Withdrawn - The strongest will

Withdrawn - "The strongest will"
chronique Withdrawn - The strongest will

Après le détonnant Skulls of the weak, il aurait été dommage pour Withdrawn de ne pas continuer.

Ne cédant pas à l'appel de la facilité en copier-collant ses morceaux les plus efficaces, le groupe s'est penché sur ses qualités et a tenté de s'en découvrir des nouvelles.
 
Du coup le groupe a gardé sa propension au blast pour son style death, sans ignorer de lorgner sur quelques aspects black.
L'influence Behemoth est donc toujours d'actualité, mais les français arrivent à s'en décoller en variant au mieux ses compositions.
 
Les meilleurs outils pour y parvenir : beaucoup de breaks, quelques baisses de tempo qui installent des mélodies (loin d'être fluettes), un chant plus hurlé/criard moins lourd / rauque qu'auparavant, et surtout l'impression, habituelle mais toujours dévastatrice, de sentir un rouleau-compresseur nous rentrer dans les oreilles, écraser le cerveau et ratatiner tout ça de l'intérieur en quelques allers-retours.
Les compos sont fluides, la variété est de mise, du coup on ne jette jamais l'œil sur sa montre. Pourtant, en empruntant un petit virage musical, le groupe se durcit sur certains points... Et se ramollit sur d'autres.
Rien de bien dramatique, bien au contraire, mais il faut espérer que les bordelais ne perdront pas pour la suite cette puissance et cette brutalité !
 
Portée par un gros (mais pas trop) son très propre, symbolisée par leur batteur qui martèle sans relâche, l'agressivité du groupe fait pour beaucoup dans la réussite de cet album, sans que l'on ignore le travail d'ambiance que les guitares prennent à leur compte.
Bref, c'est d'la bonne.
photo de Tookie
le 15/06/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019