Dead Season - Dusting the rust

Chronique CD album (29:00)

chronique Dead Season  - Dusting the rust

Après avoir été longtemps muette et en constante mutation, la bande de Dead Season s'est stabilisée et a décidé de l'ouvrir grand.
Tout avait commencé avec le très bon "From rust to dust", inévitablement conseillé sur nos pages.

Histoire de ne pas se faire oublier, avec un souvenir lointain bien que marquant, le groupe décide de sortir une petite demie-heure qui, elle non plus, ne s'oubliera pas comme ça.

La continuité patronymique de cet EP : "Dusting the rust", peut nous informer sur ce qui se passe sur la galette.
La pochette reste également dans le même univers.
Alors, logiquement, la musique aussi.

C'est loin d'être un problème.
Cette personnalité, déjà bien affirmée dans la première sortie du groupe, s'affine pendant 29 minutes sur la seconde !

Foncièrement, rien n'a changé, ou presque.

Il s'agit toujours du même mélange des genres, et d'une alliance particulière entre des musiciens aux univers qui, bien que très différents, sont très bien mêlés.
Sans surprise les "influences" reconnaissables, demeurent Nevermore avec toujours ces éclats un peu thrash et d'autres étiquettes qui grattent.

Encore une fois le chanteur mise sur sa voix à mi-chemin entre death et heavy.
Encore une fois la section rythmique s'emballe, coupe sec, ralentit le tempo brutalement, aime les variations
Encore une fois les guitares se baladent sur toutes les cases après avoir haché menu pendant quelques minutes.

Tout cela donne un sacré rythme à cet EP qui s'agrémente d'extraits de films, mode, pour le moment, encore digeste.
De quoi balayer les quelques petites longueurs qui se font bien rares comparées aux 30 minutes de cet ep qui, en plus de nous donner envie de nous secouer, nous fait faire la plus vilaine des choses pour un metalleux : danser.
Et oui, en clôture ce titre WTF jazzy-crazy-swing-death "Zombies are swinging" : une fantaisie assez fun qui confirme le côté décalé du groupe.

A l'étroit dans le "metal", Dead Season ne se regarde pas jouer malgré son côté technique, ne s'amuse pas à faire les méchants malgré ses thèmes.

Alors les minutes défilent, et les écoutes au compteur aussi.

photo de Tookie
le 27/11/2014

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019