Thank You Scientist - Plague Accommodations

Chronique CD album (20:20)

chronique Thank You Scientist - Plague Accommodations

Attention : alerte "Pépite pépitesque" !

 

Plague Accommodations est une bonne surprise de plus à mettre au crédit de cette année 2021 qui aura été aussi taquine avec notre système immunitaire que pleine d'attentions pour nos oreilles. Remarquez bien que cela ne devrait pas en être une, de surprise. Parce que cet EP est déjà le 2e livré par Thank You Scientist. Sans compter les trois albums sortis respectivement en 2012 (Maps of Non-Existent Places, qui attend patiemment au sein de la pile de mes achats Bandcamp que je daigne enfin l'écouter sérieusement), 2016 et 2019. Sans compter non plus les tournées effectuées en compagnie de Periphery et Coheed and Cambria... Ce n'est pas comme si on n'avait pas déjà essayé de nous prévenir que la musicologie est considérée comme une hard science particulièrement sexy dans le New Jersey natal de ce sémillant septuor.

 

Alors surtout ne tirez pas de conclusions hâtives à la vue de l'artwork de ce 4 titres : pas de tableau de bord clignotant à la Vektor, ni de monstruosité lovecrafto-cartoonesque, ni de psychédélisme coloré sur ces vingt minutes gourmandes. Tout juste pourra-t-on en retenir l'aspect décalé et le sourire en coin, caractéristiques que l'on retrouve notamment à travers les ressorts joyeux et l'exubérance experte de « Gigglebutton », le premier morceau. Car le domaine d'expertise de ces brillants musiciens à blouses blanches, c'est un Metal progressif et cuivré, hautement technique, mais doté de la bonne bouille amicale de l'artiste Pop à mélodies accueillantes. Une sorte de mélange né à la confluence des registres de Panzerballet, d'un Periphery ayant délaissé les saccades caricaturalement Djent, et d'un Scale The Summit adepte de fraîcheur printanière. En sachant que ce qui donne vie à ce drôle d’hybride, c’est une formation Metal/Rock augmentée d’un saxophoniste, d’un trompettiste et d’un joueur de violon électrique (on ne l’entend clairement que sur « Soul Diver » pour être honnête), dont les membres sont fans de Frank Zappa, des Beatles et du Mahavishnu Orchestra.

 

Ce qui frappe à l’écoute de Plague Accommodations, c’est à quel point la dextérité technique n’empêche nullement d’accueillir les auditeurs avec un sourire amical et bienveillant. Car ils ont beau faire des mailles à l’endroit, des mailles à l’envers, puis des doubles sauts périlleux vrillés, les Américains ne chargent jamais la mule de manière inconsidérée, retombent toujours sur leurs pieds, et laissent systématiquement traîner un évident fil d’Ariane que toute oreille à piètre sens de l’orientation peut à tout moment saisir pour retrouver son chemin. Et plutôt que de s’en tenir à la pure orthodoxie instrumentale – qui est souvent de rigueur chez les groupes flirtant avec le Jazz – Thank You Scientist s’est doté d’un chanteur qui offre un visage humain à cet expert bouquet musical, notamment par son aisance à proposer des lignes vocales accrocheuses (… par contre, si vous haïssez Jimmy Somerville, il existe un risque non nul que la voix de Salvatore Marrano vous escagasse).

 

Quatre titres, cela se décrit en quelques lignes : ne jouons donc pas les Harpagon du web en en faisant l’économie. Premier dans les starting blocks, « Gigglebutton » est l’une de ces friandises pétillantes qui ne dépareillerait pas dans la playlist d’un disciple de Öz ürügülü – d’autant qu’il est doté d’une entame croustillante évoquant le « Typewriter II » de Panzerballet. « Creature Comfort » fait quant à lui plus dans la sensualité et la profondeur, et offre un premier refrain fédérateur fruit d’une formidable complémentarité entre chacun des intervenants. Les presque 7 minutes de « Soul Diver » adoptent ensuite la dynamique vivifiante d’un Teen Movie américain faisant chauffer intensément le moteur de l’ascenseur émotionnel. Vif et changeant, le morceau tantôt joue la carte du Prog Thrash, tantôt balance des pointillés cuivrés sur fond de ricochets décalés, tantôt réconforte tout ce petit monde devant un paysage de collines ensoleillées. Étonnement, c’est le morceau-titre – à qui est délégué la tâche de voiture-balais – qui marque le moins durablement les esprits, le mélange proposé par celui-ci étant un peu moins époustouflant que les 3 épisodes précédents. Mais le ton en apparence dépréciatif utilisé au sein de ces dernières lignes ne doit pas vous faire perdre de vue que ce dernier quart d’EP est lui aussi tout à fait délicieux – d’ailleurs il vous accrochera à coup sûr son « Just an ordinary day » dans un coin de cerveau.

 

Puisque, loin d’être un brillant coup d’essai, il est une Nième preuve d’un talent insolent, Plague Accommodations doit non seulement devenir incessamment vôtre, mais en plus vous (ME !) rappeler d‘aller fureter séance tenante dans la riche discographie de cette formidable formation. On ne serait pas étonné que tant de talent finisse par déboucher sur l'obtention d'un Prog Nobel... !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: la technique malicieuse et cuivrée de Panzerballet, les éclats lumineux de Scale The Summit, le léger vernis « Prog moderne » d’un Periphery ayant finalement atteint la sérénité en même temps que la maturité, Plague Accommodations est une nouvelle preuve de l’extraordinaire talent de Thank You Scientist. Alors vous aussi rejoignez le groupe des scientophiles reconnaissants.

Thank You les artistes !

photo de Cglaume
le 06/12/2021

7 COMMENTAIRES

Ludwigretsch

Ludwigretsch le 06/12/2021 à 16:58:49

J'en suis !
Écouter Thank You Scientist c'est un peu comme faire des maths tout en se goinfrant de haribos, on n'a pas la moindre idée de ce qui se passe et pourtant c'est tellement bon ! Va comprendre.
Pas encore écouté celui-ci mais commandé direct...

cglaume

cglaume le 06/12/2021 à 18:32:53

Très bon parallèle haha :)

Pingouins

Pingouins le 06/12/2021 à 21:08:57

Point vocabulaire sudiste : "escagasser", c'est plus proche de 'frapper' ou 'éclater' que d'ennuyer'.
Désolé :D

cglaume

cglaume le 07/12/2021 à 05:32:30

Je m'étais pourtant fié à mes souvenirs et au Larousse, le second affirmant crânement :
1. Dans la région provençale, détériorer, abîmer quelque chose (1 point pour toi)
2. Fatiguer, agacer quelqu'un (1 point pour moi)

Peuchère !!!

Pingouins

Pingouins le 07/12/2021 à 05:39:01

Ah mais c'est passke le dictionnaire c'est pas arrivé jusqu'ici !

Santé minot !

Ludwigretsch

Ludwigretsch le 22/06/2022 à 11:04:25

Gros gros coup de coeur pour cette musique pleine de caractère avec une avalanche d'idées à la seconde !!!
Ce petit ep sympathique n'est qu'un apéritif avant de s'attaquer à ces trois fantastiques prédécesseurs que j'espère grandement voir chroniqués prochainement par notre petit lapin jaune... !😎

cglaume

cglaume le 22/06/2022 à 11:13:58

On essaiera on essaiera ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Seisach' Metal Night #3
  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre

HASARDandCO

Melvins - Melvana EP
Geneva - EP
Chronique

Geneva - EP

Le 15/02/2006