EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75)

  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST (report)
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo1
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo2
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo3
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo4
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo5
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo6
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo7
  • EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST - photo8
Une fois n’est pas coutume c’est en avance que je me pointe à l’entrée du Nouveau Casino (c’est-à-dire 19h25 pour le début du show prévu à 19h30), et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on ne se bouscule pas au portillon pour le moment: la période estivale aurait-elle eu raison des concerts dans la capitale? Une fois à l’intérieur on constate que le casino n’est effectivement pas bien rempli, mais c’est sans compter la foule parisienne et sa ponctualité aléatoire (en fait la salle se remplira environ aux ¾ à la fin de la soirée, rassurez-vous).

Une petite demi-heure de retard sur l’heure prévue (le début ayant été décalé à 20h) et c’est à 20h30 que A LIFE ONCE LOST entre en scène ; un groupe au son et à l’attitude résolument « métal ». Leur chanteur au faux air de Aaron Turner se contorsionne dans tous les sens et arbore un regard de serial killer à faire froid dans le dos, leur batteur au jeu très technique nous fait apprécier son sens des polyrythmies (quelques passages me rappellent en effet MESHUGGAH), les deux guitaristes balancent leurs riffs très lourds et ultra efficaces ponctués de soli bien exécutés dans les règles de l’art, le bassiste quant à lui ne cesse de headbanguer en direction de la batterie. Une demi-heure de bon métal « southie » qui sent bon les tâches de gras et la bière, du très bon son que le public a eu l’air de bien apprécier (moi le 1er en tout cas) ; ce groupe est à suivre…

Le temps de prendre une tite mousse pendant le changement de matos et 21h arrive ; les 12 TRIBES montent sur scène et ça envoie direct !! Le metalcore des américains fait son effet et le nombre de T-shirts estampillés au nom du groupe qui parsèment la salle n’est pas là pour me démentir. Les titres du dernier album s’enchaînent et tout le monde semble conquis dès la moitié du set. Leur chanteur (aux dreads gigantesques) communique facilement avec la salle et se marre lorsque les éternels mêmes australopithèques sortent leurs cris débiles qu’il comparera - d’ailleurs très justement - aux urukh-hai du « Seigneur des Anneaux ». Pas de répit en tout cas pour ce groupe qui a l’air incroyablement à l’aise sur scène et qui prend un immense plaisir ce soir, leur passage il y a quelques mois avec 36CRAZYFISTS a visiblement marqué les esprits car une partie de la salle est, sans conteste, là pour eux.

21h35, l’heure du crime… Les 5 fous furieux d’EVERY TIME I DIE envahissent la scène (ou plutôt leur terrain de jeu, comme vous voulez) et démarrent illico avec « Romeo A Gogo », chanson d’introduction de Hot Damn !! Et s’en suit une véritable tornade de laquelle il est difficile de s’extraire… Les compères bougent dans tous les sens : envolées de manches de grattes, sauts en tous genres, headbanging de rigueur bien sûr… Le son est, quant à lui, très correct, ce qui permet de bien capter les chansons: Hot damn !! est à l’honneur dans leur set, on y retrouve (outre « Romeo A Gogo ») « I been gone a long time » (avec la cloche), « pornogratherapy » et « floater » (moins sûr pour celle-là), des titres du prochain Gutter Phenomenon (qui sortira le 23/08) nous sont également servis avec « Guitar and fathered » et « bored stiff » - ces morceaux laissent présager un album monstrueux d’ailleurs…Leur set passe à une vitesse phénoménale et le groupe dégage une énergie et une joie énormissimes : le bassiste arpente la scène de long en large et joue avec le public, le guitariste à l’allure 60’s headbangue le pied sur la grosse caisse tandis que son collègue de gratte malmène son instrument tout en étant ultra-carré dans son jeu (et certains passages sont quand même techniques), le batteur s’éclate également à mort et éclate ses peaux surtout, le chanteur quant à lui (et frère du gratteux) maîtrise bien les parties chantées et déconne avec le public ; en bref tout le monde passe un très bon moment… Le Hardcore « rock’n’roll » du combo prend tout son sens sur scène et l’énergie qui se dégage de cette musique est réellement impressionnante (impossible de ne pas se laisser prendre).Une fois le temps du set écoulé (35/40 minutes), les EVERY TIME I DIE quittent tranquillement la scène sous des acclamations en ayant joyeusement (mais totalement) retourné le Nouveau Casino ce soir ; le pit était survolté tout du long!! Une bonne soirée, donc, avec des groupes de scène avant tout, car on n'oublie – bien sûr – pas les 1ères parties qui n’auront pas démérité surtout 12 TRIBES, très bons également.
photo de Mat(taw)
le 29/05/2007

Les photos

EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo1EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo2EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo3EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo4EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo5EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo6EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo7EVERY TIME I DIE + 12 TRIBES + A LIFE ONCE LOST le 16/08/2005, Le Nouveau Casino, Paris (75) - photo8

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Youth Avoiders - Youth Avoiders
Guapo - Five suns