Vital Spirit - Still as the Night, Cold as the Wind

Chronique CD album (36:17)

chronique Vital Spirit - Still as the Night, Cold as the Wind

Depuis quelques années, les grandes étendues de l’Ouest américain font l’objet d’une (re)visite assez remarquable de la part de la scène Black Metal états-unienne et canadienne. Un véritable front pionnier musical s’ouvre alors, souvent attaché à montrer la beauté, la virginité et la richesse de la nature du Grand Ouest et de la culture indigène, avant la phase de conquête et les exactions et massacres qui l’ont caractérisée. Untamed Land revendique ainsi avoir été le premier groupe à avoir incorporé à son atmoblack le « son sauvage » du Western Folk avec un résultat intéressant, mais largement perfectible. Dans la foulée, Wayfarer – comme l’a fort joliment démontré Moland à l’occasion de deux chroniques, dont celle de A Romance With Violence restera son tout premier texte dans notre webzine – leur a depuis damné le pion et assez largement et majestueusement pour dire vrai… En comparaison, les propositions de Dark Watcher – autre entité se plaçant dans cet Ouest sauvage – semblent bien moins subtiles et plus rugueuses.

 

Ce n’est pas tout, et de loin !!! Existe en effet un projet solo bien raw sur les bords, d’un certain Kurator of War, centré davantage celui-ci sur l’histoire des natifs américains avec un naming on-ne-peut-plus clair : Pan-Amerikan Native Front ! Appuyé dans un split par son compagnon d’armes québécois Ifernach, il porte un « Native Amerikan Black Metal » plus âpre et revendicatif, plus agressif, plus belliciste en fait, en célébrant par exemple dans son album Little Turtle's War les victoires militaires indigènes contre l’US Army, à l’exemple de la Bataille de la Wabash en 1791. Ce « front » s’étoffe (et se solidifie) avec Primeval Well et son folklore occulte appalachien ou encore avec la musique aussi féroce qu’élégante extraite des montagnes Adirondacks par Blackbraid, dont un membre de la Team Coreandco nous parlera bientôt.

 

 

 

Le cadre étant posé, il est temps de parler du groupe qui nous intéresse ici. Un groupe ? Plutôt un duo, Vital Spirit, qui combine les talents de deux musiciens canadiens qui œuvrent déjà côte-à-côte dans Wormwitch : le guitariste/bassiste/chanteur Kyle Tavares (Seer) et le batteur Israel Langlais (Unbeheld). Ces deux gars originaires de Vancouver opèrent à leur tour une belle fusion entre le Western Folk et Black Metal, avec une teinte anticolonialiste que revendique le BM indigène. À l’écoute de leur EP 4 titres In The Faith That Looks Through Death (2020), Vital Spirit peut paraitre comme un simple succédané du désormais célèbre quatuor du Colorado. C’est un peu plus compliqué que cela... Non seulement l’univers conceptuel n’est pas tout à fait le même (il tape tout comme Volahn dans la cosmologie maya et l’histoire révolutionnaire mexicaine), mais l’identité Black y semble également plus forte. Comme si le duo s’amusait à tremper allègrement leurs groupes-influences (Drudkh, Dissection, Inquisition) dans un gros bol rempli ras-la-gueule de Spaghetti Western façon Ennio Morricone (batterie martiale et solo typé de "Centaur"). À l’écoute du fougueux "Ghost Dance", on a même envie de ferrer son canasson, de monter en selle et de partir à la découverte des Grandes étendues !

 

Artwork de l'EP In The Faith That Looks Through Death

 

Moins nostalgique peut-être que « le Black Metal des plaines du Grand Ouest » de Wayfarer, Vital Spirit trace sa route avec son premier long-format Still as the Night, Cold as the Wind (36 mn, 8 titres). Dès le premier souffle gratté à la guitare "Blood and Smoke" et jusqu’au dernier riffing de "Lord of the Plains", la marque d’Inquisition jaillit avec force. On y retrouve à nouveau ce p’tit quelque chose qui le différencie de Wayfarer, à savoir ce BM plus hargneux, plus poilu en somme ! Cette impression semble palpable sur un morceau tel que "Bad Hand", "Dawn of Liberty" ou "White Eyes". À pousser la comparaison équine, si Wayfarer est un étalon racé, aux foulées subtiles, légères, adapté aux longues distances du Wild West, Vital Spirit est un cheval robuste et cuissu, carrossé pour le dur labeur des champs, plus efficace sur de courtes distances (les morceaux oscillent souvent entre 3 et 4 minutes). Je dirais que cet écart s’est même creusé entre 2020 et 2022, en passant de l’EP à l’album et c’est sans doute un choix délibéré. Le Folk Western est toujours là – en attestent l’entrée géniale de "The Long Walk" et l’intégralité de "Saccharine Sky" – mais, à l’image de l’outro qui fait dans un atmoblack de bonne facture, mais plutôt classique, son empreinte s’est relativement édulcorée. D’aucuns d’ailleurs le regretteront sans doute !

 

Le mouvement Wild West / Western / Native American nous offre l’occasion d’observer toute la variété du Black Metal nord-américain et, en son sein, Wayfarer demeure au-dessus de la mêlée. Alors que la pression est forte derrière (Blackbraid), Vital Spirit nous offre une belle épopée musicale, moins immersive certes que pour son EP, mais pétrie de qualités.

photo de Seisachtheion
le 30/09/2022

2 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 30/09/2022 à 10:31:22

Beaucoup considèrent que l'Histoire nord-américaine est brève et peu intéressante mais c'est confondre EU et Amérique
Parmi les précurseurs, on peut citer VIT

Moland

Moland le 30/09/2022 à 18:18:54

Super chronique pour un excellent album. Dans mon #top2022.
Et merci pour le clin d'œil. 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements