Ashura - Legacy of hatred

Chronique CD album

chronique Ashura - Legacy of hatred

Première écoute : je zappe l'intro acoustique ; putain c'est quoi ce gros chant qui ne s'accorde pas avec la musique ? Kam Lee peut faire l'apologie du groupe sur France 3 Nord en passant de la brosse à reluire dans le sens de la technique musicale, et en parlant d'un certain talent musical pour les compos et un enthousiasme à les jouer, mais franchement cette grosse voix !

Deuxième écoute : je rezappe l'intro acoustique ; rho c'te grosse voix toujours aussi grosse, que je trouve toujours déplacée... Sinon, côté zique, ça envoie un cross-over extrême entre death des familles bûcheronnantes au deathcore, avec une p'tite touche thrashouillarde pas dégueulasse (je sais pas vous, mais moi ça me fait penser à Metallica avant toutes leurs blagues). Le tout passe très très bien, les morceaux sont plus structurés que dans leur précédent album, mais cette voix je m'y ferais jamais.

Troisième écoute : putain de merde va falloir que je lève mon cul affalé, en fait non un peu flemmard sur ce coup là ; fais chier du coup, je vais me farcir l'intro. Tiens, elle est plutôt courte et tout de suite derrière, le premier morceau arrive toute batterie dehors ; riffs de guitare tendance death (un peu de Suédois pour les riffs à tendance mélodique, et un peu plus brutal pour les accélérations à la ricaine ; façon crossover je ratisse large, y en aura pour tout le monde, pis vu que ça fait dans la qualité et qu'il n'y a pas de gros pompages honteux on ne va pas critiquer), voix sur-growlée. J'apprécie toujours pas ce sur-growlage, par contre les passages où la voix se détend sont beaucoup plus bandant (et chapeau si en live le guitariste/chanteur tient l'ensemble !) ; certes moins puissante et forte, mais l'alternance est la bienvenue.

Les morceaux s'enchainent bien, nous avons le droit à quelques riches solos. Au fur et à mesure que passe l'album, on s'habitue à cette grosse voix ; cela dit je maintiens encore qu'elle est trop grosse dans certains passages. Puis là je rentre complètement dans l'album ; et voilà qu'arrive "funeral of the desert" : moi, le tapping sur 6 cordes, bof ! Surtout quand derrière ça s'énerve pas donc je lève mon derrière pour zapper ce très joli morceau. Genre c'est leur pause mars parce qu'après ça repart jusqu'à la neuvième piste, et là, sacrilège : morceau acoustique avec gonzesse (pourquoi les failles patio musicales me déplaisent-elles ? ils auraient au moins pu faire l'effort de bien la planquer au fond de l'hidden track… Non parce que bon à force de lever mon cul j'ai l'impression d'assister à une séance de step, et pire d'y participer.

Du coup je reste debout pour aussi zapper "Tear Of Blood". Les dix grosses dernières minutes me semblent un peu moins inspirées que le début d'album, c'est plus calme, plus mélodique, et plus convenu aussi.

Quatrième écoute : l'ensemble voix/compositions passe de mieux en mieux (je trouve cependant que la musique est moins groovy que les growls, mais à force d'écouter ça rend pas mal). Par contre, je n'accroche vraiment pas avec les morceaux les plus calmes, coupant la dynamique du cd.

Cinquième écoute : définitivement, le melting-pot prend bien à part pour les morceaux déjà cités plus haut.

Sixième écoute : euh c'est pas que je ne t'aime pas ; mais casse-toi de ma vie ! Est-ce que je viens m'incruster dans la tienne ? :D

photo de Sepulturastaman
le 29/05/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019