Bloom - In Passing

Chronique Maxi-cd / EP (16:05)

chronique Bloom - In Passing

C'est de Sydney qu'est arrivée l'une des quelques bonnes choses de cet an de grâce 2020 (car il y en a eu !). Jeune groupe signé sur Greyscale records, Bloom délivre un hardcore mélodique de très bonne facture, assez bonne pour avoir pu déjà partager la scène avec Terror ou Knocked Loose, entre autres.

Si leurs débuts étaient clairement très influencés par Counterparts (ce que le groupe ne cache d'ailleurs en rien), Bloom se démarque avec ce In Passing des grands frères canadiens pour livrer un album où leur style s'affirme et développe une personnalité qui leur est propre.

On retrouve tout de même ici et là des liens de filiation presque directs (la fin de « Daylight » ou de « The Service »), mais réalisés de façon très fluide. Des passages mid-tempos aux attaques plus directement hardcore, les musiciens parviennent à naviguer entre les classiques du genre (Modern Life is War, Defeater) tout en évitant l'écueil de n'en être qu'une réplique, pour offrir une prestation solide. La guitare est souvent discrète sur la mélodie mais bien présente, à rebours de la mode du gros breakdown dans les dents, c'est dans les tripes que Bloom va chercher son inspiration.

Comme souvent dans le hardcore, une importance particulière est donnée aux paroles, et le chant de Jono Hawkey vient appuyer très justement la profondeur émotionnelle qu'elles renferment, et ce d'autant plus que l'on peut distinctement comprendre les mots, malgré le chant hurlé. Dès l'ouverture du disque, on est frappé par son timbre plus « écorché, déchiré » que « libéré, délivré ».
Sa voix est loin d'être larmoyante, et pourtant elle est désarmante de sincérité en hurlant le parcours qui anime ce disque d'un bout à l'autre : la perte d'un ou d'une proche, le doute et le désarroi qui accompagnent cette souffrance. On sent bien le cœur et les poumons de Jono, qui a perdu son père l'année précédente.

Les mots sont simples mais percutants (« I wish your time with us was longer »), portés par la musique, et n'importe qui ayant eu ce type de triste expérience pourra s'en sentir bouleversé (« Months have passed, I still think of you often, the weight of your body in the coffin »).

Le guitariste vient par ailleurs prêter main forte (si j'ose dire) derrière le micro, avec des voix claires plutôt bien senties et pas trop envahissantes, mais aussi des renforts hurlés, créant par là une belle dynamique au niveau vocal, décidément l'un des points forts de cet EP.

Les deux morceaux de clôture (« June », « In Passing ») sont ceux des derniers jours, littéralement (« and on the day that we left, when we spoke for the last time, I'm sorry I was so distant, I just did'nt want you to die »), et de celui, difficile à décrire, d'après (« I haven't felt the same since you died but I still say that I'm doing fine »). Malgré les différences de rythme, ces deux pistes forment un duo logique pour mettre le mot fin sur l'album, qui est doté d'une véritable cohérence d'ensemble.

En bref, un album très personnel, bien organisé, qui a pour principal défaut d'être très court, (16 minutes au compteur) mais qui laisse présager le meilleur pour la suite. Une relève de poids pour le futur du hardcore mélodique.

photo de Pingouins
le 24/06/2021

5 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 24/06/2021 à 09:39:41

Hey ! Hello toi ! Welcome :D

cglaume

cglaume le 24/06/2021 à 10:24:36

Pas manchot le petit nouveau: bienvenue !!

Pingouins

Pingouins le 24/06/2021 à 10:52:07

Bonjour ! Merci pour l'accueil !
Je ne suis pas très à l'aise avec le fait de mettre des notes aux trucs, parce que je n'ai pas trop l'impression que la musique marche comme ça, mais au moins si ça donne envie à du monde d'écouter, c'est bien ! Cet album a vraiment tourné en boucle chez moi, alors ça me fait aussi plaisir de faire découvrir !

8oris

8oris le 02/07/2021 à 12:26:46

Bienvenue Pingouins!
Jolie première chronique! Ni trop long, ni trop court, comme j'aime!
Pour les notes, franchement, il ne faut pas se prendre la tête, c'est le texte qui prime avant tout, la note est toujours très indicative et indiscutablement subjective.;)

Xuaterc

Xuaterc le 02/07/2021 à 16:44:28

Salut et bienvenue Pingouins. Très chouette début parmi nous

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021