Birth Of The Monolith - Cult

Chronique CD album (17:24)

chronique Birth Of The Monolith - Cult

Si je vous dis Sibérie, il y a de fortes chances pour que vous me répondiez banquise, ours polaire, blizzard et motoneige avec des messieurs en peau de bêtes. Donc comme moi, vous êtes bourrés d’idées reçues. J’ai donc appris, au détour de mes recherches sur Birth of The Monolith, que l’on dénommait Sibérie la partie asiatique de la Russie, y compris les zones frontalières avec le Kazakhstan et la Mongolie dont nous viennent les 5 de BoM (Kemerovo pour être précis). Le point géo fait, on peut passer au point musique. On tape ici dans du sludge bien sinueux, aux frontières du (post) black et du doom. Joli mélange donc que l’on nous propose ici. Avant de se délecter d’un premier album qui ne devrait pas tarder à arriver (aux dernières nouvelles l’enregistrement est terminé), retour sur ce deuxième EP, Cult, sorti en 2018 et en autoproduction s’il vous plait.

Analyse.

 

Au vu des informations sus-nommées, on peut partir avec un certain nombre d'a priori et s'attendre à tout, et surtout au pire. Un EP, enregistré en auto-prod, entre la Mongolie et le Kazakhsthan, ça part pas gagnant. Et sboum. Démontage en règle : c'est plus qu'écoutable et maîtrisé ; la qualité est au rendez-vous. Nos petites oreilles fines et délicates d'audiophiles ne sont ici aucunement martyrisées. Le mixage n'est franchement pas dégueulasse. Une caisse claire un peu trop sèche à mon goût me fera tiquer. Le désagrément est très vite oublié et comblé par la richesse que nous propose le reste de l'EP. Des guitares atmosphériques et rotatives balançant quelques arpèges quand il faut permettent de poser l' étiquette aussi imprécise qu'efficace de « post metal ». Le chant est frontal et dirigé, s'imposant ainsi au sein du quintet comme un élément moteur. Sa hargne quasi palpable dynamise et alimente ces 20 minutes que composent Cult et particulièrement'Культ' (Cult).

 

Il est encore trop tôt pour dire s'il s'agit d'errance stylistique ou de maîtrise des genres, mais Cult nous dépeint de longues chevauchées blacky ('Ритуал'), alourdies de la poisse doomy aussi visqueuse que sludgy. Certains diront que l'on y décèle même de très lointains échos hardcorisant. A qui je répondrai qu'un ronronnement de basse chaloupée et une caisse claire bien sèche ne donne pas forcément du hardcore.

 

Dans ce travail de compo tracé au cordeau, on décèle donc de très très bonnes choses. L'ensemble se maintient, est structuré et, en prime, est varié dans les genres qu'il exploite. Black, doom, post metal, cette diversité peut, à ce stade encore, cacher une hésitation dans la direction stylistique à prendre. Mais vu la vertu avec laquelle les cinq de Kemerovo fomentent leur méfaits musicaux il est fort à parier que quelque soit l'orientation prise, la qualité sera au rendez-vous. Leur premier album est donc vivement attendu. Je vous invite, pour se faire, à guetter les réseaux, autoproduction oblige. (EDIT: Sortie annoncée pour le 10 mars 2021).

 

photo de Vincent Bouvier
le 24/02/2021

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021