The Linda Lindas - Growing Up

Chronique CD album (25:35)

chronique The Linda Lindas - Growing Up

Figurez-vous qu’à la base, en me mettant devant mon écran pour écrire une chronique, je voulais simplement détruire un album. Comme ça, gratuitement, par pure méchanceté… Etait-ce le signe d’une mauvaise passade ne pouvant trouver résolution que dans la haine ? Peut-être, oui… Et puis, tout me semblait un peu trop beau autour de moi, avec tout ces bons albums qui sortent ici et là… Il me fallait de la violence. Mais c’était sans compter sur le fait que, comme le dit l’adage, la musique adoucit les mœurs.

 

Qu’est ce qui m’a attiré vers le sujet du jour ? Qu’ai-je pu bien pu voir derrière ce sobriquet au double prénom ? Pour être totalement honnête …. Je n’en ai aucune idée. En fait, je pense surtout que, un peu lassé des noms bateaux liées à la culture rock et métal, je suis probablement prêt à entendre tout et n’importe quoi tant que ça ne comporte pas les mots ‘’martyr, against, power, fight’’ ou que sais-je encore signifiant la supposée profonde subversion de fondateurs du projet. Autant faire simple et sans fioritures, merci !

 

‘’Less is more’’, comme disait l’autre, et c’est justement quelque chose que semble avoir compris cette TRES JEUNE formation. Pourquoi ces majuscules ? Parce que la moyenne d’Age des filles le composant est de… 14 ans. Eh oui ! Et je ne parle pas de 14 ans d’expérience dans le milieu, non… Mais bien de l’âge noté sur leur passeport !

 

Fort de cette fraicheur relative à leur expérience inexistante, le groupe a su donc attirer mon oreille, curieuse de choses nouvelles et en dehors de tout ce qu’on a pu me proposer ici et là jusqu’aujourd’hui. Exit donc le black metal expérimental, le funk rap post hardcore, le neo doom acid stoner, et place à un punk rock tout ce qu’il y a plus classique, certes, mais diablement efficace ! Et n’est-ce pas ce que l’on demande au punk rock en général ?

 

Si l’album est court, le plaisir n’en est pas moins intense, porté par une énergie et une envie de bien faire furieusement contagieuse. Bien entendu, il est difficile de penser que la réussite de l’ensemble ne tient pas à des parents bien avisés d’avoir donné une bonne éducation musicale à leurs rejetons, mais qu’importe… Les chansons sont bonnes, l’énergie est là, et il y a même parfois, des petites tentatives intéressantes, qui surprendront les amateurs et amatrices de langues latines… Que demander de plus ? Je ne répondrais rien à cette question, je vous laisse trouver votre propre réponse. Mais celle pourrait se trouver dans l’un des nombreux titres forts de l’album, qu’il s’agisse de l’éponyme ‘’Growing Up’’, du minimal ‘’Nino’’ ou encore du final ‘’Racist, Sexist Boy’’.

 

Quoi qu’il en soit, si vous êtes comme moi un peu énervé, fatigué ou lassé de votre environnement direct, peut être que ces 4 petites meufs pleine d’entrain sauront vous redonner un peu d’espoir dans le genre humain, ou au moins dans la musique. Au pire, ça ne vous prendra pas beaucoup de temps, donc, tentez au moins le coup !  Et puis au pire, vous pourrez toujours insulter un truc derrière, ça non plus, ça ne coute rien…

 

Sur ce, je vous souhaite une bonne écoute ! A bientôt pour un nouveau billet d’humeur musicale, et qui sait, peut-être un démontage en règles ?

photo de Domino
le 13/07/2022

6 COMMENTAIRES

el gep

el gep le 13/07/2022 à 08:36:51

Ah bah oui, ça fait du bien, de la fraîcheur, hein?
Quant à "détruire" ou "insulter" un disque (ah-ha!), je reste encore très partagé. J'ai déjà été très dur avec certains disques, mais ça ne m'a vraiment apporté aucun réconfort, juste une profonde lassitude. Lassitude apportée par le disque en question, ou lassitude plus globale et personnelle. Bien-sûr, si on ne parle que de ce qu'on aime - donc dont on dit du "bien" - on vivrait dans un monde de bisounours horrible où tout se vaut. Mais quel plaisir à écrire sur ce qui nous plaît pas? Bah voilà la question...
J'imagine que si on est passionné de musiques, on est forcément passionné dans tous les sens.
Bref, j'irai guigner chez les Lindas si j'ai le temps quand l'aigreur sera trop forte.

8oris

8oris le 13/07/2022 à 10:34:33

Chroniquer ce qui ne nous plaît pas est intéressant dans la mesure où c'est un exercice plus complexe: il faut s'expliquer plus, argumenter plus, prendre plus de recul, etc. C'est abandonner un instant le côté "consensuel" d'une chronique positive.
Un tout autre type d'argumentaire donc et qui parfois est "rafraichissant" pour le chroniqueur.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 13/07/2022 à 18:13:59

Oui et on s'en tape l'oignon de l'avis des autres quand on fait une chronique. Sinon on bosserait tous dans Télérama ou Metallian. Gepeto arrête la Tourtelle.

el gep

el gep le 14/07/2022 à 10:40:30

T'as raison.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/07/2022 à 06:34:03

Sinon, la chronique est excellente.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/07/2022 à 06:42:19

Sinon c'est vraiment pas mal. Joey, Johnny et Dee Dee seraient fiers.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre
  • Seisach' Metal Night #3

HASARDandCO

WHORETORN - Whoretorn
Eyes Of Verona - Ex-voto