Wayward Dawn - Haven Of Lies

Chronique CD album

chronique Wayward Dawn - Haven Of Lies

Loin des pitreries pénibles de leurs compatriotes de Baest, les jeunes Danois de Wayward Dawn ne font pas dans le swag.

Mais dans le Oldskull Death Metal. L'intention est louable, mais le résultat bien moins estimable.

 

Avec sa pochette super moche et faite par un infographiste beurré de 5 ans (première puce à l'oreille sur la qualité de l'ensemble), Haven Of Lies constitue le deuxième effort longue durée du quatuor, après un, apparemment, bruyant Soil Organic Matter en 2018.

 

On s'en fout ? Clairement!

 

L'intro toute glauque, on en a l'habitude. Le tic est lassant. Surtout qu'il ne sert à rien... 

Alors que "Misery" débute, une sensation de lourdeur stomacale nous saisit. On fait le dubitatif devant tant de balourdisme à tiffs.

Car le riffing est original comme un paquet de nouilles. Les leads bien swedeath et le son gadouillou, avec un grondement de la basse bienvenu, imprime, évidemment le combo dans le oldschool.

Cependant l’exercice demande de l'instinct d’équarrisseur, du feeling de boucher et pas un sens approximatif du break bof bof et du mid tempo un peu redondant. Le chant ténébreux et graveleux de Rasmus tient bien la route certes mais sans plus.

On bâille vite donc. On réécoute un peu dépité, plusieurs fois hein, pour bien se convaincre qu'on s'emmerde un peu.

Et puis l'instru à la guitare toute sèche que constitue "Bliss" achève de faire de cet album, un produit de consommation vite oublié.

 

Wayward Dawn accouche donc d'un skeud lambda qui ne vous fera pas danser la lambada.

Même pas envie de faire un jeu de mot plus pourri encore, c'est dire...

photo de Crom-Cruach
le 20/03/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements