Sworn enemy - The beginning of the end

Chronique CD album

chronique Sworn enemy - The beginning of the end
Qu´il est bon de temps en temps de laisser de coté tous ces artistes aux compositions complexes et mathématiques pour se laisser porter et bouger la tête sur des rythmes entraînants, des choses simple de la vie et non moins efficaces ! C´est un peu le cas de Sworn Enemy, qui jusqu´ici nous livrait un hardcore sans concession des plus rentre-dedans mais en gardant toujours une petite touche de métal !

Début 2006, ces New Yorkais nous reviennent avec « The Beginning Of The End » destructeur et autrement plus métal que « As real As it Gets ».
En effet, même si les passages punk hardcore et mosh parts sont toujours présents, c´est riffs thrashy incisifs, solos, et passage de chevelus qui viennent compléter l´artillerie instrumentale de ce groupe, même si on sent une présence moindre de passages hardcore pur ! On dirait bien que le groupe a fait une cure d´Anthrax, Lamb Of God, voir Metallica. Il existe d´ailleurs quelques passages qui laissent entrevoir ces diverses influences, je pense notamment à « Scared Of Tomorrow » ou encore « All I Have ». Seule la voix reste fidèle au poste, toujours ce timbre acide inimitable qui fait que dès qu´on l´entend, on sait que Sal Lococo est dans les parages!

Techniquement parlant, le son est très bon et autrement meilleur que leur production précédente sous l´égide de StillBorn Records. Les guitares et la grosse caisse sont beaucoup plus mises en avant, a contrario de la basse. On sent que le fait que Tim Lambesis (As I Lay Dying) et « Zeus » (The Red Chord, Shadows Fall) aient été aux commandes de l´enregistrement n´y est pas innocent !

Mais que va donc faire Sworn Enemy de l´étiquette NYC qu´ils arboraient fièrement ? Vont-ils troquer leur casquette NY contre des cheveux long et gras ? Il est tout de même un peu regrettable de les voir tomber dans l´univers du « Cross Over » ou « MetalCore », vue la multitude de groupes qui évolue dans ce style en pleine effusion, même s´ils ont déclaré "We don´t follow any trends. We do it from the heart." Peut être un effet secondaire de leur passage chez Abacus Recording? Qui sait ? En espérant tout de même que le bassiste ne troque pas son fameux coup de pied qui impressionne tant en concert contre un classique headbang de chevelu !
photo de Biflam
le 07/02/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements