Unsafe - Evilution

Unsafe - "Evilution"
chronique Unsafe  - Evilution

Si vous êtes une personne de bon goût, vous aviez lu cette chronique d'Unsafe pour ensuite vous ruer vers l'achat de l'album sus-critiqué.

Sinon, il est toujours temps de vous rattraper. Dans ce cas, comme le dirait si bien Morsay, cliquez bande de salopes !

 

Mais lors de votre achat qui ferait de moi une sorte de Pierre Bellemare evil, profitez-en pour vous faire un pack Unsafe avec "Evilution".

Mon principal argument de vente sera : "Parce que la chanteuse du groupe vous foutra les miquettes."

Car, si vous n'avez jamais entendu Unsafe, il faut que vous le sachiez : dans une battle, Stefanie Nolf mettrait une grosse branlée à Angela Gossow qui chialerait et ferait couler son cirage des paumettes jusqu'au menton.

 

Il y a un autre argument de poids :

Unsafe c'est déjà du thrash, et quelques lichettes de death. En général, n'étant pas très malin, le metalleux "like".

C'est surtout une grosse marave parce que sans chercher à en faire des tonnes et 1001 expérimentations, le groupe lâche ce qu'il a toujours su faire : bah...du thrash avec des lichettes de death.

 

Ne cherchez pas midi à 14h : le groupe ne cherche pas midi à 14h.

Efficace, fluide, simple en apparence, les compositions n'en demeurent pas moins fouillées, comme toutes celles d'un excellent album de thrash/death.

Une chanteuse hargneuse ne fait pas tout, mais fait beaucoup. Les lignes de chant sont directes avec un ton agressif, ce qui donne tout de suite du corps au contenu.

Le contenu étant déjà bien rempli par de bons riffs et une section rythmique bien inspirée en petites mais notables variations ("Dreadful existence").
 

Unsafe réussit, avec des détails, à se placer en haut d'une pile de cds dans le genre.

 

Le petit truc au delà de tous ces albums chiants, répétitifs, est que le groupe sait moduler dans l'agressivité.

Ni sombre, ni ambiant, juste accrocheur et violent, les français rentrent vite dans le vif du sujet, l'exploitent à fond et torchent un album de 47 minutes avec tant de vigueur, qu'on ne jurerait pas qu'il dure ausi longtemps.

Evidemment, certaines limites peuvent être atteintes, mais elles ont le mérite d'être oubliées par le côté parfois un peu "groovy" des guitares qui, soit dit en passant, sortent d'excellents soli (courts mais idéals pour les compos).

 

Avec une production toujours assurée par M. Potvin, l'influence scandinave est présente sans être ultra-flagrante.

Petite fierté franco-française, Unsafe ne change pas beaucoup depuis ses débuts, mais évolue doucement.

Possible que les limites du groupe soient atteintes, les différences entre le précédent album et celui-ci étant anecdotiques (suffit d'ailleurs relire ma chronique du précédent album pour y retrouver les mêmes réflexions). Il n'empêche qu'on ne s'en lasse absolument pas.

 

Du plaisir en galette c't'affaire, qui mérite amplement sa bonne note ! 
Bon, en même temps, sur Coreandco, faut faire du death pour avoir une bonne note.

photo de Tookie
le 29/08/2013

1 COMMENTAIRE

pidji

pidji le 29/08/2013 à 09:23:56

Haha, d'ailleurs, 2 chroniques death aujourd'hui, aïe on est mal !!! :D

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019