Admiral's Arms - Stories Are Told

Chronique Maxi-cd / EP (19 minutes)

chronique Admiral's Arms - Stories Are Told
Admiral’s Arms nous présente ici son nouvel EP stories are told, et pour présenter brièvement les protagonistes, nous pouvons préciser qu’ils officient dans un hardcore moderne, hybride, assez varié, et selon la bio du groupe, influencé par la scène internationale représentée par The Chariot, Norma Jean, ou Converge pour ne citer qu’eux. Des influences notables pourra-t-on penser… Alors ? Publicité mensongère ou honnêteté musicale ? C’est ce que nous allons développer dans les lignes qui vont suivre.

Dès le début de l’enquête menée par votre serviteur, il s’est avéré qu’il me fut impossible de pouvoir développer une intrigue emprunte d’un insoutenable suspens, comme à la grande époque des séries policières Allemandes (J’aurais fais un piètre inspecteur Derrick…). En effet, dans cet EP, ça tranche dans le vif direct... ça annonce aussi la couleur soit dit en passant : On n’est pas en terrain inconnu, si on se réfère aux suscités.

Un son crade, un dynamisme certain, un chanteur ayant une voix modulable au possible, mais gardant toujours cette impression d’être sur le fil du rasoir... Tant qu’on y est, développons ce sujet : pas de grosses vibrations de cordes vocales bien grasses, pas de chant ultra-brite, retravaillé par 36 consoles et effets. On sent comme une impression d’urgence dans cette voix qui tantôt braille au possible d’une façon naturelle, tantôt nous gratifie d’un chant clair au bord de la rupture… Autant le dire de suite, je ne suis pas un partisan du chant clair dans les musiques saturées, mais alors, pas du tout… sauf exception, quand c’est bien amené. Et diantre que c’est bien amené ici ! Pas de sensations de cassures entre les passages hurlés et clairs… un régal de voir une production française avec une voie qui maitrise son registre parfaitement, sans chercher à faire ce qu’elle ne sait pas faire ( qui a dit Burton C. Bell dans le fond de la classe ??? ). A noter la participation du Monsieur über-sexy-and-over-tatoué Oli Sykes de Bring Me The Horizon… choix qui pourra étonner, mais qui s’avère payant, le registre vocal du bonhomme s’étant nettement amélioré avec Suicide Season. A l’image d’Hendrick, le vocaliste du groupe mis en examen dans ces lignes, les vocaux d’Oli Sykes s’adaptent bien au style pratiqué par les Parisiens, le duo donnant une bonne patate au titre Dawn Of The New Age.

Mais il n’y a point que les voix qui sont à analyser ici afin de mener à bien notre enquête, me souffle Harry Klein, le fidèle bras droit de Derrick. En effet, la partie instrumentale a également ses charmes : Si auparavant, la musique du groupe disposait d’un son propre profitant d’une production maous-costaud… ça a bien changé, un peu à l’image de la voix. Le son développé est beaucoup plus spontané, intuitif que ce qui a pu être fait auparavant par le groupe, et c’est également un plaisir à écouter. Leur musique allie dans cet EP un son crade, une puissance indéniable, des mélodies efficaces sans être niaiseuses. Au final, le tout est cohérent, et c’est sûrement la grande force de ce Stories Are Told : pas de fautes de styles, rien qui paraitra inapproprié… Le tout déboulant d’une façon plus que limpides dans vos esgourdes.

En guise de conclusion, on notera l’évolution plus que notable de puis la première livraison, et qui se fait dans le bon sens. Tout en assumant ses influences, Admiral’s Arms développe son propre son et sa personnalité. Les efforts du groupe méritent récompense, et l’on peut espérer le meilleur pour eux à l’avenir s’ils continuent en ce sens !... Et on espère également le meilleur de leur part pour l’album qui s’annonce pour 2010 !
photo de JiBrest
le 01/03/2010

1 COMMENTAIRE

MWG

MWG le 16/04/2011 à 20:31:08

Decouvert il y a peu de temps, je suis agreablement surpris par la qualité de l'EP ! Un groupe à suiveiller de tres pres et qui merite à d'etre connu !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements