Rottenness - Die Wege Der Lust

Rottenness - "Die Wege Der Lust"
chronique Rottenness - Die Wege Der Lust

 WARNING : Ce disque est uniquement réservé à un public adulte et averti ! Toute personne mineure ayant une envie malsaine de jeter une oreille sur ce CD, est priée d’arrêter ça tout de suite !

Cet album nous plonge dans les retranchements de la perversion avec ce qu’on pourrait qualifier de Sadomasochist Brutal Death metal ! Bien qu’on retrouve pas mal de termes en allemand, il ne s’agit pas ici d’une bande de détraqués de l’ancienne RDA, comme on serait tenté de le penser. Non, c’est une bande de chicanos sortant des bas-fonds de Cancun, Die Wege Der Lust est d’ailleurs leur deuxième galette…En plus de 15ans d’existence !

 

C’est donc parti pour une demi-heure d’un Death metal purulent s’accoquinant méchamment avec le Porngrind ! On s’attaque là au monde sous-terrain de l’underground, vous voyez donc venir d’ici la prod’ bien dégueulasse qui n’est pas vraiment incohérente avec le sujet. C’est crade mais on arrive quand même à comprendre ce qui se passe, et il y a même certains moments où le trio amateur de latex arrive à nous faire remuer le crâne. Ça bourrine sans détour, et ces mecs-là ne sont pas franchement du genre à agrémenter leur bouillasse gutturale de quelques ornements que ce soit ! Mais malgré tout, il y a un certain groove qui se dégage entre la voix de goret agonisant du chanteur et les riffs de gratte ; en fait les structures sont on ne peut plus simplistes : c’est comme si les vocaux chantaient les riffs, eux-mêmes greffés sur des plans de batterie néandertaliens. Cette union dans la simplicité n’a d’autre but que celui de nous chier une déferlante de pourriture sonore, leurs pulsions sexuelles les plus extrêmes doivent être exorcisées, et c’est par une brutalité musicale comparable à un accouplement de phacochères que ça va passer.

On est dans un registre similaire à celui de nos Sublime Cadaveric Decomposition nationaux, mais avec des morceaux plus longs… On a droit au chant porcin issu du fin fond des tripailles du chanteur, mais on ne tombe jamais dans des déglutissements vocaux presque rotés des Last Days Of Humanity et autre Splatter Whore.

La seule chose qui ne passe pas est que les zicos ne sont pas toujours en place : on a parfois des flottements entre les grattes et la batterie, même quand on fait du Gore Death mexicain ça passe difficilement …

 

Rottenness nous aide bien évidemment à nous faire une représentation visuelle de leurs sujets favoris, en incluant quelques petits extraits de films comme sur « Reflections from a Degrading Whore », où nos mexicains ont eu la charmante attention d’utiliser une réplique d’un film français, dont le nom m’échappe totalement…  A cela vient naturellement s’ajouter des cris de femmes qu’on torture et autres banalités !

Evidemment (et heureusement !) le second degré fait complétement partie de leurs délires, on a donc droit à un passage de musette allemande catapulté sur la fin de « 4:20 » (ils ont dû arriver à court d’idées sur les noms de titres porno). On retrouve également une reprise du titre « Klyster Boogie » de Pungent Stench, qui n’a rien de transcendent mais qui n’a pas de mal a être au même niveau que l’original (sûrement dû au fait qu’elle soit deux fois plus courte)…

 

C’est le genre de CD qui me plait bien car à la première écoute ce n’est rien d’autre qu’un amas sonore bruitiste, puis en le réécoutant on commence à rentrer dans les morceaux ; et je me dis que si je voulais balancer une musique extrême et gluante, sans être incohérente, je ne m’y prendrais sûrement pas mieux !

photo de Domain-of-death
le 17/11/2011

2 COMMENTAIRES

Cobra Commander

Cobra Commander le 17/11/2011 à 14:38:58

Le premier volait vraiment pas haut... Mais vu l'enthousiasme de cette kro, j'vais tâcher d'y jeter une feuille.

Et visiblement ils aiment toujours autant les obèses!

Domain-of-death

Domain-of-death le 17/11/2011 à 16:19:54

C'est le genre de truc toujours marrant à écouter mais c'est clair qu'il faut pas en attendre plus!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019