Counterfeit - Don’t Let Me Fall Asleep Again

Chronique CD album (58 minutes)

chronique Counterfeit - Don’t Let Me Fall Asleep Again
Nous laissant en 2004 avec un album remarquable et nous donnant les meilleurs espoirs pour la suite, les Lyonnais de Counterfeit reviennent cette année avec leur second album «Don’t Let Me Fall Asleep Again». Au bout de trois ans, l’album est enfin là, malgré quelques soucis de label entre autre. A ce sujet, je tiens à féliciter la démarche du groupe, qui, faute d’avoir trouvé un véritable label, a mis en téléchargement l’album en entier (sans DRM) pour un prix dérisoire, faisant ainsi un joli pied de nez à toute l’industrie musicale et à ses majors despotiques. Après cette parenthèse, parlons de la musique du groupe, car elle vaut tout autant la peine que leur démarche est honorable.

En 2004 «Between The End and The Middle» nous avait présenté un groupe au style original, pas toujours assumé à fond et dont les influences se laissaient encore trop entendre sur certains titres. Et à l’écoute de ce nouvel effort, on sent que le groupe a bien avancé dans sa démarche et a gagné en maturité, mettant de plus en plus de côté ses influences pour pousser jusqu’au bout sa propre personnalité. Personnalité totalement hybride, schizophrène et pourtant si naturelle, mêlant allégrement passages très mélodiques à des moments de rage intense de façon très naturelle, sans que l’on s’y attende forcément.
Toujours dans une démarche musicale proche de celle de Tool où rythmique syncopée et guitares mélodiques s’allient pour former un épais matelas dans lequel on vient tomber, rythmique parfois arabisante et hypnotisante (l’instrumentale «Then And Now»), la musique de Counterfeit se veut surtout enivrante et charmeuse. Les passages les plus vifs, les plus brutaux rappelleront encore un peu Neurosis, même si à présent le groupe cultive tout au long des morceaux une tension musicale qui lui est propre est quasi indescriptible. Tension qui tend presque à se rapprocher d’œuvre post-hardcore comme celle d’Impure Wilhelmina, notamment sur la fin de «You In The Mirror». Toujours mélodiques, les compositions du groupe sont tout autant imprévisibles et jouent aux montagnes russes avec nos sens. Une montée en tension des guitares ne mène pas toujours à un déluge sonore, les passages les plus calmes sont d’un coup perturbés par une voix écorchée sans que l’on s’y attende. Les petits interludes déjà présent sur le premier cd refont surface sur celui là, bien qu’ils aient évolué et sont devenus de superbes morceaux instrumentaux comme «Then And Now» ou encore «Tango Club» et aident à la propagation de cette ambiance si feutrée.
Par rapport au précédent effort, ce cd se veut aussi plus long, plus lent, et on ne retrouvera pas des morceaux aussi directs et entêtants tel que «My Queen» ou «Agressive Control Part. 1». «Don’t Let Me Fall Asleep Again» joue encore plus sur les ambiances, les morceaux sont globalement plus longs et posent, parfois lentement mais surement, les mélodies et les ambiances comme sur le très bon titre final «I Fall Asleep Again» ou «A Midnight Feast». Bien entendu, des morceaux aux mélodies entêtantes et enivrantes, il y’en a dans cet album, à commencer par le magnifique «Agressive Control Part. 2», qui même s’il est prévisible est une petite perle.

Du côté des critiques négatives, on pourra regretter que l’accent anglais du chanteur ne soit pas toujours parfait, et dont le phrasé parfois un peu haché pourra en rebuter quelques un. Cependant, ses qualités vocales sont indéniables, et il enchaîne des lignes vocales tout sauf évidentes et d’une sacrée justesse. La production est très bonne et on entend de façon distincte les différents instruments, seule la voix semble un peu trop en avant par moment, mais là, c’est vraiment pour chipoter.

Loin des clichés actuels du métal, Counterfeit signe ici un album une fois de plus remarquable, aux compositions enivrantes et proposant à nouveau un superbe voyage des sens et des émotions.
photo de DreamBrother
le 19/03/2007

1 COMMENTAIRE

dom

dom le 19/03/2007 à 20:12:37

un excellent album. Même s'il est moins accrocheur que le précédent à la première écoute, dès lors qu'il se dévoile un peu plus on ne peut plus s'en passer plus de quelques heures !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements