Van Fritzmool - Michel 1er

Chronique CD album (34:34)

chronique Van Fritzmool - Michel 1er

C'était un samedi matin comme tous les autres, Madame 8oris était partie à son cours hebdomadaire de Yoga-Poney et je profitais d'un moment de célibat pour découvrir à plein volume l'un des nombreux albums que j'avais à chroniquer. Je commençais ma liste, alphabétique, par la fin...Van Fritzmool...Ventre Saint-Gris, avec un nom pareil, je ne donnais pas cher de leur peau à ceux là. Van Fritzmool….Van Frite Molle? Des Belges sûrement. Ah bah, non. Ils sont de chez nous en fait.

Bref, il était temps de lancer la lecture de leur premier album, Michel 1er et je n'avais pas appuyé sur Play quand j'entendis ce plouf caractéristique de l'étron déposé sans gêne dans les Vécés qui jouxtaient mon bureau. Mes deux poilues étaient à côté de moi, Choucroute dormait dans son canapé, profitant d'un repos bien mérité après une longue nuit de sommeil et Bulle tentait de la réveiller sournoisement en mode furtif. Bref, aucunes de ces deux greffières ne pouvaient être à l'origine de cet incongru bruitage corporel. Curieux plus qu'inquiet, je me rendais donc aux water et constatais que la lumière de la Villa des Roses était effectivement allumée. Je pris mon courage à une main et de l'autre, je tirais la chevillette et faisais choir la bobinette pour découvrir avec grande surprise l'origine du bruit. Comme j'avais mon téléphone avec moi, j'eus la bonne idée de prendre une photo pour immortaliser ce moment:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'iconoclaste moustachu me toisa d'un regard condescendant.

 

"- Bah, alors, on ne peut plus chier tranquille?

- Frank Zappa! Fichtre foutre de bouc. Mais qu'est ce que vous faites dans mes toilettes?

- Je me muscle le sphincter, ça ne se voit pas?...A ton avis?

- Ben, je ne sais pas...D'autant qu'au dernière nouvelles, vous êtes mort quand j'étais en CM1 et que...euh...sauf erreur, les morts font rarement caca.

- Ah, enfin un journaliste qui ne dit pas de bêtises. Il aura fallu que tu parles de merde pour éviter d'en dire. C'est marrant la vie! Enfin, la mienne. La tienne, de journaliste, a l'air plutôt nase.

- Oh oh oh, je ne suis pas journaliste, je suis un simple chroniqueur bénévole.

- Bof, c'est pareil. Tu parles de ce que tu ne connais pas en faisant semblant de t'y connaître pour des gens qui pensent s'y connaître alors qu'ils n'y connaissent rien. Tu écris des conneries... gratos certes mais c'est quand même des conneries."

 

Je ne fis par grief de cette insultante remarque...qui n'était probablement pas complètement fausse.

 

"- Mais..euh...comment vous êtes arrivé là ?

- Ben en passant par les tuyaux pardi, à ce que je sache, on n'est pas assez intime pour que tu me files tes doubles de clés et tu n'as pas de fenêtres dans tes gogues...D'ailleurs, c'est très désagréable pour l'odeur. Tu n'as pas de l'air Wick?

- Non, desolé...Mais vous êtes MORT bordel, qu'est ce que vous faites là ?

- Je ne suis pas mort, gamin. Enfin, physiquement et ici, je le suis...mais des fois, Dieu me demande de redescendre sur Terre pour…

- Dieu existe?

- Evidemment!  Félix Michel Dieu, le chanteur d'opéra...c'est le boss là où les artistes morts se retrouvent

- Le paradis existe donc?

- Le paradis? Pas du tout mec, c'est comme ici, voire pire. On n'a ni grille pain ni tabac, il existe un prix Nobel de djent et on cherche toujours le vaccin du covid-27. Et quand je dis que c'est là où les artistes morts se retrouvent, je parle vraiment de tous les artistes...Par exemple, j'habite dans le même HLM que Grégory Lemarchal et John Scatman. T'aurais pas une clope?

- Non, désolé. Vous habitez en HLM ? Sérieux ?

- Ouais. Ceux qui ont fait leur carrière dans les années 70 sont les moins bien lotis. Tout ça à cause de la période Disco...enfin c'est une longue histoire et je ne suis pas là pour ça...T'as même pas une roulée?

- Non, désolé. Qu'est ce que vous foutez dans mes chiottes?

- Je suis là parce que tu t'apprêtais à écrire une chronique sur Van Fritzmool

- Vous connaissez ce groupe? Mais ils ont à peine 400 likes sur Facebook.

- Et alors? C'est un critère ?

- Non, désolé...Et donc pourquoi Van Fritzmool?

- Parce que ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu un album aussi inspiré et foutraque, j'en ai parlé à Félix et il m'a dit de descendre pour défendre leur cas auprès des pisse-vinaigres dans ton genre. Tu l'as écouté au moins?

- Félix Michel Dieu? Euh non…

- Mais non, Michel 1er, le premier album de Van Fritzmmol. Tu devrais. Niveau style, on est sur une base rock solide mais qui n'hésite pas à allègrement tremper son biscuit dans la grande chatte de la putain musicale. Et vas y que je tape dans le mathrock incisif ("Pretty Duck", "Jungle Stutter"), et vas y que je culbute dans les sonorités à la Tool, et vas y que je motoculte dans la pop léchée ("Sogutseï") et vas y que j'utilise des machines pour épicer un peu les morceaux.

- ...tremper son biscuit dans la grande chatte, je note...

- C'est ça, note, le gratte papier. Mais attention, c'est pas de l'avant-gardisme qui a attaché au fond de la soupière. C'est plutôt de l'avant-gardisme qui n'a pas oublié que dans liberté artistique, il y a artistique... Comme une preuve qu'il est possible d'écrire de façon originale tout en restant très accessible, fun et sympa. Ils ont un son hyper accessible, une guitare légèrement saturé, très vintage, une basse dans la même veine et une batterie traité de façon très jazzy, très mate mais incisive aussi inventive dans son jeu. Autre chose qui m'a beaucoup plu, c'est qu'ils jouent beaucoup avec la voix ou les voix. Ils en font un instrument à part entière ("Itameta Tako") qui est aussi bien abordé dans sa dimension rythmique que mélodique. Parfois, les mots s'effacent au profit de simples syllabes mais trouvent toujours un moyen pour s'ancrer dans la tête de l'auditeur.  T'as pas du tabac à chiquer?

- Non, désolé. Autre chose?

- Oui, c'est le seul groupe qui est parvenu à placer "organisation matricielle" dans un morceau, en plus de réflexions philosophiques comme "le futur, c'est notre avenir".

- Ça ressemble à du foutage de gueule, non?"

 

Frank se nettoya le sillon interfessier d'une main et lissa ses bacchantes de l'autre.

 

"- Absolument mais Van Fritzmool ne se fout pas de la gueule de l'auditeur, il se fout de la gueule de ce qu'on attend d'un groupe de rock. Cet album est un peu dans la lignée d'Empalot, en moins métal, en moins sombre. Plus que tout, c'est un album spectacle, une comédie musicale qui n'a rien à voir avec les oeuvres merdico-chiantes habituelles. Cet album, plus qu'en live, on l'imagine joué sur une scène comme serait jouée une pièce de théâtre. Et c'est pour ça que je suis là, parce que si j'étais encore là, je les aurais pris en première partie les lascars. Tiens, "Level 8", c'est tout à fait mon genre de délire rock. Tu n'aurais pas du café ?

- Non, désolé.

- Roh!!!...Bref, chez Van Fritzmool, y a l'énergie, suffisamment de maîtrise technique pour soutenir la drôlerie du délire, on sent que les gars se connaissent bien et s'accordent parfaitement. En somme, de la musique au service de la folie de 3 gars barrés mais carrés. En plus, l'album a une patte sonore très DIY mais archi-propre.

- Donc il ne manque rien?

- Ils auraient peut être pu pousser l'expérimentation sonore un peu plus loin, intégrer plus d'instruments, plus d'effets sonores, moins rock et plus fous mais niveau inspiration, efficacité, pour un premier album, ça vaut plus que le détour, c'est accessible, rigolo mais pas ultra-vomito-rigolo...Pis, évidemment, on attend une suite là-haut, un François 2nd ou René XIV. Bref, que la généalogie royale continue, que le délire soit maintenu et gagne en assise.

- Ouais mais chez CoreAndCo, c'est plutôt métal et compagnie

- Et alors? Tous le monde a deux oreilles et un cerveau entre les deux, je pense qu'avec un peu de concentration, il est possible de se servir des trois en même temps pour se faire un avis. Faut s'ouvrir bonhomme.

- C'est pas faux

- Bon, bah, c'est pas le tout, faut que je te laisse. Tu connais un...Attends que je me souvienne...Un genre de rongeur...Couleur pisse? Ça te dit quelque chose?

- CGlaume?

- Ouais, c'est ça. Il faut que je passe le voir, il a pas mal d'albums en stock sur lesquels je vais le briefer comme j'ai fait avec toi.

 

Même s'il m'avait refilé la chronique du premier album de Van Fritzmool en mode "toi qui dit, toi qui y est", il fallait que je sauve mon lapin jaune préféré de l'intervention de ce moustachu un brin injonctif.

 

- Ah oui, Cyril...Le problème, c'est qu'il utilise des toilettes chimiques

- Pas grave, je peux aussi passer par les cheminées, c'est mon côté Père-Noël. Allez, salut gamin et fais moi un beau papier sur Van Fritzmool, ils le méritent amplement. Si c'est pas le cas, je me débrouillerai pour que Filip Nikolic viennent chez toi pour un concert privé!"

 

Il tira la chasse et disparût comme un génie odorant dont la lampe aurait été remplacée par des gogues!

 

 

On aime bien : le style, l'originalité, l'ambiance, les voix, le côté rock qui part dans tous les sens

On aime moins: les chroniqueurs qui se permettent de faire parler des gens à leur place

photo de 8oris
le 27/05/2021

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 27/05/2021 à 11:36:48

"il existe un prix Nobel de djent"
L'horreur haha

Chronique genialissime !!

(M'en fous, j'ai pas de cheminée non plus...)

el gep

el gep le 31/05/2021 à 23:05:06

Ahah, je ris, merci!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Guapo - Five suns
Folsom (fr) - Bad Ways