Heartbeat Parade - Interview du 01/03/2013

Heartbeat Parade (interview)
 

Hora de los Hornos est un album à haute teneur en symboles et en sujet de notre temps. Pour un album instrumental, on peut le lire comme une revue de presse, un pari un peu fou, non ?

 

J'espère que chacun des auditeurs pourra s'en faire sa propre idée, on ne peut pas imposer un ressenti, en tout cas ce n'est pas le but ici.

Mais si tu l'as vu comme une sorte de journal musical je trouve ça déjà intéressant. Je pense qu'il est plus fou aujourd'hui de refaire ce que tout le monde a déjà essayé ; plutôt que de tenter de proposer une création différente.

 

Vous avez une formation de journaliste(s) ? On sent une analyse qui dépasse "les gros titres".

 

Non aucun de nous trois n'a de formation dans ce domaine. Nous essayons par contre d'aller le plus loin possible dans les réflexions que nous proposons.

Il ne faut pas voir nos messages comme des analyses mais comme une façon d'ouvrir un débat, de proposer des sujets de discussions. Ce sont ces discussions que nous avons également entre nous dans notre salle de rep' ou en tournée, sur des sujets qui nous concernent mais qu'il nous semble important de partager également avec le maximum de personnes.

 

 

Quelques mots sur le documentaire fleuve de Fernando Solanas et Octavio Getino. C'est un film d'information, intense, émouvant, violent mais aussi long et l'on s'y perd... au final un film très "rempli", vous aviez en tête d'en faire la bande-son parce que votre album a ses mêmes qualités.

 

Non, non , nous n'avions pas en tête de faire la bande de son de ce film, en fait nous nous sentions plus inspiré des écrits de José Marti, un écrivain, philosophe, poète cubain qui a participé, de part son travail, à la révolution espagnole.

Mais le film dont tu parles traite des mêmes sujets. Je n'avais jamais remarqué cette corrélation entre la forme de notre album et ce documentaire.

Nous voulions composer l'ensemble de l'album de manière à ce que chaque morceau puisse être écouter indépendamment mais que l'album forme un tout.

On espère qu'on a pu suivre le même fil conducteur que celui que tu décris pour le film ( intensité, émotivité, violence, nostalgie...) mais, même si nos structures ne sont pas souvent évidentes,

on espère que les auditeurs ne vont pas se perdre ;)

 

Une des particularités de l'album est son approche un peu renfermé presque autiste et pourtant pour qui se donne la peine de rentrer... il devient incontournable , il est peut-être tôt pour parler de recul mais l'idée de "chasse-gardée", c'est un parti-pris par le groupe ?

 

Ce n'est jamais facile de parler de ses propres créations. Je comprends qu'il soit nécessaire d'écouter plusieurs fois nos morceaux pour s’imprégner des différentes ambiances et des surprises que peuvent réserver les arrangements et les structure.

Nous ne composons pas dans le but direct de créer des morceaux techniques, ou des structures impossible à comprendre : on fait simplement une sélection des impros/jams issues de nos nombreuses répétitions.

On joue des heures et le plus souvent possible, on enregistre tout et on garde ce qui nous plaît. le coté renfermé ou autiste je l'explique facilement : ça fait un an qu'on travail sur cet album, on répète vraiment beaucoup et on a passé des semaines entières enfermés en studio

Il y a des moments ou ne faisions que ça, si ça se ressent dans notre album , c'est que notre musique est sincère.

 

 

Compte-tenu de votre passé, vous auriez pu poursuivre dans un plan à la Rage against the machine ou System of a down, des voies tracées avec des textes engagés, vous préférez les samples au chant, les mots des autres sont plus porteurs ? Comment c'est réalisé le choix des samples ?

 

Vinny et Félix avaient déjà commencé le projet avant que je ne rejoigne le groupe, ils travaillaient avec des samples.
Tous les trois on étaient d'accord sur une chose : on ne voulait pas se fixer de limite ou de restriction dans nos morceaux; ne pas avoir de chanteur permet une liberté quasi-infini dans la composition musicale.

Cette liberté dans la composition on l'a voulait dès le départ et on va la conserver.

 

Le choix des samples se fait en deux parties. D'une part on discute souvent quand on se voit ; des sujets d'actualités, des sujets qu'on trouve intéressants et dont on voudrait parler.

Ensuite il faut visionner des centaines d'heures de documentaire pour trouver les bons mots, les bonnes phrases avec la bonne qualité sonore... et enfin il faut les incruster dans la musique, les couper, les intégrer au mix.

C'est un travail très long.

 

Vous avez la réputation d'être "terribles" sur scène, énergiques et magnétisants, mais aussi sans leader... Heartbeat Parade matérialise vos corps en bande-sons ? Sinon, on a pas encore fait connaissance ...

 

Ah oui on aurait peut être pu commencer par là , Félix joue de la basse et des sons synthé, Vinch de la guitare et du piano et Vinny s'occupe de la batterie et des samples.

On joue depuis a peu près 3 ans ensemble et on a la particularité d'être de trois pays différents mais frontalier le Luxembourg, la France et la Belgique .

Merci pour le compliment sur l’énergie, notre passé ( hardcore, metal ) nous rappelle souvent que l’énergie est un des élément primordial pour un groupe en live, on s'y attache beaucoup.

