Caligula (fr) - RIDDLES

Chronique CD album (13:25)

chronique Caligula (fr) - RIDDLES

Si je vous dis Musée de la pharmacie, Aqueduc des Arceaux et Grisette, vous me répondrez bien évidemment Montpellier. Et si je vous dis Montpellier, vous me répondrez bien assurément Caligula (fr). Si ce n’est pas le cas, c’est que vous n’avez pas encore le plaisir de connaître ce tout récent groupe formé en 2020 dans la ville où, paraît-il, le soleil ne se couche jamais. Pour nos fidèles lectrices et lecteurs, il est à noter que Caligula possède un point commun avec Antropofago, un autre groupe que j’avais eu le plaisir de chroniquer ici-même car on y retrouve Eris, un chanteur qui m’avait tapé dans l’oreille et qui ne manque pas ni d’un certain talent ni d’un talent certain.

 

Quelques mois seulement après sa formation, ce quintet montpelliérain débarque donc avec Riddles, un petit EP grandement prometteur. A la première écoute, Caligula (fr) revêt une couleur très deathcore mais si l’auditeur fait preuve d’un peu de pugnacité, il ne manquera pas de constater que la couleur musicale de Caligula (fr) n’est finalement pas un à-plat uni et monochromatique. Leur deathcore est bariolé de hardcore, irisé de néo-métal (dans sa définition la plus méliorative: du groove qui claque, des leads simples mais en mode “Et alors? Ca fonctionne, non?"), panaché de slam efficace et diapré de death bien lourd. Spoiler alert: ce mezze fonctionne parfaitement.

Que ce soit les guitares, la section rythmique ou le chant, tout le monde réussit à changer de longueur d’onde stylistique avec une cohésion parfaite assurant la solidité indiscutable de l’ensemble. Le riffing est ultra efficace, pas fainéant bien que très orienté rythmique (exit les solos aussi inutiles dans un pit que le serait la politesse), le batteur conjugue lourdeur et énergie, la basse, parfaitement mixé (lourde sans être over-woofée), assure son rôle de liant. Comme souvent, il lui manque son petit moment de gloire comme un break basse batterie bien hardcore, gageons que ça viendra. Quant à Eris, il plie instantanément le game. Sa prestation sur "Medusa Coil", entre autres, est magistrale ("Riddles", le titre éponyme, n’est pas en reste lui non plus). On a le droit à un cours de 3 minutes 41 secondes sur les tessitures vocales saturés avec du growl, du pig squeal, du fry, du chant un peu saturé, du chant moyennement saturé et du chant ultra saturé. A croire que le gonze s’est greffé une pédale de distorsion dans le larynx.

Une dernière sensation qui m’a parcouru à l’écoute de Riddles et dont je voulais vous faire part : la musique m’y a semblé en quelque sorte intemporelle. Sensation compliquée à transcrire à l'écrit mais qui trouve probablement son origine, d'une part, dans le mélange de gimmicks musicaux très old-school (l'approche chromatique de certains riffs du death old-school) et avec d’autres plus modernes (quelques pew-pews à la Frontierer) et, d'autre part, un mixage lui aussi très moderne (donc bien fat et imposant comme on les aime…) mais qui a ce côté très vivant des productions plus anciennes (...mais sans être aseptisé).

C’est donc pour moi un sans faute pour ce premier EP si ce n’est...son format très court. Trop court. Beaucoup trop court. Treize petites minutes qui passent vite, trop vite. On en aurait voulu tellement plus. Avec seulement 4 morceaux, cela reste un peu maigre d’autant que le groupe est incontestablement taillé pour le live et qu’il mérite bien plus qu’un set de 15 minutes. Gageons que ce n’est qu’un échauffement…

 

 

Ceux qui aiment les moments calmes que l’on retrouve parfois dans le deathcore acidulé/poppisé/mainstreamisé devront passer leur chemin car Caligula, c’est du lourd, du vrai, de la grogne, de la grosse gnac, pas une tape dans le dos pour les Cassandres mais un high-kick dans la face des casses-pieds, du primaire et libératoire sans être violent ni bêtement ridicule. En attendant que Caligula (fr) nous ponde la bande originale du Pit, celui avec un P majuscule, Riddles est bel et bien celle de sa bande annonce et, diantre, que ça donne envie!

 

 

On aime bien: du deathcore mais vraiment pas que, la cohésion de l’ensemble...et du groupe, la prestation vocale hallucinante

On aime moins: vraiment trop trop court

photo de 8oris
le 26/01/2022

2 COMMENTAIRES

el gep

el gep le 26/01/2022 à 09:04:02

Attention, ce n'est pas le même Caligula que celui-ci, non:
https://www.coreandco.fr/groupes/caligula-1671.html
Faudrait p't'être y faire kekchose?
Y'a toujours Michouille dans le groupe? Non, pitié, nooooon:
https://www.coreandco.fr/chroniques/caligula-not-too-short-to-be-great-2704.html
C'est toujours pas avec une chronique pareille qu'il va pouvoir payer ses factures! (see comments section)

cglaume

cglaume le 26/01/2022 à 09:16:33

Là, c'est corrigé. Merci Gepetto !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements