Balaclava - Crimes Of Faith

Balaclava - "Crimes Of Faith"
chronique Balaclava - Crimes Of Faith

Dans la catégorie Ultra Metal, en 2011 il y a bien sûr eu le duo Black Cobra qui a tenu la tête d'affiche. Et en un peu moins connu il y a également eu Balaclava. Mais par contre, une berline est nécessaire pour les transporter, une smart ne suffisant pas pour ces 4 gars qui partagent avec Black Cobra le même label : Southern Lord Recordings.


Les présentations étant faites, sympathisons autour de ce disque sentant bon le sludge-core et l'Ultra-Metal.


Crimes Of Faith est peut être plus orienté metal que sludge car il est plus rapide, en tout cas trop rapide pour la catégorie sludge. Il y a par contre des bons vocaux de coreux bien gras à cou rouge et à casquette, avec un début très rythmé, mais suffisamment massif pour concourir dans la catégorie sludge metal genre Lair Of The Minautor et consorts. Mais encore une fois, le côté sludge et compagnie est rattrapé par un chant lorgnant plus du côté metal, surtout celui de la mort qui reste sacrément bovin et crusty. Du coup, on se retrouve avec une mixture qui ressemble plus à de la boue rouge polluée au bauxite qu'à de la vase du détroit du Mississipi. Cette palette de chant offre une diversité bienvenue dans un registre qui a vite tendance à devenir chiant si l'on n'accroche pas à la voix d'un unique chanteur.


Même topo côté musique, il y a à la fois des bon gros ralentissements dignes d'un troupeau de mammouths englué dans des marais de sable bitumeux. Vous voyez le topo ? C'est plus granuleux que gluant. Crimes Of Faith, c'est comme doit être le napalm : collant chaud et destructeur, un bourbier musical sans répit.
Les mélodies restent figées dans le crâne, infligeant des mouvements fantômes de va et vient à une tête où gronde comme le tonnerre une basse puissante et ronde toujours prête à concasser la moindre poussière qui y subsisterait. Il arrive parfois aux guitares de pleurer sur leur doom le plus métallisé et noir ; qu'il soit presque black-metal ou ultra-urbain. Dans les deux cas les riffs sont toujours sauvages, même quand ils empruntent une route plus hardcore ou qu'il délaissent l'écrasante torpeur d'un vil sludge pour se ruer dans une atmosphère métallisée.

 

Je laisse la conclusion au chef :  "Même si l'album n'est pas parfait, leur mélange de hardcore burné teinté de peinture metalique fait mouche. Les riffs sont toujours bien sentis, les mélodies aussi, et la puissance reste maître de tout. Du très bon."

photo de Sepulturastaman
le 21/02/2012

7 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 21/02/2012 à 09:34:42

Excellent album, par contre je trouve ce disque très orienté hardcore, plus que tu ne le dis en tout cas Sep'. Mais on chipote ;)

Sam

Sam le 21/02/2012 à 10:01:59

C'est pas inintéressant, mix crust-sludge-hardcore-du-bayou, je trouve la chronique jusqu'ici assez juste, faut que j'en écoute d'avantage...
Voilà de l'audio http://youtu.be/Yj4OOsYs-SM puisque Sepult dédaigne à chaque fois d'ajouter lui-même de l'audio...

sepulturastaman

sepulturastaman le 21/02/2012 à 18:29:32

Je pense aussi que c'est ça le problème Pidji, un coreux va le trouver vachement trop metal et un metaleux va le trouver hyper hardcore.

daminoux

daminoux le 22/02/2012 à 09:34:08

Album a acheter les yeux fermé. une grosse mixture de ce j'aime. un peu deçus de la qualité de fabrication du lp

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 22/02/2012 à 11:58:07

Miam la kro met l'eau (ouais le sky quoi !!) à la bouche !!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/02/2012 à 16:59:31

Le skued va arriver chez oam d'icic peu... miam

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/02/2012 à 20:36:14

Putain j'étais bourré ou quoi dans le dernier post ? En tout cas bon album

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019