LEICHI.K.O.VA - Interview du 16/06/2005

LEICHI.K.O.VA (interview)
 
Alors, bonjour à vous les Leichi.k.o.va…Pouvez-vous commencer par présenter le groupe ?
Salut à toute l’équipe du webzine ainsi qu’à tous ses lecteurs. Alors, leichikova est un groupe d’alencon de métal hardcore et qui a vu le jour en septembre 2002 suite à la dissolution des groupes respectifs des musiciens. Le groupe a rapidement enregistré une maquette 5 titres au studio loko records qui est sortie en mars 2003. Le groupe a pu ensuite effectuer des concerts afin de faire diffuser le nom du groupe. En mars 2004, changement de batteur avec l’arrivée de Krystopher derrière les fûts. Cette arrivée accentuant le côté métal et brutal du groupe. En décembre 2004 le groupe enregistre son 1er album « introspection » au studio Saint Marthe à Paris, mixé et produit par François Caste. Le groupe signe également à la même période sur le label Syncope Management. La sortie de l’album se fait le 5 avril 2005, la distribution étant effectuée par Musicast. A partir de là, le groupe effectue des concerts afin d’assurer la promotion de l’album. La tournée a commencé en avril et devrait se poursuivre jusqu’en mars 2006 pour ensuite pouvoir se consacrer à la réalisation d’un nouvel album si tout se passe bien.

Où vous positionnez-vous par rapport à la scène française ? Avec Quels groupes êtes vous proches (Français ou internationaux) ?
On fait du métal avec connotations hardcore. Par rapport à la scène française, on souhaite s’y inscrire c’est clair, il faut se donner le temps et surtout les moyens. On fait notre musique sincèrement et après on nous positionne selon les goûts et humeurs de chacun. On fait pas vraiment attention à cela… Des groupes avec qui on se sent proche, il y en a des tonnes vraiment : au niveau français Lofofora (musicalement et humainement), Gojira, Black bomb a, Comity…..etc et y en a plein d’autres. Mais aussi Noid dans les groupes en devenir, c un groupe d’Avranches avec lequel on est sur la même longueur d’ondes et avec qui on a fait un paquet de concerts. Il y a plusieurs influences dans le groupe, on essaie de ne pas se cantonner sur un seul style alors automatiquement des groupes qui nous influencent il y en a plein et si il fallait les citer on en oublierait beaucoup.

Pourquoi “Leichi.k.o.va” ? D’où vient ce nom bizarre ?
Franchement, ce nom de groupe est venu le plus naturellement du monde, ça faisait un moment qu’on cherchait un nom de groupe et après en avoir imaginé des tonnes qui ne voulaient rien dire, on est resté bloqué sur leichikova car on trouvait que ça sonnait bien. Et cela ne veut rien dire du tout...

Avez-vous des influences particulières ? Qu’écoutez vous en ce moment ?

Des influences on en a énormément, déjà ,au sein du groupe, on écoute beaucoup de choses différentes même si c’est certain que le métal et le hardcore reste ce qui nous unit le plus. Comme je le disais auparavant, on écoute et aime tellement de musique qu’automatiquement des influences, il en existe un paquet. Krys (batteur) apprécie surtout le death et le trash métal ; Alex (basse) le côté& fusion ou la basse joue un role important ; Tom (chant) lui est un grand défenseur de la scène métal Française (tout style bourrin confondu) ; quant à moi chris (guitare) c’est plutôt le hardcore new school. Perso, j’ai un petit faible pour les derniers albums de Throwdown, Converge, Norma jean… Tom : les derniers Arkangel, Mass hysteria, Poison the well… Alex : System of a down, Candiria, Cataract… Krys : Hate eternal, Bleeding throught, Dillinger escape plan… Liste non exhaustive, bien entendu.

Le chant a des airs de Reuno de Lofofora par moments…Est-ce une influence revendiquée ?
C’est une remarque qui revient souvent, sans doute est ce du au chant en français. On est tous des fans de Lofofora, le fait d’avoir joué avec eux restera sans doute l’un de nos meilleurs souvenirs de concerts. C’est une influence que l’on revendique c’est net, par contre on reste toujours surpris de cette comparaison car notre musique est quand même plus brutal et plus métal d’après nous. Mais bon, comme comparaison on a pas non plus à se plaindre, Lofo reste pour nous le ténor de la scène métal Française.

