Dadabovic - Toqués Obscurs

Chronique CD album (11:24)

chronique Dadabovic - Toqués Obscurs

Dadabovic ne vient ni de Moscou, ni de Kiev, mais de Valenciennes. Endroit où l'on se poile bien plus, si si, je l’ai lu dans le script de Bienvenue chez les Ch'tis. Plus sérieusement, les docteurs en drolophilie officiant au sein de la clinique de Carbamazépine (2008) et le zapping maboul de Photosensible (2015) – bref : la teneur des 2 albums précédents – avaient mis les choses au clair : si la musique du groupe tient clairement de la démonstration de force, le décor qu'il plante, lui, fait plus dans la déconstruction et la farce.

 

En même temps, vous l’aviez calculé direct’ : Les Toqués Obscurs (… de la Farce, donc), « Dark Father », « Pire Empire », « Sith and Destroy »… Pas besoin de se livrer à une étude exégétique des textes – savoureux – des 3 morceaux proposés sur cet EP pour comprendre que le mariole de faire Dadabovic continue. Et que pour thème Star Wars cette fois choisi il a.

 

… On parie combien que, malgré la rugosité Core de ces 11 grosses minutes, Dada va se fendre d’Han Solo de guitare ?

 

Si vous les avez pratiqués par le passé, vous savez que l’univers musical des Valenciennois est constitué d’un Metal rugueux mais costaud, qui taillade à coups de guitare, mouline des bras dans la fosse, et éructe en mode Hardcore façon p’tite teigne atrabilaire bien décidée à vous refaire le maquillage couleur bleu-hématome. Cependant, pour ceux qui, comme moi, ne sont pas spécialement fans de musique étiquetée « Tatouage & Tatanes », les Dada ont laissé le boyau de la rigolade se vider en partie sur leurs compos afin de colorer celles-ci de tâches humoristiques et d’aérer leur fureur à coups de parenthèses décalées et autres sketchounets rigolards. Les 3 titres nouveaux sont ainsi tous introduits par de sympathiques interludes Carambar. Tandis que « Dark Father » met en pause la bagarre le temps d’un chapelet de « Pa-pa-pa-papa-pa-pa… » farfelus, ceci avant de finir sur une « Marche Impériale » revisitée façon boîte-à-musique pour bambin…

 

Haha, il n’aura pas foncièrement changé, en 8 ans, notre ‘bovic !

 

Après, sans surprise, le lapin qui vous cause – qui est assez peu fan de Hatebreed, hein, je me répète – aurait sans doute aimé un peu plus d’apartés déconnants, de breaks Zouk et de solos de kazoo, histoire de vraiment débrutassifier la chose. Car si « Dark Father » passe relativement bien – on aime la liste des galères paternelles énumérée en mode collier de perles –, on a tendance à trouver que « Pire Empire » ratatine et saucissonne de manière un poil trop monolithique… D’après nos canons esthétiques du moins, vous avez donc le droit de relativiser. « Sith and Destroy », quant à lui, tortillonne un peu trop du riff et n’a rien de bien sexy à proposer en guise de refrain. Heureusement que son énergie belliqueuse fait la différence sur les couplets, et que son final comporte un ralentissement méchamment menaçant que n’aurait pas renié Mr Palpatine lui-même.

 

Alors on ne vous cache pas que sans cet humour croustillant et les néons grésillants des sabres-lasers, on ne se serait sans doute pas trop attardé sur cette sortie. Mais ce petit sourire geek en coin et cette énergie débordante nous comblent : il aurait été dommage de faire l'impasse sur les nouvelles aventures de ce cher Maître Yodadabovic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte : après avoir [r/d]éformé l’hôpital public sur Carbamazépine et affolé notre télécommande sur Photosensible, Dadabovic revient avec l’EP Toqués Obscurs, manifeste d’Ewok-isme sur lequel il fait retentir son Metal Hardcore bagarreur dans les coursives d’une Étoile Noire plus proche de La Folle Histoire de l'Espace que du Retour du Jedi. Toujours beaucoup plus sérieux musicalement que thématiquement, les Valenciennois continuent dans le suite logique, énergique et éminemment sympathique de leurs deux albums précédents… Luke : c’est le moment ou jamais de régler tes comptes avec Papa dans le moshpit !

photo de Cglaume
le 10/02/2024

1 COMMENTAIRE

Pingouins

Pingouins le 10/02/2024 à 11:14:52

Ahah c'est rigolo en effet. Un petit côté Psykup en moins perché.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Bongzilla + Tortuga + Godsleep à Paris, Glazart le 14 mai 2024
  • Seisach' metal night #5 et les 20 ans de COREandCO !

HASARDandCO

Signs - Planets
Chronique

Signs - Planets

Le 26/06/2009

Thought Reform - Endgame