Atreyu - Lead Sails Paper Anchor

Atreyu - "Lead Sails Paper Anchor"
chronique Atreyu - Lead Sails Paper Anchor

Rapidement devenu un groupe en vogue aux Etats Unis, Atreyu sort cette année son quatrième opus, et ce dernier risque fortement de choquer bon nombre de fan du combo.

 

En effet, ce "Lead Sails Paper Anchor" marque à nouveau une évolution dans la musique du groupe, évolution logique malgré tout. Logique car dès le second opus "The Curse" on pouvait se douter de ce qu'allait devenir le groupe et vers quelle musique il allait se tourner. Cette nouvelle mouture est de loin la plus mélodique et la plus fouillée de leur discographie, quitte à marcher sur des sentiers parfois dangereux. Néanmoins, on ne pourra pas reprocher au groupe de stagner dans un genre et de s'y enliser jusqu'à la noyade.

On savait les membres fanas de groupes des 80's, et force est constater que le groupe joue à fond cette carte sur cet album. Tellement que parfois on a l'impression d'écouter une version plus hardcore de Bon Jovi ou des Guns ("Blow", "Lose It"), avec les soli et les breaks qui vont avec. Mais tout cela est bien exécuté, et même si ça fait un peu kitsch, la recette fonctionne toujours et l'auditeur accroche relativement bien. Cette réussite étant surtout due à la capacité qu'a le groupe à pondre des mélodies ultra accrocheuses et à chanter haut et fort ("When Two Are One", "Doomsday", la liste est longue).

Cependant, ces mélodies qui constituent une force, sont aussi une des faiblesses du groupe qui finit par en abuser, quitte à relayer la voix hurlée d'Alex au second plan. Ce dernier s'étant nettement amélioré, c'est bien dommage. D'autant plus que la dualité entre voix hurlée et chant clair du batteur représentait la plus grande force du groupe, notamment sur "The Curse". Heureusement le groupe balance encore de bonnes salves hardcores de temps en temps, même si ces dernières se font de plus en plus discrètes, comme le très metalcorien "Can't Happen Here".

 

La plus grande évolution de ce cd, et la plus étonnante aussi, tient dans ses compositions. Le groupe a agrémenté de nombreux morceaux de pianos, cordes, électros et autres cuivres même. Le mariage entre ces instruments et la musique du combo est audacieuse et donne lieu à des titres pour le moins originaux, comme l'intro de "When Two Are One", le punkisant et efficace "Falling Down" aux cuivres virevoltant (sonnant comme le dernier My Chemical Romance, désolé pour les non-amateurs).

Mais quelques ratés sont présents, notamment "Slow Burn" au couplet insupportable, ou l'insipide slow "Lead Sails Paper Anchor" avec sa guitare country en fond. On termine l'écoute (sur un trip rap/metal pour le fun), et on se dit qu'Atreyu a bien changé, et que le temps de l'excellent "The Curse" est fini.

 

Cependant, ce nouvel opus n'est pas mauvais, mais il est loin d'être très bon. Si l'évolution effectuée était prévisible, on reste étonnait et surpris par les nouveautés. Reste néanmoins des morceaux à l'efficacité exemplaire et aux mélodies imparables comme Atreyu sait si bien les faire. Une chose est sur, les charts américains vont bouffer du Atreyu !

photo de DreamBrother
le 27/09/2007

5 COMMENTAIRES

Biflam

Biflam le 27/09/2007 à 20:51:23

Ola et puis ils en ont profité pour changer de style vestimentaire, adieu le noir et bonjour la couleur et les converse

Rose

Rose le 01/10/2007 à 14:05:03

c'est pas bon pour les ventes de mascara ça!

mat(taw)

mat(taw) le 03/10/2007 à 21:40:46

ouais c'est moins atreyuant du coup...
ok je retourne me coucher

dreambrother

dreambrother le 04/10/2007 à 18:26:15

woh oh oh !!! ;)

xzemox

xzemox le 23/10/2007 à 19:06:02

Pas mal les mecs !
En tout cas je suis assez déçu de ce dernier opus, il est bien loin le style du Suicide notes and butterfly kisses: "Mange ton Harcore sinon tapping et dans ton lit!", et comme dit dans la chronique le style 80, ça marche, mais à la sauce Guns ça le fait moins !
Dommage pour moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019