Amphist - Eschaton

Chronique CD album (35:53)

chronique Amphist - Eschaton

Après son honorable Waking Nightmare sorti en 2017, Amphist retrouve avec Eschaton la noirceur apocalyptique d’antan. Le rodage bel et bien consommé depuis Waking Nightmare, Amphist est devenu l’assommoir Néo-Crust accompli. Nettement plus inspiré dans l’écriture des compos, les Napolitains avec Eschaton voient leurs skills se débrider, avec une copieuse production qui de surcroit leur rend généreusement grâce. Amphist a donc drastiquement rehaussé son niveau de jeu, pour passer d’un EP prometteur à un format long plus abouti techniquement et dont l’éloquence apocalyptique conforte le désir radical dans découdre avec la fange de ce monde. Sans être révolutionnaire, au-delà des aspirations politiques que suppose traditionnellement l’appartenance à la scène Crust, Amphist arrive à passer musicalement en revue un condensé d’époques et de combos emblématiques.

 

Et c’est parti pour le Name Dropping de Jean-foutre: Ekkaia, From Ashes Rise, Tragedy, Discharge pour son Beat du même nom (Beat que l’on doit plus vraisemblablement au Buzzcoks, B-Beat ça sonnait un peu connement, d’où l’omission), et pour les redites marquantes de ces derniers temps Géranium, Ecocide, Potence etc. Voilà qui devrait contenter les amoureux.ses d’un Crust rigoureux considéré dans son acception austère et Bi-Beatesque, et puis les autres, ceux et celles qui aiment à entendre les mélodies nerveuses et mélos d’un Crust ayant fait sa mue sensible et moderne. Remplissant le cahier des charges Crusty et empruntant de nombreux chemins de traverse, Amphist a l’exigence de ses influences et le respect de l’histoire qu’il engage. Malgré tout, il faut reconnaitre au combo cette attirance et cette tendance néo dominante.

 

Côté texte le combo nous sert une prose Ecolo-radicale à la Drei Affen. Beaucoup de considérations métaphoriques sur la nature meurtrie, l’enchanteresse collapsologie, la fin du monde inéluctable, l’écocide en cours, la bombe humaine etc. Eschatologie de bout en bout sur un Eschaton qui porte bien son nom et qui ravive le désir d’en finir pour de bon… Collective et insurrectionnelle la fin hein ! On ne va quand même pas leur faire se plaisir de baisser les bras chacun dans notre coin sans s’être rebiffer un peu ensemble. Car c’est bien de cela dont il s’agit dans le Néo-Crust, une vision sombre et cruelle de l’histoire partagée entre constat désespérant et désir incandescent de triompher dans les luttes politiques qui tiennent à cœur. Le riffing batailleur sur Eschaton en dit long à ce sujet, « Negation Delusion » en crête de proue. L’adhésion à ces lignes et à ce jeu de mot fumeux n’ont rien d’impérieux qu’on soit d’accord…

 

A noter quelques moments d’égarements sur Eschaton et notamment cette whammy complètement pétée sur « Mayday » ; une pédale dont on ne sait plus trop pourquoi on en a fait l’acquisition mais dont l’achat doit parfois se justifier par un usage sporadique. Allez trêve de remplissage, Amphist c’est un néo-crust pur jus qui s’autorise aussi par moments des coups d’butoirs Hardcore Sexy. Des libertés chatoyantes et pêchues à la Every Time I Die, et qui donnent un sérieux coup de groove à l’ensemble et un peu de « répit » entre les incontournables charges D-Beat : « Negation Delusion », « What The Thunder Said », « Eschaton ».  Le skeud est émaillé de ces petites cartouches Metalcore’n’roll, pour autant, elles ne nuisent pas à l'ambiance générale et désolée d’Eschaton.

Le chant est intense et percute pleine balle le bulbe, plus proche d’un brûlant chant screamo que d’un caverneux Crust. Les agressions aboyées du chanteur sont montées sur ressorts, féroces, hostiles et surtout rythmées par un flow imparable. Sans être d’une grande complexité, le placement du chanteur est frontal, martial, et porte amplement le riffing de ses petits camarades de lutte.

 

Dans l’ensemble, la Tracklist est limpide, homogène et convaincante au possible. Eschaton se conclut toutefois sur une Outro légèrement à rebours, un épilogue ambiant et inquiétant avec en Guest la voix enlevée et mystique de Karyn Crisis. Morceau fleuve drainant son lot d’horreur. Sombre, lancinant et dans la trempe des Side projects de Jacob Bannon, Emma Ruth Rundle ou encore Julie Christmas, période Battle Of Mice,

 

Putain Naples ! ses quartiers populaires historiques, son icône footballistique illusoire morte de son déracinement, son volcan antique détruisant une cité décadente de pouvoirs, ses îles alentour enchanteresses et maintenant son Néo-Crust, mais que cette ville est légendaire ; un rêve fragile et illusoire qui dans son cauchemar volcanique peut se voir balayer à tous moments. Une menace perpétuelle des éléments, une parabole sur l’effondrement que le Crust des Napolitains inspire avec autorité et charisme. A la hauteur du drame écologique qui se joue sous des yeux prostrés, Amphist voit noir et nous donne une vision catastrophée et peu reluisante de l’avenir sur Terre. Un réalisme Crust dans ce qu’il a de plus sombre, féroce et désolant à la fois. Si comme certains.es vous pensez que l’écologie sans lutte c’est du jardinage, alors le mordant du frontman d’Amphist et Eschaton devraient sérieusement accrocher votre sensibilité musicale et politique.

photo de Freaks
le 15/01/2021

9 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/01/2021 à 12:12:36

Pas mal gaulé mais nom d'une Sabine Paturel, ce que le Neo me gonfle sorti des gros pontes que tu cites. Pour le D-Beat, ça se dispute, le morceau des Buzzcocks que tu évoques à été rétrospectivement rattaché à au rythme au question avant de devenir un genre à part entière. Buzzcocks n'a jamais fait de ce beat, une habitude au contraire de Tezz et sa bande.

Freaks

Freaks le 15/01/2021 à 12:45:22

D'accord avec toi Cromy sur le fait que les Buzzcocks n'ont pas systématisé ce plan. Après le groupe pourrait très bien en réclamer la paternité, ce qui à mon avis lui passe bien au dessus ;) C'est quoi ton soucis avec le Néo? C'est pas suffisamment en quête de pureté Crust? :p

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/01/2021 à 17:02:43

Bouarf, Discharge a aussi inventé un visuel et déchire encore. Le combo a surtout pondu un album culte absolu. Buzzcocks ?? Qui s'en rappelle à part les vieux punks ? Pour le Neo, je voue un culte total à TRAGEDY, dans le genre pure, ce sont des trous. Encore qu'ils soient à part des tiques de la scène. Seul les Grecs de Sarabante m'ont retourné dans le genre récemment. Je suis plus Stenchcore, Crust Metal ou Kängpunk, c'est comme ça. ^^

Freaks

Freaks le 16/01/2021 à 22:33:27

Cromy, les Buzzcocks ont amené la scène Punk dans une direction (pop, post-punk) que j'imagine tu n'affectionnes pas trop. Néanmoins, ils ont aussi vraiment aidé à forger l'identité et l'éthique "Brit-Punk" à l'époque, et ça c'est pas anecdotique. Et franchement, j'trouve que pour un truc de "vieux" ça a vraiment bien vieilli... ;)
Pour Sarabante (et pour revenir à des choses bien moins frivoles que les Buzzcocks) on est d'accord c'est du feu ;)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/01/2021 à 12:16:35

Pour finir sur ta chro: Amphist avait un côté bien plus rugueux sur leur premier: c'est dommage.

Freaks

Freaks le 19/01/2021 à 19:03:32

"Pour te finir" comme dirait une pote, plus rugueux c'est certain, après perso j'aime beaucoup le virage Néo qu'a pris le groupe. Peut être justement parce que Eschaton est un peu plus lissé ;) La vie et ses aléas Crust ne fait pas forcément de nous tous des trous :p

Freaks

Freaks le 19/01/2021 à 19:13:52

Et puis tu leurs a mis 7 et moi 8,5 donc c'est manifestement mieux maintenant mouaha :p

Mezzanotte

Mezzanotte le 20/01/2021 à 16:49:59

Bon ben le name-dropping de jean-foutre m'a donné direct envie d'aller y jeter une oreille, et voir apparaître Julie Christmas (période Battle of Mice) ou Drei Affen plus bas m'ont convaincu !

Freaks

Freaks le 20/01/2021 à 20:00:20

Tant mieux si tu t'y retrouves dans tous ces arguments d'autorité de jean foutre ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Heid - Alba
Chronique

Heid - Alba

Le 07/07/2017

Cortez - No more conqueror