Crusades - Parables

Crusades - "Parables"
chronique Crusades - Parables

Je déteste me répéter. Et pourtant, comme un con, comme tout le monde, je le fais. De là à dire qu’on est un con… Une bonne vanne perdue dans le brouhaha, une découverte visionnaire 6 mois avant la plèbe ; le "re", Möbius en fait des rubans. Il va quand même falloir que je la fasse : le Canada est devenu la terre promise du punk rock. On va décidément me taxer de radoteur voire pire : d'espion infiltré à la solde de l’empire à la feuille d’érable. Je sens que t’en trembles rien qu’à l'idée : des hordes de grizzlis défoncés à la poutine qui sont prêts à soumettre le globe à coup de two step et autres sing-alongs. Yukon faire dans ton froc.

 

Les Crusades ne dérogent pas à la règle du groupe canadien qui déboule de sa belle province sans crier gare et qui en claque plus d’un beignet. Donut sous-estimer. Avec Parables, leur troisième galette sous le bras (si je compte bien), le quatuor s’affirme comme une valeur haussière du cru. Sur une solide base de punk mélo indémodable, Crusades tente d’allier l’âpreté du hardcore mélodique à une efficacité old school sur les bords. Comme si Social Distortion rencontrait Rise Against lors de l’anniversaire des Modern Life Is War. Et ouais ! Ajoutez à cela une imagerie bien crust de bon aloi tirant vers le black, des textes anticléricaux et vous approcherez le mix des quatre d’Ottawa. C’est brut, c’est direct, c’est noir et particulièrement bien foutu. Habemus napalm, abbé mousse la palme. Crusades enchaine ses deux titres comme deux pamphlets contre l'obscurantisme à 1000 lieues du grand guignolesque. La force est noire, noire comme un drapeau. Sanchant que la lumière n'est jamais aussi vive que dans une grotte plongée dans les ténébres, mieux vaut garder une flamme qu'un grand bûcher. Et Crusades, sans grande démonstrativité technique ni atermoiement moralisateur livre ici un EP de fort belle facture.

 

Avec une énergie quasiment jouée live soutenue par des chants aussi complémentaires que rentre-dedans, les frenchies de Destructure Records tiennent avec Crusades une bonne pioche de chez les caribous. Bel objet, bon groupe, bon style. Que demander de plus ?

photo de Geoffrey Fatbastard
le 18/03/2013

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 18/03/2013 à 19:55:26

Crust et Social Distortion dans une même chro... youpi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019