Skyclad - The Wayward sons of Mother Earth

Chronique CD album (46:47)

chronique Skyclad - The Wayward sons of Mother Earth

Skyclad, fer de lance du folk metal ? Peut-être, peut-être pas, le débat peut s’ouvrir. Je laisse les historiens le soin de trancher. Toujours est-il qu’il n’en a pas été toujours ainsi. Nous sommes en 1990. Alors que Sabbat vient de signer coup sur coup 2 bombes atomiques qui annoncent le renouveau du thrash metal britannique, son chanteur charismatique, Martin Walkyier au phrasé et aux textes inimitables, quitte le navire. Un coup de théâtre qui sonne naturellement le glas du si prometteur Sabbat. Même si le groupe poursuit un peu sa route, son histoire se résumera à ses 2 premiers albums, désormais mythiques, portés par le nain bondissant. Il va sans dire que celui-ci, très volubile dans ses textes, a encore beaucoup de choses à raconter. En paroles, et en musique. Son absence s’avère donc de courte durée, et le voilà-t-y pas qui revient sur le devant de la scène avec le guitariste Steve Ramsey, sous le nom de Skyclad. D’aucuns estiment que ce groupe compte parmi les 1e fondateurs du folk metal, voire Le fondateur. Pour autant, on ne peut résumer The Wayward sons of Mother Earth  à ce seul genre, car en réalité, ce premier album ne compte que quelques éléments folk dans sa tracklist. Même si on repère la présence discrète d’un violon sur « The sky beneath my feet », qui ouvre l’album, ce titre reste cependant très thrash dans son esprit. Si Walkyier n’a rien perdu de sa verve, son chant se veut cependant plus mélodique que chez Sabbat, et musicalement, même si la hargne se montre bien au rendez-vous, on comprend d’emblée que Skyclad verse dans un thrash metal mélodique là où Sabbat vise plutôt à déchausser les molaires de l’auditeur à coups de riffs assassins. Ce sera d’ailleurs la grande tendance de ce 1e album : davantage thrash mélodique que folk metal à proprement parler.

 

D’aucuns argueront que Skyclad se cherche. Les thuriféraires, en revanche, dont je fais partie, y verront leur meilleur album, en cela qu’il intègre avec une belle alchimie des éléments folk qui participe de son originalité (et qui feront sa marque de fabrique sur le reste de sa carrière) à des motifs purement thrash. Hormis « The widdershins jig », titre purement folk qui donne envie de danser… la gigue, justement, et la ballade « Moongleam and meadowsweet », le reste de l’album verse plutôt dans la hargne, avec cependant une grande variété, de tempos (mid-tempo avec « Terminus » ou « Trance dance », carrément speed avec les 2 perles que sont « Our dying island » et « The cradle will fall »), de mélodies, de breaks bien sentis, de soli de bon aloi. Le tout servi par la voix et le chant unique en son genre de Walkyier. Lorsque la ligne de chant épouse les riffs, notamment sur le titre « Skyclad », aux couplets nerveux et au refrain taillé pour le live, c’est toute la magie du groupe qui s’exprime.

 

Un dernier mot sur les paroles. Si tout ce que vous savez dire en anglais, c’est où se trouve Brian, tenez-vous en à la musique. Pour les amoureux de Shakespeare, les textes de Walkyier constituent un régal. Fort friand de jeux de mots, ce véritable poète ne délaisse jamais le fond au profit de la forme. Notamment quand il livre des charges écolos sur le sombre avenir de notre planète : ”I am human--I was made to be the ultimate machine, With the power at my fingertips to realise my dream. Homo-sapiens--the 'master-race,' Nature's pride and joy, Taking all the world will give me--what it won't I shall destroy. Mankind a babe-in-arms, Believes he's come of age-- And reaches for the stars, With one foot in the grave. I am human--I was made to be the ultimate machine, I am human--I have the power to realise my dream. I am human--an automaton--a mindless 'technoslave,' I am human--I am servant to the monsters I have made.”
Au final, absolument aucun titre à jeter de cet album quasi parfait dont l’ensemble, varié et donc riche, reste cohérent. Culte, donc.

 

le 15/11/2020

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 15/11/2020 à 12:55:21

Parfait. Maintenant il n'y a plus qu'à terminer la disco du groupe :)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/11/2020 à 19:04:57

Le Folk Metal se retrouve aussi dans les thèmes abordés (très écolo d'avant la mode chez Skyclad) pas seulement sur la forme. Donc, oui c'est album est fondateur et culte. J'aime bcp Jonah 's Ark également.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements