Ruff Majik - The Devil's Cattle

Chronique CD album (51:24)

chronique Ruff Majik - The Devil's Cattle

Ce n'est pas tous les jours que l'on vous parle de groupes sud-africains dans nos colonnes... Eh bien Ruff Majik est un groupe de Stoner nous venant de la Nation Arc-en-ciel. The Devil's Cattle, 3ème album du groupe a été enregistré en duo entre Johni Holiday (ah que coucou!) et du nouveau venu Evert Snyman avec quelques invités...

 

The Devil's Cattle se compose de 5 parties, 5 hymnes (comme décrit) au nom du fils, du Saint esprit, de la mère et du père, à chaque fois composé de 3 titres, sauf le 5 simplement nommé Hymn no. 5...

 

Tu veux du stoner avec un son qui grésille, de l'urgent, mais qui sait varier son propos ? Eh bien tu vas être servi !

 

On commence avec la partie Hymns of the Son et le bien nommé «  All You Need Is Speed » très rapide et même doté d'un passage speedé... Le morceau donne le ton et le son, étouffé, compressé mais qui colle parfaitement au propos du groupe... les 2 autres titres de cet hymne sont du même acabit mais ralentissent la cadence, mid tempo bien lourd pour « Swine Tooth Grin » avec son harmonica et lent, lourd et grésillant pour « Shrug Of The Year » lancé par un sample de dialogue.

 

Hymns of the Holy Ghost débute avec le rapide «  Heart Like An Alligator » et son chant très énervé et il est suivi de «  Gregory », lent et plus calme avec sa basse très en avant et son côté blues et gospel (c'est vague mais prégnant) surtout à cause des handclaps la dernière minute du morceau revient vers du grésillant et lourd... «  The Devil's Cattle » joue aux montagnes russes avec le tempo (lent, j'accélère, je ralentis) mais reste heurté et grésillant.

 

Hymns of the Mother démarre sur l'excellent boogie stoner « Jolly Rodger » avec son piano... le mid tempo nerveux «  Who Keeps Score » est doté d'un passage bien lourd et le piano est de retour sur « Lead Pills And Thrills » sur lequel il est d'ailleurs beaucoup utilisé, ce titre est plus léger et différent du reste de l'album et se termine par un nouveau sample.

 

Hymns of the Father se lance sur «  Trading Blows » d'abord rapide énergique puis qui ralentit et s'alourdit vers un moment vraiment doooom, « Born To Be Bile » commence sur un dessoiffage et ce morceau a une rythme variable avec un côté urgent et des passage ultra lents ultra lourds avec du chant evil de l'invité Vincent Houde... à l'inverse « God Knows » est une chanson très propre jusque dans le son qui diffère du reste du disque, avec à nouveau la sortie du piano... calme mais cool.

 

Hymn No. 5 après un silence relativement long comme pour marquer sa différence avec le titre qui le précède est un titre lent et orageux.

 

The Devil's Cattle réussit l'exploit de présenter un stoner à la fois relativement classique avec un son qui colle au style tout en ajoutant çà et là des ingrédients un peu différents et surtout qui fonctionnent très bien, et avec un son que d'aucuns trouveront bizarre mais qui dans les faits collent tout à fait au propos.

 

The Devil's Cattle est disponible en CD digipak et en LP (jaune avec splatter rouge).

photo de Papy Cyril
le 08/12/2020

2 COMMENTAIRES

Carcinos

Carcinos le 09/12/2020 à 14:58:42

C'est très sympa ça ! Merci pour la découverte ! Au fait, Vincent Houde, c'est le chanteur guitariste de Dopethrone (histoire de situer)

MortimerThePunk

MortimerThePunk le 12/12/2020 à 13:00:55

Ouh là là, tout à fait, Carcinos ! Une bien sympathique découverte aux accents parfois "QOTSEsque" (Heart Like An Alligator et surtout Who Keeps Score). Un grand merci 😃

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021