Villagers Of Ioannina City - Age of Aquarius

Chronique CD album

chronique Villagers Of Ioannina City - Age of Aquarius

À l'ancienne. Cet album, je l'ai découvert à l'ancienne : pas en errant pendant des heures sur Bandcamp, en suivant des hyperliens à l'infini sur Metal Archives, parce qu'un Facepote a posté un lien YouTube. Non, c'est un ami, à la maison, qui me dit "Tiens, je viens de découvrir ce groupe, ça devrait te plaire". Et effectivement, il ne faudra pas longtemps pour tomber sous le charme de Age Of Aquarius, pourtant l'album d'un groupe qui ne rentre pas dans mon champ de compétences habituel. En quelques secondes, j'ai saisi le potentiel des grecs tout en me méfiant du fait que cet enthousiasme ne soit pas un feu de paille et qu'il retombe à mesure des écoutes.

 

Heavy, Stoner, Doom, le groupe est un peu tout ça à la fois. L'une des premières choses que l'on remarque le concernant, c'est la présence dans son line-up de musiciens dédiés aux instruments à vent, cornemuse, kaval... Pour autant, il serait malhonnête de rapprocher Villagers Of Ioannina City sur ce deuxième album de la scène Folk Metal, contrairement à ce que pouvait laisser penser l'EP Zvara/Karakolia sorti en 2014.

 

Le pouvoir émotionnel tout au long des dix titres est immense et ne fait qu'aller crescendo, rappelant le Anathema récent. Le groupe aura pris le temps de peaufiner sa musique, chaque titre semble avoir été construit de manière méticuleuse avec une science de la composition qui évoque, dans un autre registre, leurs compatriotes de Hail Spirit Noir. Les guitares sont à mi-chemin entre psychédélisme du Stoner et lourdeur du Doom au service de structures dont la construction et la progression rappelle les grandes heures de Pink Floyd. Les instruments folkloriques apportent quand à eux une touche rituelle. Une multitude de styles est brassée au sein de Age Of Aquarius, mais le groupe parvient avec intelligence à maintenir une unité grâce à une personnalité affirmée. Par exemple, « Millenium Blues » début par une rythme purement Reggae qui ne choque pas, avec les choeurs féminin, avant de se muer en cavalcade Heavy-Rock, le pied sur le retour, dotée d'un solo démentiel.

 

Chaque titre, sans exception, réserve son lot de moments proches du génie, il serait fastidieux de la citer tous, mais écoutez moi le groove dantesque de « Dance Of Night », ou la fausse décontraction rock'n'roll de « Cosmic Soul ». Le chant, toujours mélodieux, rivalise d'inventivité et de créativité avec les guitares, en faisant penser avec délice à Dave Gahan ou à Danny Cavanagh. Il est vecteur émotionnel essentiel de la personnalité du groupe.

 

Malheureusement, Age Of Aquarius est arrivé trop tard jusqu'à mes oreilles pour figurer en bonne place dans mon Top 10 de 2019. J'espère que Villagers Of Ioannina City va poursuivre dans cette voie d'un Metal hybride classieux. L'année 2020 commence bien...

photo de Xuaterc
le 11/02/2020

5 COMMENTAIRES

8oris

8oris le 11/02/2020 à 09:29:08

Très très sympa et effectivement de plus en plus protéiforme au fil des écoutes.
Idéal comme musique de fond pendant une soirée jeu de société.
Merci pour la découverte!

Xuaterc

Xuaterc le 11/02/2020 à 12:45:00

De rien Boris. Effectivement, chaque écoute est une expérience différente.
Et même Mme Xuxu est tombée sous le charme!

PogoTiM

PogoTiM le 12/02/2020 à 21:35:45

Merci pour la découverte, je ne m'attendais pas à avoir envie d'écouter cet album en boucle. L'ombre d'un Lingua exotique plane sur cette galette. Très belle voix

Xuaterc

Xuaterc le 13/02/2020 à 08:31:40

De rien. J'ai l’impression que le pouvoir addictif de ce disque constitue sa principale surprise.

Malichief

Malichief le 20/02/2020 à 12:59:16

C'est moi le pote !

Super chronique et super groupe ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements