S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Dub War - "Pain"

Dub War - "Pain"
chronique Dub War - Pain
9.5/10 0
Acheter Dub War Pain sur Amazon

CD album CD album (55:23)

 

Style musical : 

Fusion metal punky / black music

 

Année : 

1995

 

Tracklist :

01. Why
02. Mental
03. Nar Say a Ting
04. Mad Zone
05. Strike It
06. Respected
07. Pain
08. Nations
09. Gorrit
10. Spiritual Warfare
11. Fool's Gold
12. Over Now
13. Anadin (bonus)

 

Label : 

Earache

groupe Dub War
Dub War

Chroniques :

Pain (1995)
Dans le même style :
Living Colour - Stain

 

1993: bien que le metal extrême se porte étonnement bien (« Vulgar Display of Power » s’écoule comme des petits pains, Carcass ne va pas tarder à se faire approcher par Sony …), Earache aspire au changement et à un renouveau artistique. Témoins de cette mutation, les compilations « Naive » et « Corporate Rock Wars » mettent en avant toute une brochette de nouveaux groupes franchement incongrus au regard des territoires musicaux de prédilection du label anglais: synthétique, froide, indus, voire techno, la musique présentée sur ces galettes est à mille lieues de la patte habituelle du label découvreur de Napalm Death, Morbid Angel et autre Bolt Thrower.

 

Au beau milieu de ce geyser sonore – dont il faut bien l’avouer, l’impact sur votre serviteur fut aussi dévastateur qu’un coup de massue en mousse sur la tête de l'Incroyable Hulk – 2 titres au groove, à la hargne et à l’accroche sans égale surnagent loin au-dessus du reste. Ces heureuses parenthèses se dénomment « Mental » et « Strike it », et elles ont le bon goût de proposer une musique rappelant une version survoltée et modernisée des œuvres de Living Coloür ou encore Bad Brains. Le groupe à l’origine de cette jouissive débauche d’énergie se dénomme Dub War, patronyme on ne peut mieux choisi, le combo de Newport pratiquant une fusion inédite de reggae/dub et d’un metal punk hargneux. Le résultat de cette heureuse alliance bénéficie de plus d’un glaçage légèrement (mais nettement) indus, l’apport discret mais régulier des machines n’entamant en rien le côté organique et le pouvoir de séduction de compos pleines de groove, voire de touches funky. Et sur cette base, le groupe ballade ses auditeurs de directs au menton pleins de guitares rageuses en trips plus détendus, ambiance "sea, dread locks & sun".

 

Ce qui apparait rapidement évident, c'est que l'un des éléments fondamentaux du succès d’un album comme « Pain », ce n'est pas sa croute craquante et sa mie moelleuse (Ah ah, "pain", arrête d'être aussi drôle ou je te suicide de rire !), non, c’est clairement Benji, chanteur d’exception capable de s’égosiller comme le plus halluciné des métalleux à crête, d’assurer un chant clair soul/rock expressif et vivant (sur les radio friendly « Nations » et « Gorrit » notamment), de partir dans des trilles raggamuffin coolos, comme de se la jouer grosse voix black gouailleuse et râpeuse, à la Shabba Ranks. Autour de lui, les musiciens assurent sans que l’on s’extasie particulièrement devant tel ou tel instrument, l’alchimie de groupe l’emportant sur les prestations individuelles. On notera quand même le rôle prédominant de la basse, tour à tour metal ou groovy, forcément au 1er plan étant donné le style pratiqué.

 

Mais « Pain », 1er des deux albums du groupe – quoi, j’avais oublié de vous le dire? –, est avant tout une usine à tubes. Outre « Mental » et « Strike it », à la fois cool et méchants, l’album propose un long enchainement ininterrompu de morceaux tous plus jouissifs les uns que les autres, parmi lesquels seuls « Mad Zone » – un peu trop basique et répétitif – et le bonus instrumental « Anadin » restent un peu en-dessous du niveau d’excellence étant ici la norme. Pour faire un court tour d’horizon, il faudrait mentionner la chouette funkerie snap-ya'r-fingaz qu’est « Nar Say A Ting », « Respected » – à la fois serein et virulent –, « Pain » et son intro martiale mais détendue où flottent les échos fantomatiques d’un Benji toujours aussi inspiré, la mélodie entêtante de « Spiritual Warfare », l’hyper cool attitude (décidément je ne peux m'empêcher de coller du "cool" partout avec ce groupe ...) de « Fools Gold » évoquant Bad Brains dans ses moments les plus reggae ou encore le « Rollin » de Creeper (sur la compil « Pneumonia » disponible avec « Mas Borracho » d’Infectious Grooves) … Et surtout le fantastique bouquet final qu’est « Over Now », à l’ambiance grandiose et à la coloration héroïque, qui fait parti de ces rares morceaux susceptibles de vous faire carrément décoller du plancher des vaches. Un titre taillé sur mesure pour la BO d’un action movie Hollywoodien, à passer au moment où le super héros sauve le monde en faisant exploser le vaisseau amiral ennemi. Une grosse tranche de bonheur à vous dresser les poils sur les avant-bras …

 

Bon, je crois que le tableau est suffisamment clair: « Pain » est un album d’exception, à ranger aux côtés des meilleurs albums de Bad Brains, Living Coloür, Infectious Grooves ou Fishbone, à l’extrémité la plus sauvage de la famille fusion metal / musique black. Bref, avec "Pain", impossible que vous restiez sur votre faim (ouarf ... et il récidive l'animal !). A noter pour ceux qui resteraient inconsolables après le split du groupe que les aventures de Benji continuent toujours au sein de Skindred.  

photo de Cglaume
le 19/09/2010

Note des commentateurs : 9/10 (sur 2 votes)

Commentaires

ukhan kizmiaz

Sa note : 8/10

ukhan kizmiaz le 19/09/2010 à 19:38:59

IP : 91.86.45.25

Quelle tarte en live. Vu avec Senser et Napalm Death. Aucun des membres du groupe ne sort du lot mais quelle machine de scène. Impressionnant.
Le vis-à-vis des PPZ30 en Belgique.

alankno

Sa note : 10/10

alankno le 04/02/2011 à 23:38:34

IP : 88.188.56.160

"Pain" Quel album ! Ecoutez donc "Words of Dubwarning" un must, qui collecte des versions plus "overdub" ( excusez pour les guillemets ) de cet opus avec quelques encarts sur d'autres galettes.Enemy makers plus Jungle ou encore " Wrong Side of Beautiful" très studio, donc carré, on aime ou pas, mais le son Dub war est là.
Ce son ne vieilli point, les boucles guit/basse/bat sont groovy à souhait, la voix de Benji au top.

Pour info, ils ont sorti plus de 2 albums.J'en possède 3 et 5 maxi single tous avec des versions differentes d'instru de la formation.

Bref, pour ceux qui aiment le groove comme moi ( j'suis bassiste et gaucher comme celui des dub war ;-) ...) c'est Ze groupe au côté des Primus et autre Rage ou encore sOaD et j'en oubli.

Merci pour la chronique, ça fait plaisir.

alan.

cglaume

cglaume le 05/02/2011 à 18:23:00

IP : 58.186.127.253

On se fait plaisir aussi ! ;) Pour la remarque concernant la discographie, plus de détail peut être trouvée au niveau de la page du groupe: http://www.coreandco.fr/groupes/dub-war-1195.html. Et sinon "Wrong Side of Beautiful" finira également chroniqué en ces pages ;)

cglaume

cglaume le 05/02/2011 à 18:24:13

IP : 58.186.127.253

"plus de détails peuvent être trouvés" plutôt ...

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

The Butcher's Rodeo - Ghosts In The Weirdest Places

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016