Silure - Route de Troche

Chronique Maxi-cd / EP (10 mn)

chronique Silure - Route de Troche

Parfois, l’organisation d’event, ça a du bon ! En pleine préparation de la SEISACH’ METAL NIGHT #1 - une réussite pour ceux qui seraient intéressés -, j’ai reçu des messages de groupes qui avaient faim de dates. L’un d’eux s’appelait Silure, un groupe de Death Metal de Bergerac, voulant faire des concerts afin de mieux « propager ses différents méfaits ». En principe, le natif de Périgueux qui je suis aurait dû dire à ces Bergeracois – du fait de la mésentente culturelle et historique entre les deux plus « grandes » villes du 2.4. – d’aller se faire cuire le cul en enfer, mais cela n’a pas été le cas. Et pour cause : je suis un Girondin depuis près d’un quart de siècle maintenant ^^ !

 

Depuis Dark Poetry (bordel, ce nom a été repris depuis par un putain de groupe chypriote !), je pensais le Périgord perdu pour le Metal. Bullshit ! Des groupes comme (entre autres) Aodon (nouvel album en mars prochain chez un label nord-américain), Unanswered Rip, Necrohorizon et donc Silure montrent tout le contraire, de même d’ailleurs que Cabale Prod et Radio Grand « R » animées depuis Pineuilh par Arch Gros Barbare.

 

 

Qui sont donc ces « bouseux » de Silure ? Des fans de parties de pêche en plein coeur du Périgord pourpre ? Foutre de couilles de pute, tu t’égares mon loulou ! Seulement, depuis 2017, l’histoire de gars qui ont joué dans Blodorn et qui jouent pour certains aujourd'hui dans Aodon (le batteur) ou Unanswered, des gars qui crèchent non loin de la Route de Troche, près de Bergerac, et qui ont enregistré à Route de Troche un EP, sorti en octobre 2019 sous leur propre label underground Antinomie Productions et qui se nomme … Route de Troche. Dix minutes, trois morceaux, dont un cover super efficace de "Milk" de S.O.D. et puis basta. Ils m'ont promis une « déflagration abyssale et pestilentielle » au moyen d'un Death « sans prétention, sans concession, sans concept » et je n’ai pas été déçu par leur DM d’une rugosité et d’une crudité sonores qui accrochent les esgourdes. Un Raw Death directement sorti d’un garage capitonné au moyen de dizaines de boîtes d'oeufs récupérés (ben 'fallait pas déranger les oies de la ferme du voisin), mais étonnamment maitrisé et agréablement agrémenté de notes/riffs Black, Grind et Noise qui assècheront en moins de deux les muqueuses de notre Crom-Crom national !

 

L'autre silure de Dordogne...

 

Navré de sortir Silure de son underground périgourdin le temps de cette chro, mais ces enc**és de Bergeracois (ah, navré, le Pétrocorien prend momentanément le dessus) méritent vraiment un ch’tit coup d’oreilles. J’attends la suite, avec une hâte non feinte, car j’ai été hameçonné, voilà tout…

photo de Seisachtheion
le 10/02/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements