Couch Slut - Take A Chance On Rock 'n' Roll

Chronique CD album (29:12)

chronique Couch Slut  - Take A Chance On Rock 'n' Roll

Cette année, Nevermind va fêter ses 30 ans (on se fait vieux) et Kurt Cobain aurait fêté ses 54 ans (on se fait vraiment vieux). Que serait-il devenu? D’aucuns disent que, s’il ne s’était pas chargé la cafetière au gros calibre, il se serait probablement tourné peu à peu vers des registres plus acoustiques, délaissant les guitares ravageuses et les voix éraillées pour un style plus convenu. Mais le blondinet aux beaux yeux de la crasseuse Seattle n’aura pu laisser d’autre héritage musical que celui que l’on ne connaît que trop.

 

Et parmi ses héritiers, fièrement, se dresse Couch Slut. Fièrement, car un héritier s’inspire, porte dans son sang mais n’est ni un fac-similé ni un simple ersatz. Et c’est à ce titre que Couch Slut se démarque. Le quintet de New-York après My Life As A Woman sorti en 2014 (et sa pochette délicate et parfumée) et Contempt en 2017 propose ici son troisième album Take A Chance On Rock’n’Roll. Une jolie découverte pour le chroniqueur que je suis qui va donc aborder par la fin la petite discographie de ce groupe qui mériterait un peu plus d’audiences. 

 

Tantôt punk ("Carousel of Progress"), tant sludge ("The Mouthwash Years", "The Stupid Man"), tantôt noisy et dissonant ("All The Way Down"), tantôt metal (“In a Pig’s Eye”), tout en gardant une ligne musicale affirmée et reconnaissable, Couch Slut repose sur un package bien ficelé: une base instrumentale solide, fuzzy, toujours en place mais sans filet, secondée avec talent par la voix de Megan Osztrosits qui vocifère, déblatère, expie, fait dérailler ses cordes vocales, meurtrit son larynx dans un style qui m’a rappelé Madison Marshall de Cloud Rat

Le titre de l’album est annonciateur, du trollage condescendant et moqueur. Si l’auditeur n’aime, qu’il aille tenter de trouver son bonheur avec un énième disque de rock plat et insipide car Couch Slut cisèle l’espace sonore avec des morceaux aux arêtes vives, saillantes dessinant un ensemble qui ne manque pas d’intensité et nous propulse dans un univers dur, parfois presque oppressant. Pas de hits, pas de tubes, pas de morceaux à écouter avec légèreté mais des chapitres musicaux conséquents que l’on dévore dans l’urgence avec laquelle ils ont été écrits.

L’artwork, sorte de comic en noir et blanc, aussi violent dans ce qu’il représente que classique dans les traits, annonce d’ailleurs bien la couleur. 

Mais Couch Slut sait aussi surprendre et n’hésite pas à expérimenter en incluant de la trompette ("I’m 14") ou bien même du piano (le sobrement intitulé "-"), du spoken word (“Someplace Cheap”). On aurait d’ailleurs aimé que le groupe pousse encore plus dans cette direction qui donne aux morceaux une saveur toute particulière.

 

Le mixage géré d'une oreille de maître par Ben Greenberg, boueux, granuleux, plein d’aspérités, vivant mais contenu, qui sent le ghetto studio à pleins naseaux rend parfaitement l’intention des morceaux tout en prenant soin de ne laisser personne en arrière: ni musiciens, ni auditeurs. 

 

Dans les nombreuses versions modernes du grunge que l’on trouve ici ou ailleurs (L.M.I, Fatima), celle de Couch Slut se place en haut du panier et ne manquera pas de contenter les fans de sonorités dures et écorchées, les fans du grunge originel et ceux qui ne croyaient plus à l’évolution de ce style.Take A Chance On Rock’n’Roll est un album dont le potentiel de ré-écoute est à l’image du potentiel du groupe: énorme.


 

On aime bien : un style plein de relief, la prestation vocale, le mixage, 

On n’aime moins : des petites épices d’originalité qu’on aurait aimées plus présentes encore

photo de 8oris
le 04/03/2021

5 COMMENTAIRES

Brawawa

Brawawa le 04/03/2021 à 10:43:30

Je me permets juste une petite correction, il s'agit de leur troisième album, il y a entre les deux Contempt, sorti en 2017, qui est d'un excellent calibre également !

Brawawa

Brawawa le 04/03/2021 à 10:44:14

Par ailleurs, merci pour cette chronique qui permettra je l'espère à plein de monde de se pencher sur cet excellent groupe !

8oris

8oris le 04/03/2021 à 11:20:14

Effectivement, je viens de voir pour Contempt (merci Discogs) qui n'est bizarrement pas présent sur la page BandCamp du groupe. Je vais corriger tout ça. Merci pour ta relecture éclairée! :)

pidji

pidji le 04/03/2021 à 15:48:51

Excellente sortie ouais, j'ai bien apprécié tout ça. 

Garth Algar

Garth Algar le 04/03/2021 à 16:42:31

J'ai du mal à entendre du Grunge dans tout ça (quoique Tad par instants) mais ça le fait vraiment bien effectivement ! Compact, oppressant, ultra tendu et agressif avec une prod' triple ration tartiflette... J'achète ! 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021