Deflore - Human indu[b]strial

Chronique CD album (55:50)

chronique Deflore - Human indu[b]strial
S'il y a un style musical dont on parle peu chez COREandCO, c'est bien l'indus. Dommage me diront certains, et ils ont bien raison : surtout quand on passe à côté de groupes comme DEFLORE. Ce duo italien existe depuis 1999, et a sorti en 2004 cet album dont je vais vous parler, "Human indu[b]strial", chez Subsound records.

Tout d'abord, amateurs de chansons rapides pour album court, passez votre chemin : en effet, il sera difficile - au début - de rentrer dans ces 55 minutes que comptent cet album, ne serait-ce que pour ce côté sombre et inquiétant, et ses passages calmes assez nombreux. Je pense par exemple au titre "Lexodub", qui dure 6'20 et qui finalement ne décolle jamais ; on a l'impression au final que ce titre est une interlude, mais celui-ci fait partie intégrante de l'univers de DEFLORE. Ce côté "dub", que le tandem italien a voulu introduire dans son indus-metal, on le retrouve dans plusieurs passages de leurs chansons, ce qui aère un peu (enfin, c'est un bien grand mot) tout ça.
Le début de cet album est clairement metal-indus, et démarre sur les chapeaux de roue sur les 4 premiers titres. Le son est bon, les machines sont ultra présentes et on accroche très facilement. Par contre, à partir de "Emilionero", l'entrain qui nous suivait en écoutant le début du disque disparait petit à petit ; les titres suivants sont plus mous, même si clairement originaux, et je ne prends plus autant de plaisir qu'au départ. Il faudra attendre "S-swein" pour que le disque reparte réellement, et on terminera sur un "Subsound corporation" très sympa avec encore ces parties dub très intéressantes.
Ah oui, pardon, si je ne vous ai pas parlé du chant, c'est tout simplement parce qu'il n'y en a pas. Tout l'album est instrumental, et c'est peut être pour cela aussi que vers le milieu de l'album le tout devient lourd à digérer. Peut être qu'une voix, même rare, aurait agrémenté de la meilleure façon cet album.

Pétard mouillé donc ? Non, pas tant que ça : les 5 premiers titres seuls auraient fait un fantastique EP. Malheureusement, à vouloir faire un full-lenght, c'est le risque : certaines chansons sont moins intéressantes et amenuisent la qualité de départ. Dommage, mais cela n'empêche pas DEFLORE de nous avoir conconcté un bon album avec autant de machines que d'instruments. Les ambiances sont bien sombres à souhait (comme la pochette), et il n'y a plus qu'à attendre la prochaine livraison des 2 compères et esperer qu'ils auront gommé leurs longueurs.
photo de Pidji
le 18/01/2007

2 COMMENTAIRES

mat(taw)

mat(taw) le 18/01/2007 à 23:11:22

le nom de leur groupe a la meme signification en italien qu'en français??

Randal

Randal le 05/02/2007 à 13:36:45

This is A Great Album!
They Reminds me Godflesh and Neurosis in many parts but they keep original too..
I Hope to listen to the second album soon to be sure on that!
Best Regards

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements