Stray From The Path - Subliminal Criminals

Chronique CD album (33:00)

chronique Stray From The Path - Subliminal Criminals

J’ai lu récemment qu’une fois l’âge adulte, les goûts musicaux que l’on avait ado resteraient toujours dans nos préférences. Vous me direz, ce n’est pas une grande découverte, voire probablement quelque chose de très logique pour certains, mais c’est à l’écoute du dernier rejeton de Stray From the Path, que je me suis rendu compte de l’évidence de cette hypothèse !

 

Il ne m’a pas fallu longtemps pour que Ce Subliminal Criminals me renvoie illico presto dans mes baggys en velours cotelés et mes bracelets à pics qui ornaient magnifiquement mes poignets jeunes .. L’influence Néo metal n’y etant absolument pas innocente, bien au contraire ! Et j’étais à mille lieux de m’imaginer, qu’à la trentaine passée, un album distillant un style de la sorte me ferait autant d’effet. C’est vrai qu’on s’imagine pas mal de choses avec la vieillesse, qu’est ce qu’on pourra écouter comme musique à trente piges, a quarante, c’est assez mystérieux, mais après avoir franchi le cap des 30 on se rend compte que rien n’a changé en termes de choix musicaux, et les favoris sont restés les favoris ! Et un bon album de crossover néo/hxc me fait l’effet d’une bonne cure de jouvence.

 

Dans cet album, Stray From the Path pratique un style peu usité mais tellement efficace pour faire bouger les caboches ! Aucun doute à ce sujet la : du rentre dedans bien senti, pas trop bourrin mais au groove diaboliquement élaboré, qu’il semble vraiment difficile d’en rester impassible... Encore un sacré challenge pour apposer une quelconque étiquette sur ce savant mélange, où la simplicité et la binarité du néo metal de la grand époque se mèle à un hardcore complexe et alambiqué, et au groove emprunté à quelques influences qu’on retrouve clairement sur quelques titres.

 

Bourré d’énergie et de revendications, ce Subliminal Criminals s’inscrit bien dans l’évolution du combo qui semble avoir gagné en percutance ! Plus tourné vers des phases metalcore, avec un jeu instrumental très soigné et même dans les détails, avec ces arrangements très Tom Morrelo-iens, ou bien Hed Planet Earth-ien (prenez celui que vous préférez), ils nous servent un album pêchu d’excellente facture, et d’une efficacité redoutable.

photo de Biflam
le 22/09/2015

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019

HASARDandCO

Killing Joke - Absolut Dissent
Russkaja - Energia!