Demonic death judge + Semtex + Frogskin - By the malice of the evil... Death comes vol. 1

Chronique CD album (01:04:05)

chronique Demonic death judge + Semtex + Frogskin - By the malice of the evil... Death comes vol. 1

Il était grand temps que je parle de cette excellente initiative de Boue records, label Français autant versé dans le commercial que de l'eau dans la bouche d'un Somalien. Pour la faire courte sur le bonhomme, il fait partie de ceux qui écoutaient du hardcore en même temps que du sludge sans faire de différence entre les deux familles, un punk dans l'esprit et dans les actes, sincère et dévoué sans compter ses derniers, disposant d'une distro n'étant pas au goût des hipsters fraîchement sortis de chez leurs bobos de parents. D'ailleurs, c'est lui qui a fait l'artwork de ce disque. Oh, il n'y a pas que lui à avoir participé à l'effort : Odio sonoro et Caïn records d'espagne, At war with false noise (UK) et Shifty records (USA).

 

Le bonhomme a eu la redoutable idée d'allier dans un three way split la scène sludge Finlandaise. Et le choix n'était pas des moindres, bienvenue dans le plat de merde Suomi les gars. L'ouverture des hostilités se fait par les excellents Demonic death judge, qui ont ici refourgué les trois premiers titres de leur second EP, Kneel, dont j'avais déjà fait la cronique dans ces pages. Alors, que dire du fait de rééditer ce qui a déjà été fait, dans un split ? J'étais dubitatif, un peu, mais en parlant un peu plus avec Boue records, il se trouve que ce premier EP, dont le nom a un tant soit peu fait parler de lui au travers des frontières, n'a été édité qu'en 100 exemplaires... N'en possédant même pas le mien, on voit bien ici un des mauvais aspects du téléchargement. Il était donc tout naturel pour les Demonic death judge de profiter de l'occasion pour refourguer cet excellent son, car l'enchaînement de ces trois titres a réellement quelque chose de plus que du sludge, entre les effets sonores, les samples de choeurs d'église, de voix féminine, il se dégage quelque chose d'assez majestueux de ce Kneel.

 

La seconde bourrasque de merde est en réalité trempée dans de la colle : Semtex se glue à vos tympans, avec une espèce de cohérence jouissive dans leur son que l'on retrouverait chez les Dopethrone. Bon, j'aurais aimé que la liaison entre les deux soit un peu moins brusque (alors qu'à la fin de Feast, le son se coupe pour enchaîner sur un sample de Semtex), mais on retrouve bien là l'expression de Pot Secret, leur premier effort. Sludge à weed, ala Bongzilla, Weedeater. Des riffs contents d'avoir été créés grâce à une consommation de plusieurs kilos d'herbe verte.

 

Mais la surprise était gardée pour la fin : Frogskin se démarque en terme de son, bien mieux produit en ce qui concerne les fréquences graves. C'est en réalité une grosse claque, dans la veine de Pyramido, d'Eyehategod, Iron monkey, rock'n'roll, avec de gros riffs plantureux et une atmosphère noire. On peut aisément dire que le prix du meilleur effort leur revient, et j'aurais dorénavant l'oreille tendue dès que j'entendrais leur nom.

 

Un aperçu de la scène Sludge de Finlande donc, qui se révèle fertile, la synthèse qu'est ce split reste très cohérente sans que les groupes ne se marchent dessus pour autant. Je conseille ce "By the malice of the evil... The death comes" à tout amateur du genre.

 

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 08/11/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019