Sacri Cuori - Delone

Sacri Cuori - "Delone"
chronique Sacri Cuori - Delone

Avec ce nouvel album, le célèbre - pour les afficionados de musiques de films - Antonio Gramentieri, accompagné de ses fidèles et nouveaux compagnons, nous mène sur des espaces tant connus que nouveaux. Il nous y amène avec, comme toujours, classe et perspicacité. On y trouvera de véritables petits bijoux d’orfèvrerie.

 

Pour les compagnons, de précédents travaux livrés avec à ses côtés Hugo Race (The Bad Seeds), John Convertino (Calexico), Isobel Campbell (ex-Belle And Sebastian), PJ Harvey ou John Parish (superbe producteur-guitariste), c'est cette fois Mark Ribot (guitariste live de Tom Waits et collaborateur de plusieurs projets de John Zorn comme Electric Masada ou d'autres avec à leurs côtés par exemple un certain Mike Patton), Howe Gelb (Giant Sand), Steve Shelley (Sonic Youth) qui l'accompagnent. Parce que oui, et bien sûr, Sacri Cuori c'est aussi et surtout un ensemble qui ici, et à nouveau, déroule "grandiosement" ces nouvelles compositions.

 

Ici, les espaces développés sont multiples. On traverse des déserts italiens, texans et mexicains parfois déjà évoqués avec des musiques qui, depuis toujours, leurs ont été dédié. Quand il évoque les western "spaghetti", Sacri Cuori - comme les B.O de Tarantino ou le Mondo Cane de Mike Patton - nous rappelle combien les italiens ont œuvré avec qualité sur le créneau. Quand il s'agit des ballades Texanes, plus cuivrées et davantage "folk", Sacri Cuori nous évoque des groupes comme Calexico. Un titre comme "Seuls Ensemble", chanté en français par Emmanuelle Sigal, pourra même nous évoquer le superbe "Ballad Of Cable Hogue" des américains car lui aussi chanté dans notre langue. Mais ce n'est pas tout. Du chouette "Bandigo" terriblement surf au "Portami Via" envoutant de sa retenue, en pensant par "Billy Strange" folk croisé de Giant Sand et des excursions de Migala, ils nous guident aux sons de baroudeurs qu'il semblent tous être. Ils nous orchestrent un voyage en version panoramique.

 

Alors certes on a déjà pu découvrir certaines de ces destinations, on a même déjà pu se laisser porter par ces fameux rythmes de bossa-nova sud américains ou cubains, mais on se complait à se laisser, à nouveau, emporter. Deux morceaux, "Dancing (on the other side of town)" et, surtout, "Delone", véritable ballade ultra-classieuse, « Tarantino-esque » et parfaitement - comme d’autres - orchestrée, se démarquent même de l’ensemble. On appréciera réellement le choix d’avoir incorporé à leur musique,  auparavant majoritairement instrumentale, toutes ces voix. Tant celles féminines que les autres masculines. Mais surtout les féminines en fait ! Et puis ils sont vraiment classe ces sifflements qui parsèment plusieurs morceaux. Là aussi ils évoquent terriblement le côté voyage ici proposé.

 

Donc oui si cet ensemble peut légèrement sonner patchwork / sampler, on ne regrettera quand même pas de l’avoir accompagné tout au long du trajet.

photo de R.Savary
le 16/01/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019