Je pense également que la scène est un exutoire pour nous et que souvent on se laisse aller à nos émotions sans y réfléchir.

 

 

Parlez moi un peu de votre histoire d'amour avec Mouscron (c'est ma ville), vous venez exploser les sens pour les 10 ans du eL bAr (last rock place in this city), vous êtes depuis peu chez Kuistax (jeune label/booking fondé par Julien, un mouscronnois et ancien programmateur du eL bAr) ? et du temps où on payait encore en francs belges, vous aviez atomisés la Frégate (Maison de Jeunes) avec Defdump...

 

Effectivement on a eu un bon souvenir du el bar, c'est un beau lieu comme il n'en reste plus beaucoup et on reviendra dès que possible.

On est en booking chez Kuistax et pour l'instant on est très content de son boulot, il est à l'écoute de nos attentes et se donne à fond dans son job, on espère qu'on est parti pour une longue collaboration :)

 

Il n'y avait plus de place dans le maxi-monde de la musique pour un groupe comme Defdump ? De cette époque, vous étiez foncièrement novateurs déjà alors que le HxC avait encore une belle côte ? En même temps, vous avez été discrets pendant un temps, un parcours qui me fait penser aux normands de No Junk Food, pour l'approche musicale, la fougue (même si ces derniers, ont quittés la classe bien avant vous).


Si, il y avait encore la place pour Defdump, le groupe se portait bien au niveau des dates qu'on jouait, au niveau de la productivité aussi. Ensuite il y a eu pas mal de regrets a différents niveaux, notamment en ce qui concerne le temps qu'on pouvait encore consacrer au groupe. Par conséquent on a décidé d'arrêter le groupe parce qu'on ne réussissait plus a s'y consacrer a 100% tous les 4 et chacun a commence de nouveaux projets de son côté.

 

Vous venez d'un région mélangée, un carrefour entre différents pays, une zone de transit aussi, je suppose, ça influence votre musique (au carrefour de pas mal de genres, elle aussi), vos vies ?

 

Oui bien sur c'est une région particulière. nos vies en sont forcement influencées et quelque part ça doit se ressentir obligatoirement dans notre musique.

Mais je crois que quand tu vies - et donc que tu composes - dans un endroit , tu te retrouves comme immergé par ton environnement, il est parfois difficile de s'imaginer comment serait la situation ailleurs et donc d'avoir un moyen de comparaison.

Ce que je retiens de ma région c'est qu'il n'y pas beaucoup de soleil, qu'il fait plus souvent froid que chaud, et que le ciel est souvent gris ;-)

 

Avec tous les groupes qui jouent au Rockhal, chaque année, ça doit donner des idées, comment se porte la/les scènes à Esch ?

 

ces dernières années les choses ont pas mal changé à Esch, certains artistes tentent de vivre de la musique, le studio qu'il y avait avant à la Kufa n'existe plus.

Globalement la scène devient plus sérieuse, peut-être qu'elle perd un peu son coté rocknroll.

Mais il y a toujours autant de groupes dans cette petite ville et ça c'est le principal.

Il faut dire qu'avec la Rockhal et la Kufa dans la même ville + l'Atelier et l'Exit07 a 15mn , sans compter les bars comme le Rocas , les conditions pour jouer sont assez complètes.

Niveau concert, là je ne connais pas beaucoup d'endroits ou on peut en voir autant sur un périmètre aussi réduit, c'est une excellent école pour tous les artistes et une chance pour les passionnés de musique.

 

 

Quel est le futur proche pour Heartbeat Parade ?

 

Après la sortie d'Hora de los hornos chez Get a Life on va jouer le plus possible. On est en train de construire une tournée avec Julien de Kuistax pour fin mai.

Whosbrain Records va sortir l'album en vinyle, normalement aussi au mois de mai, on va continuer de mettre en ligne des remix de nos morceaux.

On attends des confirmations pour des festivals cet été, d'ailleurs on vient d'avoir la confirmation qu'on joue au Rock a Field :)

 

 

Pour ma chronique, j'ai eu l'aide bien heureuse de Mel qui travaille au eL bAr et vous a vu... Pour elle, votre musique est terrible, enveloppante et addictive (Elle en a vu un paquet des groupes, depuis 10 ans...). Vous la comprenez ? ^^

 

Ahah, mais oui ! Merci à Mel. j'essaie de remettre un visage mais ce n'est pas évident ;) c'est un bon compliment et c'est ce genre de phrase qui nous motive à continuer !

 

 

Je vous laisse le petit dernier pour la route, hein, mais prudence...

 

Merci pour cette interview, on espère te voir bientôt pour discuter de tout ça plus longuement.

sûrement autour d'une bière au eL bAr :)

longue vie a Core and Co et merci pour votre soutient.

 

 

 


 

Ce sera un café pour moi mais vraiment avec un grand plaisir.

photo de Eric D-Toorop
le 29/03/2013

2 COMMENTAIRES

Geoffrey Fatbastard

Geoffrey Fatbastard le 29/03/2013 à 14:13:35

Wouah No Junk Food en citation !

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 29/03/2013 à 14:26:22

Un grand souvenir en live No Junk Food...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019