Skunk Anansie - Black Traffic

Skunk Anansie - "Black Traffic"
chronique Skunk Anansie - Black Traffic

Les reformations sont souvent motivées par les dollars, du coup la motivation sur scène ou en studio s'en ressent.

Jusque là, rien de surprenant. Sauf que Skunk Anansie fait des tournées du tonnerre et assure chaque soir avec l'énergie toujours intacte de Skin.

(Mon concert lillois du groupe en 2011 reste d'ailleurs, mon meilleur souvenir de l'année)

 

L'étape studio avec "Wonderlustre" n'a par contre rien de bien mémorable. Un album mou du genou, pas très inspiré pour un groupe semblant peu motivé : c'était là le strict minimum rattrapé par une série de shows "best-of" qui ravivaient la flamme.

 

Sauf que faire un best-of en tournée, à la longue, c'est chiant pour tout le monde, il était temps de passer à autre chose : "Black Traffic" arrive donc à point nommé et le moins que l'on puisse dire c'est que le genou va mieux !

Fini le plan-plan, on fait du rentre-dedans. Le batteur a repris la muscu, et imprime un gros rythme nettement plus vivant que la précédente sortie.

Il faut dire aussi que le riffing est de nouveau plus propice au pogo gentillet qu'il y a lors de leurs concerts. Les deux premières pistes de l'abum et "Sticky fingers in your honey" vont carrément dans ce sens. Un peu plus "punk" (en raisonnant grand public) voire métal (en extrapolant carrément) ; en tout cas explosif.

 

La présence d'un titre un peu plus lent, plus accessible, plus "FM" comme "This is not a game" nous rappellent toutes les capacités du groupe à créer un tube (un peu creux mais qui passe bien).

Il y a aussi la clôture plus "love" et même soft sur "Diving down", avec le petit coup d'electro-acoustique pour la dernière seconde...un poil risible. Mais le reste laisse une impression générale franchement positive.

 

On sera cependant surpris, voire déçus de voir le groupe ne plus tester ses experimentations passées (avec des cordes entre autres), l'absence de puissance créative comme les inoubliables "Big Charlie Potatoes" ou un morceau vraiment marquant. Hormis sur le plus mauvais titre (pour sa faiblesse et sa naïveté : "I hope you get meet your hero" que les violons "habille", et un bidouillage electro sur l'energique "Satisfied" ou "Drowning" qui mêle plutôt bien les deux aspects). On a là un bon album, d'une facture assez classique, mais qui n'a aucune chance de nous retenir sur le long terme. Les premières écoutes sont prometteuses, mais lasseront : l'absence de richesse dans les compos se fera ressentir lorsque l'aspect "nouveauté" s'émoussera. 
La présence de Shaka Ponk en duo sonne comme un symbole : ça peut être explosif mais creux.

 

C'est pourtant bien dommage, au delà de l'énergie retrouvée il y a de bonnes choses. Un bassiste au mieux de sa forme (et du son !), une chanteuse toujours aussi capable et charismatique (j'ai abandonné l'idée de lui chercher des défauts). Bref, un groupe de talent...qui n'exploite pas son don et son travail aussi bien qu'il avait su le faire dans les années 90's. 

On termine l'album en poussant un "ouf" de soulagement, les anglais évitant de reproduire le loupé de "Wonderlustre", mais sans crier "hourra" !
Il y a pourtant encore quelque chose de particulier dans ce groupe, l'écoute de cet album nous l'assure !

photo de Tookie
le 17/12/2012

3 COMMENTAIRES

Mr. Marshall

Mr. Marshall le 17/12/2012 à 15:27:40

Comment peut-on réaliser quelque chose d'aussi indigent et anecdotique avec une voix si puissante et singulière et des musiciens à l'avenant...

Geoffrey Fatbastard

Geoffrey Fatbastard le 17/12/2012 à 18:23:26

tout est dit

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 19/12/2012 à 13:54:54

Skin a une voix terrible c'est un fait et une sacrée présence itou mais Skunk Anansie a toujours été du rock de supermarché: à écouter donc entre le rayon yaourts et celui des quenelles.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements