Basement - Counterclockwise

Basement - "Counterclockwise"
chronique Basement - Counterclockwise

Et bin vous savez quoi ? Je suis passé complètement à côté de cet EP l'an dernier. Mais quelle mouche m'a piqué ?

Et pourtant, j'apprécie énormément les bordelais - à ne pas confondre avec les gars d'Ipswitch du même nom - qui n'avaient rien sorti depuis 2006, et leur excellent Everything gets distorted.

 

Alors que s'est-il passé depuis ? À part le départ de Seb à la seconde guitare, il semblerait que le trio reste inchangé, et ça se sent : rien n'indique que les Basement n'aient rien sorti depuis 8 ans.

Le menu du jour est du coup inchangé également : noise, noise, noise et noise ! Et le pire, c'est qu'on en redemande. Le trio fonctionne à merveille, les riffs sont accrocheurs à souhait et on est happé immédiatement !

On pense à Unsane bien sûr, mais ce serait vraiment réducteur de s'arrêter là. Le groupe dégage également un côté mélodique vraiment intéressant ("Black ink stains"), et le son - au top (signé Serge Morattel, l'inverse aurait été étonnant) - nous fait profiter au mieux de ces 4 titres.

De toutes façons, tout est bon dans ces 4 titres : l'alternance des plans de guitare, entre notes aigues et riffs rentre dedans plus lourds, la basse ultra présente, la voix criée / Hurlée / Parlée, la batterie qui n'en fait jamais des tonnes (inutile de faire des breaks de malade pour insuffler une puissance énorme aux morceaux)...

 

En fait, il y a juste un truc qui m'emmerde avec ce disque. Pourquoi nous frustrer, hein ? Pourquoi ? Seulement 4 titres, c'est trop court !!! Alors dépechez-vous de nous sortir un LP, j'espère qu'on ne devra pas attendre de nouveau 8 années pour ça.

 

photo de Pidji
le 20/04/2015

1 COMMENTAIRE

Sam

Sam le 21/04/2015 à 08:32:04

Oui ce EP est terrible, je me le passe souvent. Bah alors Pidji, vaut mieux tard que jamais! :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements