S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Tess - "Les autres"

Tess - "Les autres"
chronique TESS - Les autres
6/10 0
Acheter TESS Les autres sur Amazon

CD album CD album (54:49)

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

1 - Fais de beaux rêves, ma belle...
2 - Le tableau des cauchemars
3 - Énergie négative
4 - Dans ma boîte
5 - Salem (la voleuse de chaire)
6 - Erreur système
7 - Ruine
8 - L'unique et parfaite
9 - Onze + deux
10 - Pantin
11 - Ta langue te manque?
12 - Le nombre d'or

 

Label : 

Send The Wood
Dans le même style :
Kursed - Like a coffee
En menant une brève recherche Google pour faire connaissance avec ce groupe Tess dont je n’avais jusqu’ici jamais entendu parler, j’apprends, moi cinéphile inculte que Tess est d’abord un film de Mr Polanski sorti en 1979, qui aux quelques commentaires que j’en ai lu, à l’air d’être d’un drame et d’une tristesse rarement vus dans le cinéma et chef d’œuvre dans son genre, et donc me dis-je, quel pourrait être le lien entre ce groupe de Metz et ce film des années 80 ?

J’ose imaginer que le lien doit se situer au niveau de « l’esprit » du groupe, car Tess, pour la petite présentation, évolue dans un « screamo-hardcore » dont ils se veulent être les fédérateurs. Donc qui dit screamo dit drame, tristesse, froid, pénombre et tout le champ lexical du mal être… Je ne suis pas allé chercher plus loin mais il ne m’a pas semblé y’avoir plus de similitude entre ces deux objets artistiques. Je m’éloigne je m’éloigne, mais si je vous parle de ce groupe, c’est bien parce que le 16 avril dernier est sorti leur dernier album, troisième de la lignée qui semble, à la vue de quelques pages Internet, avoir bénéficié d’une grosse promotion à l’échelle mondiale, donc gros challenge pour les fédérateurs du screamo hardcore à la française ! Voyons donc voir ce que ça vaut.

Dès les premières secondes ont est frappé par la pellicule dans laquelle est emballée leur son : très grave, froide et raide mais d’une netteté chirurgicale, un son très métal en somme où rien ne dépasse et c’est de bonne augure, j'avoue avoir craint un peu la surproduction survitaminée, mais mes aprioris m’ont encore trahi et c’est tant mieux ! Passons donc au fond qui se prête probablement plus à la controverse.

Leur son et leurs compositions sont d’une accroche imparable, avec des titres taillés pour rentrer facilement dans les crânes et faire mouvoir toutes nos jeunes têtes blondes fans de rock à sensation. Je pense que c’est un de ces groupes qui est destiné à toucher un public d’un certain âge, vous savez un peu comme ces scientifiques qui nous disent qu'en dessous d’un certain âge on est capable d’entendre certains ultrasons qu’on n'entend plus une fois adulte... Et bien c’est un peu le cas pour nos Metzois. Ecouter ce disque fait remonter en moi de nombreux souvenirs de ce que j’ai pu écouter il y a 7-8 ans : les Feverish ( pour la voix du chanteur, au timbre de voix un peu similaire), les Pleymo, les Aqmé, les The Arrs pour le coté un peu plus agressif... Tess serait un mélange de tout ça, très vaste puisque l’on navigue entre l’émocore frivole et Metal hardcore aux cris gutturaux caverneux, donc une palette très large de composition et Tess n’a aucun complexe à passer de l’un à l’autre sur un même titre.

Techniquement rien à redire le groupe est en place, ça joue parfaitement bien, c’est super efficace, varié, y’a du talent c’est certain et un potentiel pour conquérir les scènes de l’hexagone et d’ailleurs ; mais là où le bât blesse, ce sont ces mimiques qui me rappellent trop de groupes de cette période pendant laquelle j’étais jeune lycéen, le chant très Feverish-ien, ces passages screamés-rappés à la Pleymo, ces gimmicks déjà vus de très nombreuses fois et toute cette mélasse sentimentale qui découlent incessamment des paroles de Thibaut, sorte de sensation mélo dramatique qui réconfortera sûrement les petits jeunes en quête d’un exutoire sentimental.

A trop vouloir être un mélange de choses et sans réussir à éviter les caractéristiques distinctives de chacun de leurs mentors, Il ressort de cet album un certain manque de personnalité, comble pour un album qui s’appelle « Les autres » me direz vous. Mais ce qu’on ne pourra pas leur reprocher c’est leur conviction et leur puissance infernale qui en fera sûrement une machine inéluctable de cette ère et d’ici quelques années on parlera d’eux comme les mentors d’une nouvelle génération de groupes « grand publics » et s’en suit la spirale infernale...
photo de Biflam
le 26/05/2010

Note des commentateurs : 9.5/10 (sur 2 votes)

Commentaires

kurton

kurton le 26/05/2010 à 16:15:47

IP : 66.46.169.98

C'est pas mal!

Pidji

Pidji le 26/05/2010 à 16:27:25

IP : 93.0.21.46

C'est marrant, FEVERISH est aussi le premier groupe auquel j'ai pensé à l'écoute des premiers titres. Je ne suis pas allé jusqu'au bout.

Bernard

Sa note : 10/10

Bernard le 03/06/2010 à 01:16:18

IP : 88.164.6.171

Très franchement, je ne connaissais pas et c'est vraiment un groupe énorme...unique en France, d'envergure US avec un chant en français ça fait plaisir.....

Biflam

Biflam le 03/06/2010 à 09:24:52

IP : 88.184.220.78

Et bien tu m'envoies ravi de t'avoir fait découvrir cela alors :)

Xam

Sa note : 9/10

Xam le 28/11/2010 à 14:59:39

IP : 92.130.102.100

super album et petite préssision on dit messin et pas metzois voila

Lord gugutte

Lord gugutte le 23/06/2012 à 06:39:02

IP : 90.16.101.175

J'ai découvert Tess avec la dame de coeur ils ont évolués depuis ils ont créer les autres et saint charles créer un nouveau chez d'oeuvre en 2012, la confrérie, aussi puissant que profond. Je pense que tu te trompe Biflame lorsque tu dis que cette oeuvre et particuliérement adapté aux jeunes un peu perdu. Les paroles sont tellement profondes qu'un jeune les interprêtes plus qu'il n'en comprenne le sens, tout le monde peut s'approrier ces histoires. Donc BRAVO a eux et MERCI a quand le prochain album ??

Crom - Cruach

Crom - Cruach le 25/06/2012 à 21:11:34

IP : 86.200.30.154

Ouaaah, suis sur le cul Biflam !!
En effet, associer de près ou de loin THE ARRS à "ça", faut oser !!!
Me font penser à la Team Nowhere: il y a une douzaine d'années déjà c'était la foire à neuneu.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Triggerfinger  - By absence of the sun

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016See you in the pit #6 du 8 juillet au 23 août 2016 @ Secret Place à Saint-jean-De-Vedas