux les exprimer à l’instar d’"Everything is Under" et de son mid-temp ou encore "Lost in the Myst" et ses lancinantes et dramatiques nappes de synthé. La structure même des compositions confère au post metal de Reigan-Do, un aspect organique, vivant… … sincère. Mais là je me répète. Les riffs, pourtant mélodiques, te tombent dessus de manière frontale et avec une telle lourdeur que je ne peux m’empêcher de les rapprocher de ceux d’Amen Ra. Visez donc "Violent Life of a Violent Man" ( piste sur laquelle se greffe avec brio un chant féminin clean soit dit en passant ). La basse, ronde et marquée vient appuyer le tout pour décupler la lourdeur. Conséquence ravageuse.

L’ensemble est tenu par des fûts martelés suffisamment mis en avant pour impulser l’énergie nécessaire à tout groupe de post metal qui se respecte et par là même allant jusqu’à provoquer en toi l’envie saugrenue de tout casser autour de toi. Tout ça pour dire que peu de choses sont à critiquer sur le mixage et le mastering. Je vous le rappelle, tout ici est en DIY ou du moins ne s’éloigne jamais très loin du cercle de la solidarité.

J’aurais souhaité tout de même émettre une critique. Aussi légère soit-elle. L’utilisation des samples, même si leurs incrustation est réussie, est peut-être tantinet excessive. Quasi systématique, elle provoque un léger sentiment de redondance qui peut éventuellement blaser l’auditeur.

 

Pour conclure, Reigan-Do a fait ses preuves et nous propose un post metal violent de vérité. C’est lourd, frontal et hargneux tout en étant fin, précis et sensible : On a ici une association quasi parfaite de termes antagonistes. Le trio opère savamment et réussi une alchimie complexe dont le résultat est un plaisir sans nom pour nos esgourdes comme pour nos coeurs. Reigan -Do réveille autant les morts que les consciences. Joli travail.

 

 

photo de Vincent Bouvier
le 06/12/2022

10 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/12/2022 à 10:25:09

Chronique alléchante

Pingouins

Pingouins le 06/12/2022 à 14:15:59

Hop, une minute et demie dans le premier morceau après l'intro, je sais que j'aime cet album. Comme tu le dis bien ! C'est complètement ma came, j'adore l'arrachement total du chant, supers émotions !
Un gros merci pour cette decouverte qui va aller se ranger entre Potence et The March.

O'Lives

O'Lives le 07/12/2022 à 07:13:19

Album de l'année sans hésiter !

Freaks

Freaks le 07/12/2022 à 12:47:39

Outch! Enorme cet album. Reste à déterminer sa place mais il intègrera mon top de l'année.
Merci pour la chro/découverte Vincent ;)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/12/2022 à 16:18:26

Du coup, absolument pas ma cam.

Freaks

Freaks le 07/12/2022 à 22:39:45

Sinon Pingouins j'avais entre Neboas et Hypno5e... Asy t'as vu bien..
Hypno5e bien moins DIY friendly.. Ils posaient des samples révolutionnaires aussi certes, mais pas convaincant...Trés spectaculaire à mon sens :p là pour Reigan-do j'veux bien les croire.. ;)
Perso, j'aime bien les samples du groupe Vincent, stylés en vrai.. 
Bref! crush ++

Freaks

Freaks le 07/12/2022 à 22:57:39

Mets toi dans la Cam Cromy.. Tranquillou smoothie post... ;)

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 09/12/2022 à 23:35:36

@crom : bah oui, je te rappelle que dans la conclusion il est indiqué, dixit : fin, précis et sensible.
Normal que tu t'y retrouves pas... 😁

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 11/12/2022 à 09:53:04

C'est po ma faute : j'avais lu lourd frontal et hargneux avec des riffs assassins moi !!!!

Victor RgD

Victor RgD le 21/12/2022 à 20:30:50

Merci à vous pour vos retours, et encore une fois à Vincent pour cette chronique ! 🙏

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements