Acid King - III

Chronique Vinyle 12" (46:32)

chronique Acid King - III

L'aussaut lent mais assuré de "Wheel nation" met en exergue cet album comme étant l'un des plus appréciés du genre. On entre dans III comme dans un saloon enfumé, au loin dans l'Arizona. Motards, croix de fer, hell's angels, et les putains de canyons mec. On se sent libre, on exhulte ! Voilà un hymne digne. Il est juste dommage qu'à chaque prestation du groupe que j'ai vue il était repris bien trop rapidement. Mais imaginez un tel morceau résonner un jour quelque part dans un bar à Rennes, rien que cela, c'est surréaliste, merci encore à Bloodrites asso.

 

Acid King est massif, groovy, classe dans son minimalisme répétitif. Les riffs semblent fondre littéralement des enceintes, dans un magma de fuzz. Et bordel, ça tartine tout au long de l'album. Certains peuvent trouver ça long et répétitif, voir même oppressant, moi au contraire j'y vois un truc génial, complètement libre. Chacun ses goûts ! Il faut dire que le batteur, Joey Osbourne (encore un Osbourne), est un chevronné de ce genre de cavalcade rythmique sauvage et surréelle, et vu comment il s'échigne à appuyer ce groove typique, on peut dire qu'il en a pas mal sous le pied le bougre. Ah bah faut pas croire, jouer lentement ne veut pas dire transpirer moins, au contraire !

 

Que dire de plus ? Lori porte une voix planante, avec certaines doubles voix comme dans "Into the ground" psychédéliques. Et voilà, l'essentiel est là.

 

Achat ou pas achat ? Achat.

 

photo de Carcinos
le 23/02/2014

1 COMMENTAIRE

vkng jzz

vkng jzz le 24/02/2014 à 23:34:10

le plus réussi de leur discographie juste après Busse Woods

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements