Syn - Road to ruin

Syn - "Road to ruin"
chronique Syn - Road to ruin
Toujours aussi prolifique dans le métal, la scène nordiste voit l'arrivée de Syn dans ses nouveaux espoirs.
"Road to Ruin", leur premier album confirme ce statut d'espoir avec 45 minutes étalées sur dix titres qui trouveront à coup sur des fans.

Et il ne faut pas être trop exigeant pour apprécier, car pour un premier essai, les cambrésiens ne se sont pas ratés. Tous les ingrédients de la réussite sont présents. La section rythmique régale nos oreilles avec des accélérations du meilleur effet, une faculté à proposer des accalmies qui donnent un certain relief aux titres.
La basse malheureusement peu audible et la batterie assez avancée par la production offrent donc de savoureux moments. La double pédale syncopée offre de très bons moments qui s'allient très bien aux riffs hachés qui ponctuent chaque titre.

L'intérêt tient aussi dans la complémentarité des guitares, si les influences death et thrash sont évidentes, rappelant de grands noms tels que Machine Head ou Gojira dans des tempos néanmoins moins rapides. Ce sont certains passages durant Inside Me et Everlasting suffering qui marqueront les esprits...
Impossible de résister au headbanging, ou pour les plus discrets, taper du pied.

Certaines surprises sont également disséminées au sein de ce Road to ruin. A commencer par cette intro longue de deux minutes (#08) qui annonce déjà la noirceur des 9 titres à venir. Mais la surprise survient à la 7e piste avec The hollowing. Sur celle ci, la chanteuse de Dylath Leen offre, pour les oreilles les plus avides de douceur, une prestation coupant avec l'ambiance générale de l'album.
Ce répit de bonne augure et réussi montre, tout comme la fin acoustique du morceau éponyme, les capacités de Syn à briser une certaine monotonie.

Bien que parfaitement fluide, les titres s'enchaînant très naturellement sans créer l'ennui, Road to ruin n'est pas sans défaut. On regrettera la production manquant de relief, la basse tout comme les guitares méritent parfois plus de puissance.
Le chant est un peu monocorde, gâchant parfois certains passages qui pourraient profiter de mélodies plus poussées. Enfin, si on sort de ces trois quarts d'heure avec un sentiment très positif, étrangement, on ne peut s'empêcher de trouver cela trop carré, un léger grain de folie ou de "rock'n'roll" n'aurait pas été inutile et aurait apporté une touche supplémentaire.

Au final cet album peut difficilement mécontenter. Les compositions sont bien trouvées, le groupe se forge une personnalité, et tout découle très naturellement en faisant un disque des plus plaisants. Syn pose donc un pied, avec cet album signé chez Great Dane records, dans le top ten des révélations françaises de l'année 2008. Un espoir très sérieux à confirmer...
photo de Tookie
le 08/07/2008

2 COMMENTAIRES

pseudo

pseudo le 10/07/2008 à 17:50:20

comment

kiki

kiki le 09/04/2009 à 22:54:30

Le son sur leur myspace est plutot bon mais ca manque un poil d'originalité. La prod est recherché, le so nest gros et ca riffs de partout mais un peu top peut etre.
Du potentiel a mon avis.
a voir

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Elizabeth - Insomnia
Septic Flesh - Titan