Parlez nous un peu de l’enregistrement de cet album…Comment cela s’est il passé ? En combien de temps l’avez-vous enregistré?
L’enregistrement de l’album a eu lieu début décembre 2004 et a duré 15 jours. Ce fut très bénéfique pour nous car on a pu apprendre et découvrir plein de choses grâce au savoir faire de François Caste (prod et mix) qui est un mec très ouvert et surtout très compétent, il s’est investit à 200% dans le projet et on le remerciera jamais assez. On est plutôt satisfait du résultat car on recherchait le gros son et on l’a eu. On espère bien retourner chez lui pour le prochain.

Votre premier album, « introspection », est sorti il y a peu de temps. Avez-vous déjà des retombées ? Est-ce qu’il se vends bien ? La presse vous encense-t-elle ?
On reste un jeune groupe et qui dit jeune groupe dit beaucoup de travail à fournir pour la promotion d’un album. On a donc fait pas mal d’envois aux magazines, fanzines, webzines, radios… Les retombées arrivent, on est plutôt content, il y a de nombreuses chroniques dans les webzines et fanzines et on passe sur les ondes du réseau férarock. C’est cool, les chroniques sont dans l’ensemble positives, on est même agréablement surpris par certaines. Récemment, on a pu être chroniqué dans des magazines spécialisés nationaux comme Rock Sound et Rock One, un morceau a été mis sur le sampler de rock one, et une interview du groupe va paraître dans leur prochain numéro d’été. Il va y avoir aussi 2 compilations qui vont sortir prochainement « french métal » et « the real underground » ou apparaîtra un morceau de l’album. Quant aux ventes, on en sait rien du tout, faudrait demander à Musicast. On fait pas mal de concerts et c’est là qu’on essaie de diffuser l’album. Mais bon, c’est vraiment pas notre priorité de savoir si l’album se vend bien. Nous du moment qu’on joue...

Vous tournez assez souvent, mais essentiellement dans le quart nord/ouest. Une tournée nationale est-elle prévue ?
On essaie de tourner le plus possible. Pour la maquette, on a du faire une cinquantaine de dates essentiellement dans le nord-ouest. Par contre, depuis que l’album est sorti et qu’on a signé avec Syncope qui s’occupe aussi de notre booking, on joue maintenant un peu partout en France, on devrait si tout se passe bien jouer à l’étranger à la rentrée prochaine.. Ca c’est cool, c’est nouveau pour nous.

Quels sont vos meilleurs et pires souvenirs avec le groupe ?
Notre pire souvenir restera notre accident de camion qui nous a immobilisé et obligé à faire demi-tour, on partait pour faire notre première série de 3 dates consécutives. Heureusement , y a que le camion qui a souffert… Nos meilleurs souvenirs, ce sont tous les concerts, qu’ils soient blindés ou non, on apprécie les relations et les échanges avec tous ces passionnés de métal qui se bougent les fesses et qui permettent aux groupes de se produire.

Alençon est aussi le fief des KOBAYES. Avez-vous des liens avec la scène alençonnaise ? Quels sont les autres groupes locaux ?
Kobayes, ne sont pas d’alençon mais de l’aigle, on a fait quelques scènes avec eux, ils sont cools et s’éclatent bien. C’est d’ailleurs guillaume, leur guitariste, qui a produit notre 1ère maquette et qui est l’ingé-son du Loko studio. On en entend plus beaucoup parler, sans doute que guillaume doit être occuper à fond par son studio. Quant aux groupes d’Alençon, il en existe malheureusement pas beaucoup, mais on arrive à se cotoyer lors de concerts que l’on organise.

Quel est votre livre de chevet en ce moment ?
Pas de livre de chevet, à part les derniers numéros en date des fanzines et magazines rock.

Je vous laisse le mot de la fin :
Déjà, merci à toi pour cette interview, tu fais partie des personnes qui permettent aux groupes d’avancer. Au plaisir de se rencontrer soit sur scène soit dans le pit. Faut que ça envoie du bois…..pour noircir la tumeur(merci francismmm).

photo de Pidji
le 16/06/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021