Heartbeat Parade - Hora de los Hornos

Heartbeat Parade - "Hora de los Hornos"
chronique Heartbeat Parade - Hora de los Hornos

L'autre jour, y'a notre trop-peu-reconnu-par-la-profession-mais-jalousé-avec-peur-tel-Fulgrim-par-ses-scribouillards, Patron qui me lance « dit Heartbeat Parade, tu connais, t'aimes bien, t'en penses quoi, tu sais me le faire assez vite, y'a du belge dedans »... Vache d'argument massue, imparable,... « oui, oui, je n'ai pas tout écouté, mais c'est bon » que je lui répond après 3 titres et demi. J'ose à peine lui dire que leur nom de kermesse (belgian touch) je l'ai vu passé à 800 mètres de chez moi, pour célébrer les 10 ans du eL bAr, cave-concert, dynamitée et euphorisante (dans les deux cas, suffit de voir la tête des noceurs) de mon patelin. Un peu une honte, une gêne, parce que bon, je suis un peu responsable de l'ouverture de ce haut lieu de frétillements des cervicales et même administrativement parlant, encore responsable tout court... et...que pour leur show... ben j'y étais pas... J'ai peine à lui dire au Patron que leur nom m'avait un peu laissé pantois et peu disposé à aller voir (quelle hérésie) du Ska... Je ne danse plus vraiment le Ska depuis 1990 à vrai dire...

 

Du coup, je demande à Mel, qui en plus d'être un amour de coolitude, est une barmaid hors-pairs, les yeux rivés à la scène, dès que les cheveux s'agitent. Elle s'en fout, elle est super grande pour une fille, Mel, elle voit tout... « Wow ! Je me souviens en effet d'eux mais j'ai du farfouiller dans ma mémoire car, au el bar, on en a vu une paire défiler... Je sais juste que c'est terrible (associé leur nom mentalement à "terrible"...),... Musique enveloppante et totalement addictive au bout de quelques minutes...  »... quand je vous dit qu'elle est magnifique Mel.
Bref me voilà bien avancé... j'ai loupé un truc... Vache.

 

Dès la première écoute du présent Hora de los Horos, on se rend évidemment compte qu'il n'aura pas l'ombre d'une mesure de Ska, mais l'enveloppe prend forme dès les premières mesures. On entre littéralement dans ce disque, happés par cette ambiance très cinématographique. À mesure que se déroule les quatre premiers titres, ce sont des salves chahutées et colorées qui prennent possession de nos sens. On a beau être dans un format post... , clairement la musique jouée est très ambitieuse. Une musique qui dit les choses autant que les samples choisis sont on ne peu plus explicites. Dans la plupart des disques post-rock, nous sommes chaque fois confronté à un temps d'inconfort où les musiciens s'écoutent et oublient leur propos et pour peu que nous ne sommes pas entrés pleinement dans l’œuvre, on décroche. Avec le trio Franco-Belgo-Luxembourgeois, l'inconfort devient vite une marque récurrente. La musique tangue, oscille, explose, et rentre sans cesse. Des plans Math machins traînent ça et là mais fort heureusement sans démonstration débordante. La clé est toujours la mélodie, les apports du piano en vrai plus.

 

Hora de Los Horos, littéralement l'Heure des Brasiers est un album à plusieurs lectures tant dans la construction (j'y reviens) que sur la symbolique. Compte-tenu des origines du trio – composé de la section rythmique de feu Defdump (ben voilà) et du guitariste de Riktus -, on pense immanquablement aux fermetures récentes des Hauts-Fourneaux et de la progressive et inéluctable disparition d'un patrimoine industriel et culturel. Mais le propos s'il est contemplatif n'en est pas moins combatif et radical, pour ce faire les samples choisis apportent une réflexion nouvelle (pour certains peut-être). Heartbeat Parade est un groupe engagé qui a choisi la meilleure manière pour le faire savoir, le témoignage allié à la musique. Nous sommes bien loin des slogans. Le titre de l'album tire son nom d'un film documentaire argentin de 1969 de Fernando Solanas. Une oeuvre de près de 4 heures, découpées en 3 temps marquants : la dépendance économique et bientôt culturel d'un peuple par rapport à l'étranger bailleur de fonds, son abrutissement parce que maintenu juste la tête hors de l'eau ; en deuxième temps, le réveil revigoré par Peron, l'espoir avant l'entrée en lice de l'armée ; et en dernier temps fort du film la personnalité de Che Guevara. En une heure et 4 parties distinctes, Hora de Los Horos, puise, s'inspire et retranscris tout ça en regard des années Euro et mondialisation.

 

Avec la succession des premiers titres, on comprends vers quel univers nous mène le trio. Sur un rythme soutenu, « Out of silence », « Unspoken truth will emerge », « To become louder than », « Their weapons »... voilà pour ceux, malgré tout, en mal de slogans ! Une introduction pesante, parfois violente entre noise-rock instrumental, hardcore moderne et mélancolie discrète. Les mêmes éléments parfois métallisés sont repris aussi dans le triptyque « Fiat Panis » -du pain pour tous alors que les samples nous narrent la dichotomie grandissante entre la famine grandissante et l'utilisation de la nourriture comme énergie motrice - avec encore plus d'emphase et d'émotions. En plus de poser les bonnes questions, de susciter la réflexion, les pièces jouées versent dans l'émotion juste sans démonstration. Évidemment avec une telle ambition, on évite pas les passages trop longs, un peu alambiqués quand même, quelques chutes faciles et une paire de plans Math machins un peu trop broute-mou pour être honnête. Des peccadilles au regard de l'ensemble développé, intelligent et prenant.

 

Après 2 EP, Heartbeat Parade délivre un premier album, comme dirait Mel, terrible, enveloppant, et addictif. Grosse sortie cette année pour un groupe résolument inclassable.

photo de Eric D-Toorop
le 18/03/2013

5 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 18/03/2013 à 09:32:18

Oui j'ai bien apprécié ce disque aussi ; je n'en attendais rien et j'y suis revenu plusieurs fois déjà.

kiripilipo

kiripilipo le 19/03/2013 à 13:38:35

Yop
Si jamais les labels sont Who's Brain et Get A Life! Records.

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 19/03/2013 à 19:14:07

Comment j'ai pu oublier Whosbrain rhhoooooooooooooooo

Geoffrey Fatbastard

Geoffrey Fatbastard le 20/03/2013 à 11:32:54

Microfilm a fait des adeptes

pidji

pidji le 20/03/2013 à 21:55:57

+1 Geoffrey !
Mais je trouve ce disque plus vivant qu'un cd de microfilm.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Klone - All Seeing Eye
Cougars - Pillow talk