Gravehill - Death Curse

Chronique CD album (36:51)

chronique Gravehill - Death Curse

Ils sont gros, moches et ringards... parfait! Ca va changer des couilles molles du weshcore qui nous râpent les tympans avec leurs musiques molles et inutiles. Direction: les Etats-Unis des USA d'Amérique pour se bâfrer d'une belle grosse plâtrée de Evil Death Thrash Black Satan. Ca gueule, c'est gros, c'est magnifiquement anachronique, ça défoule: on est content.

 

Ce groupe formé en 2001, puis reformé en 2006 explore le passé et dépoussière les origines du Metal à pointes. Gravehill n'appartient donc à aucun genre, il s'est abreuvé du bouillon de culture des années 80 qui a donné naissance au Thrash, au Black Metal et au Death. La volonté du groupe est de remonter le temps, n'espérez donc pas vous faire secouer le gras du fion avec la moindre miette d'originalité. Gravehill enfonce ses gros ongles jaunes dans les entrailles des Grands Anciens pour en badigeonner son album. On songe aux premiers Slayer, Venom, Possessed, Bathory, Motörhead avec un son un poil plus moderne. Rien de plus, rien de moins. Gravehill c'est la bagarre, la salle de concert qui sent le dessous de bras, la bière chaude versée à la gloire de Satan... Ha oui, c'est du Evil à deux balles, exhumez les clichés en cuir, acérez les clous et faites de la moto sans casque: Gravehill est là!

 

Ca joue de traviole, c'est bancale mais ça... on s'en tamponne puisque l'ambiance est là: sauvage et complètement maboule!

 

Rien de neuf à l'horizon, l'originalité n'est pas là, elle est partie gerber son goûter dans un caniveau. Toute la rondelle dégouline d'une jovialité jubilatoire. Qu'il est doux de renouer avec les origines du genre. 

 

Ca vous plait pas? Le Black jurassique vous fait peur? Les touffes Heavy vous froissent le jogging? Les vociférations de pochtrons vous font faire des cauchemars? Quel dommage... De toute façon, Gravehill ne s'adresse qu'aux oreilles des vieux con!

 

Quoi tu me regardes. Tu n'apprécies pas? Mais qu'est-ce qu'y a là dedans qui t'plaît pas? 

Pour moi c'est idem que ça t'plaise ou non.

J'te l'rejoue quand même...

 

photo de Cobra Commander
le 12/01/2015

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements