Henchman - Pictures on the wall

Chronique CD album (24:59)

chronique Henchman - Pictures on the wall

Plus tu t’approches de la quarantaine, plus tu rencontres des gens blasés par la scène musicale actuelle, de ces “vieux cons” comme on les appelle gentiment (voire comme ils se décrivent parfois aussi) qui aiment à rappeler comme elle était tellement mieux avant quand les groupes inventaient, innovaient en plus d’avoir un vrai message doublé d’un vrai mojo. Je ne compte pas le nombre de ces vieux blasés parmi mes connaissances fans de musique punk qui, du coup, ne sont jamais allés chercher plus loin que leur vieux albums de Rancid, Nofx ou de Fugazi...Quel dommage!

Car chez les parisiens de Henchman, trois ans après Void In Between, on continue à nous faire voyager dans le temps, à une époque où le punk était simple, immédiat, plug and play, n'avait aucun code de lecture, aucun code d'écriture autre que celui que chaque groupe lui imposait. Une époque où les morceaux étaient couchés sur album comme ils étaient écrits: dans l'urgence. Une époque où l'important n'était pas tant ce que le groupe jouait mais avec quel esprit il le jouait.

 

Et chez Henchman, l’esprit est bien là, et que le punk qui n'est pas d'accord me jette la première bière. 8 titres pour un album de 19 minutes de musique électrique et vibrante, du punk première pression à chaud, celui qui met les doigts dans la prise en nous tenant fort par la main. Simple mais arrangé avec maîtrise, mélodique sans jamais tomber dans les travers (conflictuels) du punk poppy; flirtant avec le grunge désabusé (mais pas dépressif) et, surtout, toujours diablement efficace.

Le chant de Guillaume relève du braillement dans ce qu’il a de meilleur et de plus artistique. Sa voix est intense, sans aucun maquillage ni filtre, puissante dans ses essoufflements, pleine de ces belles échardes qui nous agressent l'oreille sans jamais la fatiguer. Côté guitare, c’est aussi évident qu’arrangé avec soin. Riffs à base d’accord simples, leads qui font dans le "street cred" plutôt que dans le "shred". Mais on sait aussi se calmer pour faire monter la tension, se faire plus incisifs ("Cesspoll") et provoquants ("King On The Hill"). Le phrasé, très rock, s’appuie sur une interprétation débridée servie par un jeu en place et un parfait équilibre entre propre et noisy: comme pour les voix, ça braille mais ça ne dégueule jamais... et c’est trop bon.

La basse, rahhhhh mais merci la basse d’être là! Enfin! Tellement de fois où je ne l’entends pas cette pauvre dame maltraitée par son meilleur "ennami", le kick. Mais pas ici où, gonflée par une distortion fuzzy pleine de beaux médiums, grâce à un jeu très lead qui apporte de la rondeur, on y fait attention. C’est la boussole qui nous fait tenir le cap de ces morceaux qui nous font faire la girouette.

Côté fûts, ça tartine et des deux côtés de la tronche. Le charley est bien souvent ouvert, les toms sont des caisses claires et le kick s'en prend plein l'arrière train. On sent que ça tape fort et avec plaisir. "Large Action" est un bon exemple de cette purge rythmique simple et sans appel : plus le morceau avance, plus ça tape fort. Enorme.

 

Picture On The Wall est donc une pierre précieuse mais qui n’aurait quasiment pas besoin d’un travail de lapidaire du son. Mais le mixage ajoute le dernier coup de polish à la cohésion parfaite du groupe tout en restant au service de compositions ultra vivante. Une patte sonore très live, très aérée, sans jamais trop de compression, propre mais toujours presque brut. L’équilibre rappelle beaucoup les productions des années 90, ce qui pourrait déplaire à certains mais fonctionne plutôt bien pour les habitués de l'époque comme moi.

 

Est-ce parfait? Presque ! Il y a quelques tournures un peu trop classiques et revues, qui fonctionnent parfaitement et sont généreusement offertes mais sans trop de surprise pour un auditoire habitué à ce style. Aussi, les morceaux, tout efficaces qu’ils sont, manquent parfois pour moi du côté fédérateur que l’on peut trouver dans le punk. Quoiqu'il en soit, si Henchman ne révolutionne pas le genre, Pictures On The Wall est un vrai bel album de punk noisy/grungy comme on en a beaucoup fait mais surtout comme on n’en fait plus beaucoup.

 

On aime bien : avoir trouvé un album à recommander à tous les vieux punks blasés, la qualité d'écriture, l'esprit

On aime moins : un style très classique

photo de 8oris
le 12/04/2022

3 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 12/04/2022 à 09:05:01

C'est sympa et le braillard n'y va pas avec le dos de la cuillère. Seul petit truc, son chant est assez linéaire et tu repères super vite ses gimmicks vocaux. M'enfin, ça chipote ça chipote, mais globalement c'est un bon moment !

Pingouins

Pingouins le 12/04/2022 à 12:23:42

Et c'est super en concert !

el gep

el gep le 12/04/2022 à 17:49:00

Je confirme Pingü!
Ca fait un moment qu'ils sont dans la place, content de voir qu'ils ont rien lâché!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Seisach' Metal Night #3
  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre