Abduction - Jehanne

Chronique CD album (60:47)

chronique Abduction - Jehanne

À la sortie des deux premiers albums d'Abduction, je saluais les nombreuses qualités dont faisaient preuve les corbins, en apportant un léger bémol à la fin de ma chronique de À l'heure du crépuscule. Ce dernier est instantanément balayé dès la première écoute de son successeur, Jehanne. Mais je reconnais, si je m'attendais une nouvelle fois à un album de qualité, je n'avais pas anticipé un tel bond qualificatif. Pas de changement de line-up, la production (excellente) est une nouvelle fois signée Déhà, et Abduction a fait le choix du concept album : la vie de Jeanne d'Arc. Sujet hautement casse-gueule mais à la hauteur des ambitions affichées par le groupe. Personnage historique sulfureux et controversé, le Pucelle d'Orléans suscite débats et interrogations depuis près de six cents ans.

 

Avec Jeahnne, le Black Metal mélodique d'Abduction prend une nouvelle dimension, les graines qui avaient été semées sur ses deux premiers albums ont fini de donner leurs fruits et semblent avoir atteint leur pleine maturité. Le contraste entre la barbarie des riffs en trémolo typiquement BM et les lignes de chant clair sied à merveille à l'intention du groupe de mettre en musique des thématiques médiévales. L'équilibre entre passages mélodiques, avec leurs arpèges délicats et les plans guerriers rappelant la radicalité de Blodhemn d'Enslaved. Équilibre qui est totalement adéquat pour traiter la vie de Jeanne d'Arc, entre mysticisme chrétien et hauts faits militaires.

 

Chaque instrument est parfaitement à sa place, sonnant de manière idéale pour mettre en valeur un travail de composition qui repose sur les détails et la justesse des arrangements. Dans cette tâche, les français sont aidés par trois invités au travail discret mais indispensable : Lon Snow qui a posé des lignes de violoncelle sur « Par Ce Coeur Les Lys Fleurissent » et « Aux Marches De Lorraine » ; Fleur Ragonot quant à elle interprète Jehanne sur les quatre premières morceaux ainsi que sur une harmonie sur « Battue Par Les Flots Jamais Ne Sombre » ; et Déhà, outre son rôle de producteur, vient poser quelques lignes de basse. Ils contribuent à leur manière, par touches légères, à la diversité et à la dynamique du disque.

 

En traitant avec intelligence un sujet galvaudé et risqué, les musiciens d'Abduction sortent vainqueurs du périlleux défi qu'ils s'étaient eux-même lancés.

photo de Xuaterc
le 16/06/2020

13 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 16/06/2020 à 09:11:32

Album maîtrisé et très très fort 

el gep

el gep le 16/06/2020 à 16:53:56

Ça a bien changé, Jehanne's Abduction, ahahah.

pidji

pidji le 16/06/2020 à 18:45:22

Haha très bon 😁

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 16/06/2020 à 18:56:26

Vous savez pourquoi ça sentait le caramel à Rouen le 30 mai 1431 ?

Seisachtheion

Seisachtheion le 16/06/2020 à 21:48:49

Hé les gars ! Le BM, c'est sérieux vous savez ...

... Au fait, si Jeanne d'Arc avait eu du diabète, tout Rouen aurait senti le caramel ! 🤪

Xuaterc

Xuaterc le 17/06/2020 à 08:04:14

"Jeanne, au secours!"

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/06/2020 à 13:30:10

C'est pas un "point de détail" de l'histoire ?

haner

haner le 17/06/2020 à 13:59:16

white metal forever

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/06/2020 à 19:19:50

Attention, notre humour est limité ici tout de même.

el gep

el gep le 18/06/2020 à 10:21:56

Haner: Girl Power is the Answer.

Freaks

Freaks le 18/06/2020 à 16:00:27

Malgré le ton un brin liturgique on se laisse volontiers prendre au jeu. Et du beau jeu faut dire qu'il y en a tout azimut sur cet album.
Sinon quitte à faire dans la déchéance moi j'suis plutôt Wine Power, comme ce bon vieux Philou Aha!

Xuaterc

Xuaterc le 18/06/2020 à 19:14:54

Alors que notre président est plus White Powder

haner

haner le 20/06/2020 à 21:37:07

Quand je parle de White Metal il n'y a rien de borderline ici. C'est du White Metal bien neuneu et bien chretien,

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

DOWNSET - juin 2004
Entombed - Dead Dawn