Sectioned - Annihilated

Chronique CD album (46:42)

chronique Sectioned - Annihilated

Enfin de la vraie musique sur ce site !

 

Même si en prenant le temps de la réflexion, de la hauteur, de la distance, des pincettes, de l'analyse, d'un peu ce que vous voulez au final, l'immense majorité de la population mondiale aura probablement du mal à qualifier cet album de Sectioned de « musique ». Moi, oui, clairement, et même plutôt dans le haut du panier. Et j'espère que vous aussi, ou qu'au moins cette chronique y contribuera.

 

Unique album du groupe jusqu'ici (malgré un EP et un split le précédant), Annihilated est un disque qui porte globalement bien son nom. Comme le disait un très bon ami : « Plus j'écoute Sectioned et moins je trouve qu'ils ont le temps ». Et cette chronique pourrait s'arrêter là tant ces mots sont proches du vrai. Sectioned n'ont pas le temps, ça t'escagasse direct. Pas le temps de brosser dans le sens du poil ou de concocter de longues intros, pas le temps de se demander si ce qu'ils font va être easy-listening (spoiler : non) ou ravira je ne sais quel public.

 

Pour gloser un peu sur ce qu'il se passe sur Annihilated, c'est un peu comme si les membres de Frontierer, après Orange Mathematics, s'étaient retrouvés à une sorte de croisée des chemins : le côté plus directement math/chaos avec sons futuristiques à la Car Bomb/pewpewcore/beepbapbeloulap/etvousçava? s'inscrivant plus dans la durée du côté de Frontierer, avec une production très propre et carrée ; tandis que le côté plus hardcore, « organique » dirons-nous, celui qui donne vraiment envie de tout péter, avec un son plus crade et plus énervé, « proche du peuple » si on veut, se retrouve dans Sectioned. Et pas qu'un peu.

 

Si je fais le rapprochement, c'est parce que de fait, les deux groupes partagent exactement les mêmes membres et le même compositeur aux intentions belliqueuses : Pedram Valiani. La seule exception au mot « exactement » de la phrase précédente concerne le chanteur. Ici, ce n'est pas Chad Kapper qui donne des idées noires et directes au micro, mais Jamie Christ, tatoueur et à la base du projet musical et artistique Christwvrks (je vous laisse jeter un œil ici pour la musique et pour le reste).

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Sectioned n'y perdent pas au change, car la voix de Jamie se prête extrêmement bien à l'agressivité du propos général.

 

Stylistiquement, on peut assez sérieusement placer Sectioned à la croisée des mondes du mathcore apocalyptique des débuts de Frontierer et du hardcore grindisant de Cult Leader, que ce soit sur un certain nombre de riffs sur des sections plus lentes vraiment proches (« Eigengrau » mais aussi dès le premier morceau « Annihilated « ) comme dans certains riffs très énervés et plus frontaux (« Victorious, Neverending » par exemple). Les guitares de Dan Stevenson et Valiani sont tranchantes et chirurgicales, la basse de Calum Craig écrasante, la batterie d'Owen Hughes millimétrée et la voix de Jamie Christ ultra saturée et arrachée.

 

L'appartenance à un univers globalement mathcore induit inévitablement des trucs épileptiques à la Dillinger (le début de « Portrait », avec un côté plus noisy, et l'immanquable passage à rythmique électronique désormais de rigueur dans ce type d'albums, et où la participation de Tony Wolski de The Armed est à noter), la saturation et le côté extrême peuvent renvoyer aux grandes heures de Today Is The Day, mais comme je le disais plus haut, l'aspect hardcore sombre tendant vers le grind, à la Cult Leader ou Cursed, est vraiment particulièrement présent lui aussi.

 

Seule la surprenante piste finale « Rebuild » offre quelques voix claires et spoken words, les seules de tout l'album, bien vite étouffées dans les vociférations, et un tempo globalement plus lent que le reste sur la durée.

 

Bref, j'attends personnellement impatiemment un éventuel prochain effort, surtout depuis que Frontierer a pris une direction relativement différente. Cette différentiation perdurera-t-elle ou les gimmicks de composition finiront-ils par se rejoindre ? A ces questions, seuls Pedram Valiani et Sectioned peuvent répondre, s'ils le veulent bien.

 

Dans tous les cas, Sectioned est loin d'être un simple side-project de Frontierer, et pourrait même prétendre à être l'équipe A de plus d'une formation dans le domaine du hardcore chaotique. Annihilated est une carte de visite aussi frappante que chirurgicale, chose que l'on peut imaginer que le véhicule sur la pochette a fait les frais.

Un des albums indispensables du hardcore de la fin des années 2010 selon moi.

 

A écouter avec casque, gants et lunettes de protection.

photo de Pingouins
le 24/06/2022

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/06/2022 à 20:48:42

Ah oui. En effet. 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements